Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Israël : la principale base opérationnelle du Hamas se trouve sous l’hôpital Shifa de Gaza City

Un immeuble à Tel Aviv touché par une roquette alors que la région fait face à des salves successives * 4 Palestiniens auraient été tués lors de raids en Cisjordanie * L'Égypte dit qu'elle pourrait réagir aux frappes de drones yéménites dans le Sinaï *

  • Un bâtiment endommagé suite à une attaque à la roquette à Tel Aviv, le 27 octobre 2023. (Autorisation)
    Un bâtiment endommagé suite à une attaque à la roquette à Tel Aviv, le 27 octobre 2023. (Autorisation)
  • Le Conseil israélo-américain, le Comité juif américain et d'autres groupes juifs dévoilant une installation comprenant une table de Shabbat de 222 places avec une chaise et un couvert pour les otages détenus par le Hamas, à Times Square, le 26 octobre 2023. (Crédit  : Timothy A. Clary/AFP)
    Le Conseil israélo-américain, le Comité juif américain et d'autres groupes juifs dévoilant une installation comprenant une table de Shabbat de 222 places avec une chaise et un couvert pour les otages détenus par le Hamas, à Times Square, le 26 octobre 2023. (Crédit : Timothy A. Clary/AFP)
  • Une vidéo publiée par l'armée israélienne montrant des chars israéliens entrant dans Gaza, le 27 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran Armée israélienne)
    Une vidéo publiée par l'armée israélienne montrant des chars israéliens entrant dans Gaza, le 27 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran Armée israélienne)
  • Des manifestants affichant des images sur un palais de justice du sud de Manhattan lors d'un rassemblement pro-Hamas devant la Bourse de New York, le 26 octobre 2023. (Crédit : Bryan R. Smith/AFP)
    Des manifestants affichant des images sur un palais de justice du sud de Manhattan lors d'un rassemblement pro-Hamas devant la Bourse de New York, le 26 octobre 2023. (Crédit : Bryan R. Smith/AFP)
  • Un volontaire de ZAKA recueillant des restes humains dans une maison du kibboutz Holit, près de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Yuri Cortez/AFP)
    Un volontaire de ZAKA recueillant des restes humains dans une maison du kibboutz Holit, près de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Yuri Cortez/AFP)
  • Des projecteurs illuminant le ciel en mémoire des personnes enlevées par le Hamas, à l'extérieur du stade Pais Arena à Jérusalem, le 26 octobre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
    Des projecteurs illuminant le ciel en mémoire des personnes enlevées par le Hamas, à l'extérieur du stade Pais Arena à Jérusalem, le 26 octobre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
  • Des membres de la communauté juive australienne participant à un rassemblement appelé Balloons of Hope, qui représente les otages israéliens actuellement détenus par le Hamas, à Sydney, le 27 octobre 2023. (Crédit : David Gray/AFP)
    Des membres de la communauté juive australienne participant à un rassemblement appelé Balloons of Hope, qui représente les otages israéliens actuellement détenus par le Hamas, à Sydney, le 27 octobre 2023. (Crédit : David Gray/AFP)
  • Des Palestiniens sur les lieux d'une frappe aérienne israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
    Des Palestiniens sur les lieux d'une frappe aérienne israélienne à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
  • Des Israéliens présents aux funérailles d'un homme tué le 7 octobre se mettant à l'abri alors que des roquettes gazaouies sont tirées en direction de Holon, le 26 octobre 2023. (Crédit : Petros Giannakouris/AP)
    Des Israéliens présents aux funérailles d'un homme tué le 7 octobre se mettant à l'abri alors que des roquettes gazaouies sont tirées en direction de Holon, le 26 octobre 2023. (Crédit : Petros Giannakouris/AP)
  • Les familles et les amis des Israéliens retenus en otage à Gaza organisant un rassemblement devant le Musée d'art de Tel Aviv, le 26 octobre 2023. (Crédit : Gili Yaari /Flash90)
    Les familles et les amis des Israéliens retenus en otage à Gaza organisant un rassemblement devant le Musée d'art de Tel Aviv, le 26 octobre 2023. (Crédit : Gili Yaari /Flash90)
  • Les décombres de bâtiments détruits par des frappes aériennes israéliennes dans le cadre de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
    Les décombres de bâtiments détruits par des frappes aériennes israéliennes dans le cadre de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
  • Une tour de guet et des bâtiments lourdement endommagés derrière dans la bande de Gaza, sur une photo prise depuis une position le long de la frontière avec la bande de Gaza près de Sderot, dans le sud d'Israël, le 27 octobre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
    Une tour de guet et des bâtiments lourdement endommagés derrière dans la bande de Gaza, sur une photo prise depuis une position le long de la frontière avec la bande de Gaza près de Sderot, dans le sud d'Israël, le 27 octobre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
  • De la fumée suite à une attaque à la roquette sur Tel Aviv, le 27 octobre 2023. (Autorisation)
    De la fumée suite à une attaque à la roquette sur Tel Aviv, le 27 octobre 2023. (Autorisation)

150 sites souterrains du Hamas touchés par des raids ; des troupes et des chars à Gaza

Au cours de l’opération terrestre menée par l’armée israélienne dans la bande de Gaza pendant la nuit, un certain nombre d’affrontements ont eu lieu entre les troupes et les terroristes palestiniens du Hamas.

Aucun soldat n’a été blessé lors de ces affrontements. L’armée estime avoir réussi à tuer plusieurs terroristes du Hamas au cours du raid et affirme avoir détruit des infrastructures appartenant au groupe terroriste.

Le Corps d’Infanterie, le Corps du Génie Militaire et les chars de Tsahal sont toujours à l’intérieur de la bande de Gaza à cette heure, alors que l’opération terrestre se poursuit.

L’armée a décrit le raid comme une « activité terrestre élargie », plutôt qu’une incursion terrestre totale.

Entre-temps, l’armée de l’air a frappé quelque 150 sites souterrains appartenant au groupe terroriste du Hamas.

Elle ajoute qu’un certain nombre de terroristes du Hamas ont été tués dans les frappes.

Les informations palestiniennes en provenance de Gaza sont rares après que les services Internet et téléphoniques ont été interrompus par les bombardements israéliens de la nuit dernière.

Le chef des forces aériennes du Hamas tué dans un raid à Gaza – Tsahal et Shin Bet

Le chef des forces aériennes du Hamas, Issam Abu Rukbeh, a été tué lors d’une frappe aérienne cette nuit, ont annoncé l’armée israélienne et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet.

Tsahal affirme qu’Abu Rukbeh était responsable de la gestion des drones, des véhicules aériens sans pilote, des parapentes, des systèmes de détection aérienne et des défenses aériennes du groupe terroriste palestinien.

L’armée affirme qu’il a joué un rôle dans la planification et l’exécution de l’attaque du 7 octobre par le Hamas en dirigeant les terroristes qui sont entrés dans le sud d’Israël à bord de parapentes, ainsi que les attaques de drones sur les postes d’observation de Tsahal.

Le 14 octobre, l’année a annoncé qu’elle avait frappé et tué l’ancien chef des forces aériennes du Hamas, Murad Abu Murad.

Manifestation sur les échecs du 7 octobre devant le domicile de Netanyahu interdite

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu participant à une conférence de presse à Tel Aviv, le 17 octobre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP/Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu participant à une conférence de presse à Tel Aviv, le 17 octobre 2023. (Crédit : Maya Alleruzzo/AP/Pool)

La police a déclaré qu’elle n’autoriserait pas une manifestation sur les échecs qui ont conduit à l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre à avoir lieu ce soir devant la résidence du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Césarée.

La police déclare qu’elle dispersera toute manifestation de ce type parce qu’elle « n’autorise pas les manifestations sur des questions politiques ou de sécurité en temps de guerre ».

Une source policière explique à Haaretz que si la manifestation avait été annoncée comme une veillée silencieuse, il est possible qu’elle aurait été autorisée.

Selon les règles du Commandement du Front intérieur, les grands rassemblements sont autorisés à Césarée.

Toutefois, en temps de guerre, la police peut faire valoir qu’elle n’a pas les effectifs nécessaires pour assurer la sécurité d’une manifestation, rapporte Haaretz.

Alors qu’une série de hauts fonctionnaires israéliens ont déclaré ces dernières semaines qu’ils assumaient la responsabilité des défaillances massives qui ont permis à des milliers de terroristes du Hamas de franchir la frontière de Gaza, tuant plus de 1 400 personnes – pour la plupart des civils – et prenant au moins 233 otages, Netanyahu a jusqu’à présent refusé de le faire.

Le `Premier ministre s’est contenté de dire que « tout le monde devra rendre des comptes » après la guerre.

L’armée nomme une autre soldate tuée lors de l’assaut du 7 octobre

L’armée israélienne a nommé la sergente Shirel Haïm Pour, une jeune femme de 20 ans de Rishon Lezion, comme l’une des soldates tuées lors de l’assaut du groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre.

Tsahal déclare avoir autorisé la publication du nom de Shirel Haïm Pour après en avoir informé sa famille. Son corps n’a été identifié que récemment.

Shirel Haïm Pour servait dans la division de Gaza.

Sa mort porte à 311 le nombre total de soldats, officiers et réservistes tués – dont beaucoup sont des agents de sécurité locaux – au cours de la guerre.

Grand Central fermée « jusqu’à nouvel ordre » suite à une manifestation anti-sioniste

Des manifestants appelant à un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, le groupe terroriste de Gaza, lors d'une manifestation organisée par Jewish Voice for Peace à la gare de Grand Central à New York, le 27 octobre 2023. (Crédit : Kena Betancur/AFP)
Des manifestants appelant à un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, le groupe terroriste de Gaza, lors d'une manifestation organisée par Jewish Voice for Peace à la gare de Grand Central à New York, le 27 octobre 2023. (Crédit : Kena Betancur/AFP)

La Metropolitan Transit Authority a annoncé que la gare Grand Central de New York était fermée « jusqu’à nouvel ordre » à la suite d’une manifestation réclamant un cessez-le-feu dans la guerre entre Israël et le Hamas, le groupe terroriste palestinien qui sévit dans la bande de Gaza.

Des photos prises à la gare montrent la police arrêtant de nombreux manifestants, vêtus de tee-shirt noirs où l’on peut notamment lire « Les Juifs demandent un cessez-le-feu maintenant ». La manifestation était organisée par Jewish Voice for Peace, un groupe anti-sioniste.

Les rebelles houthis du Yémen semblent menacer Israël : « Eilat »

Des partisans des rebelles houthis du Yémen brandissant des portraits de leur chef Abdul Malik al-Houthi lors d'un rassemblement à Sanaa, la capitale, le 3 juin 2022. (Crédit : Mohammed Huwais/AFP)
Des partisans des rebelles houthis du Yémen brandissant des portraits de leur chef Abdul Malik al-Houthi lors d'un rassemblement à Sanaa, la capitale, le 3 juin 2022. (Crédit : Mohammed Huwais/AFP)

Les rebelles houthis du Yémen semblent menacer Israël, après que l’armée israélienne a annoncé qu’elle intensifiait ses opérations contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza.

« Eilat », écrit Hezam al-Asad, membre du bureau politique du groupe soutenu par l’Iran, sur la plateforme de réseaux sociaux X.

Plus tôt dans la journée de vendredi, Tsahal a déclaré qu’un avion de chasse avait intercepté une cible au-dessus de la mer Rouge – apparemment un drone se dirigeant vers Israël – quelques heures après qu’un véhicule aérien sans pilote a percuté la ville égyptienne de Taba, blessant six personnes. Taba est située à une dizaine de kilomètres d’Eilat.

Selon l’armée, l’attaque de Taba provenait de « la région de la mer Rouge », une référence apparente aux Houthis au Yémen.

L’explosion en Égypte s’est produite quelques jours après que les Houthis ont tenté de tirer des missiles sur Israël via la mer Rouge.

Des sirènes d’alerte aux roquettes sont activées à Netiv Ha’asara

Des sirènes d’alerte aux roquettes sont activées à Netiv Ha’asara, un moshav qui borde le nord de la bande de Gaza.

La Maison Blanche déclare qu’elle « ne trace pas de lignes rouges pour Israël »

Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, s'exprimant lors du briefing quotidien à la Maison Blanche, à Washington, le 26 octobre 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)
Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, s'exprimant lors du briefing quotidien à la Maison Blanche, à Washington, le 26 octobre 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)

WASHINGTON – Le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a refusé à plusieurs reprises de commenter les déclarations d’Israël selon lesquelles ses forces terrestres étendent leurs activités à Gaza, et il a également refusé de s’exprimer sur ce que pourrait être un objectif satisfaisant à long-terme pour les combats.

« Nous ne traçons pas de lignes rouges pour Israël », a déclaré Kirby lors d’une conférence de presse. « Nous allons continuer à les soutenir, mais depuis le tout début, nous avons eu, et nous continuerons à avoir, des conversations sur la manière dont ils opèrent. »

Kirby a déclaré que les États-Unis évaluaient toujours l’impact des frappes aériennes contre les groupes terroristes soutenus par l’Iran et que « nous n’hésiterons pas à prendre d’autres mesures dans le cadre de notre légitime défense ».

Il précise également que 10 camions supplémentaires remplis d’aide humanitaire sont arrivés à Gaza, portant le total à 84, mais que les États-Unis sont conscients que le carburant « ne devrait durer que quelques jours ».

La Maison Blanche a déclaré que le président américain Joe Biden avait été informé vendredi matin par son équipe de sécurité nationale des derniers développements en Israël et à Gaza.

Eli Cohen dénonce la résolution « méprisable » de l’ONU qui ne mentionne même pas le Hamas

Le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, dénonce une résolution « méprisable » adoptée par l’Assemblée générale de l’ONU qui appelle à un cessez-le-feu à Gaza sans même mentionner le Hamas, dans le cadre de la guerre en cours déclenchée à cause de l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien du Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre.

« Israël a l’intention d’éradiquer le Hamas comme le monde l’a fait avec les nazis et l’État islamique », déclare Cohen.

Le Hamas salue la résolution de l’ONU et exige son application immédiate

Le groupe terroriste palestinien du Hamas se félicite de l’adoption d’une résolution de l’Assemblée générale de l’ONU appelant à un cessez-le-feu à Gaza et demande sa mise en œuvre immédiate, notamment l’entrée de carburant et de matériel de secours pour les civils dans la bande de Gaza, déclare le groupe terroriste dans un communiqué.

La résolution de l’Assemblée générale des Nations unies a été adoptée à une écrasante majorité, bien qu’elle ne mentionne même pas le Hamas, ce qui a conduit les États-Unis et la grande majorité des pays occidentaux à éviter d’apporter leur soutien.

Le ministère des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne, son rival, a également salué la résolution, déclarant qu’alors que l’opération israélienne « atteint un nouveau sommet de brutalité », il existe « une position internationale solide qui rejette l’agression désordonnée d’Israël ».

Agressions antisémites : Le renseignement allemand très préoccupé

Thomas Haldenwang, chef de l'Office fédéral allemand pour la protection de la Constitution, participant à une conférence de presse avec le ministre allemand de l'Intérieur sur le rapport 2021 sur la protection de la Constitution, à Berlin, le 7 juin 2022. (Crédit : John MacDougall/AFP)
Thomas Haldenwang, chef de l'Office fédéral allemand pour la protection de la Constitution, participant à une conférence de presse avec le ministre allemand de l'Intérieur sur le rapport 2021 sur la protection de la Constitution, à Berlin, le 7 juin 2022. (Crédit : John MacDougall/AFP)

Le directeur du renseignement intérieur allemand s’est dit vendredi très inquiet de la montée des actes antisémites dans le pays, motivés par la guerre Hamas-Israël, qui rappelle « les histoires les plus sombres de l’histoire » nationale.

Depuis l’attaque sanglante du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre ayant fait plus de 1 400 morts en Israël, principalement des civils massacrés par balles ou brûlés vifs, environ 1 800 délits antisémites ont été recensés en Allemagne, a déclaré au magazine Spiegel Thomas Haldenwang.

« Je crains que nous ayons affaire à cette nouvelle vague d’antisémitisme pendant encore longtemps », a ajouté le responsable.

Le patron du renseignement intérieur, l’Office de protection de la constitution, a parlé de « signaux d’alarme montrant que la situation pourrait encore empirer ».

Il a cité l’exemple de maisons de personnes juives ayant été « littéralement marquées » d’étoiles de David. « Il faut nous préparer à ce que des Juifs puissent être visés par des actes de violence », a-t-il encore dit.

Un cocktail Molotov a été récemment jeté contre une synagogue à Berlin et plusieurs manifestations pro-palestiniennes ont été interdites par les autorités allemandes en raison justement du risque de dérives antisémites et de violences.

Gilad Erdan : Un jour sombre pour l’ONU et l’humanité, qui restera abject

L'ambassadeur israélien à l'ONU Gilad Erdan s'adressant à l'Assemblée générale ,le 20 janvier 2022. (Crédit : Capture d'écran)
L'ambassadeur israélien à l'ONU Gilad Erdan s'adressant à l'Assemblée générale ,le 20 janvier 2022. (Crédit : Capture d'écran)

Israël rejette vivement une résolution de l’ONU appelant à une « trêve humanitaire » à Gaza sans mentionner le groupe terroriste palestinien du Hamas, l’ambassadeur du pays affirmant qu’Israël continuerait à se défendre.

« C’est un jour sombre pour l’ONU et pour l’humanité », a déclaré l’ambassadeur Gilad Erdan, qui a promis que son pays utiliserait « tous les moyens » pour lutter contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, à la tête de l’enclave.

« Aujourd’hui est un jour qui restera abject. Nous avons tous constaté que l’ONU n’a plus la moindre once de légitimité ou de pertinence », a-t-il déclaré.

« L’opération de ce soir n’est pas une offensive de grande envergure » – responsables

Le lieutenant-colonel Peter Lerner (Crédit : capture d’écran Youtube/IDFnadesk)
Le lieutenant-colonel Peter Lerner (Crédit : capture d’écran Youtube/IDFnadesk)

Des responsables américains et israéliens ont déclaré à ABC News que l’incursion terrestre prévue ce soir à Gaza n’est pas une offensive de grande envergure.

Une source américaine anonyme a déclaré à la chaîne qu’il s’agissait d’une opération limitée. Et le porte-parole de Tsahal, Peter Lerner, affirme que l’action en cours n’est pas l’opération de grande envergure attendue.

Le Hamas affirme qu’il fait face à une incursion terrestre israélienne à Gaza

Al Jazeera cite la branche armée du groupe terroriste palestinien du Hamas, les Brigades Ezzedine al-Qassam, qui affirme faire face à une incursion terrestre de l’armée israélienne dans la bande de Gaza.

Le communiqué du Hamas repris par la chaîne qatarie indique que de « violents affrontements » ont lieu près de Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, et de Bureij, dans le centre.

Un officier israélien a découvert un bébé décapité au kibboutz Beeri

Une balançoire pour enfants devant une maison attaquée par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023, photo prise au kibboutz Beeri, le 14 octobre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
Une balançoire pour enfants devant une maison attaquée par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023, photo prise au kibboutz Beeri, le 14 octobre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)

Un officier supérieur israélien a affirmé vendredi à l’AFP avoir trouvé le cadavre décapité d’un bébé dans l’un des kibboutz attaqués par le mouvement terroriste islamiste palestinien Hamas le 7 octobre.

Chef de l’unité de recherche et de secours de l’armée, le colonel Golan Vach, a dit avoir trouvé le corps d’une mère protégeant son bébé alors qu’il fouillait les décombres du kibboutz de Beeri, dans le sud d’Israël, trois jours après les attaques menées par des centaines d’hommes du Hamas à partir de la bande Gaza voisine.

« Quand je l’ai extrait, j’ai vu un bébé décapité. Je l’ai pris dans les mains et je l’ai transporté, puis je l’ai mis dans le sac mortuaire. Je l’ai fait personnellement », a exliqué l’officier lors d’une visite organisée pour les médias à Kfar Aza, autre kibboutz attaqué par les combattants du Hamas, mouvement au pouvoir à Gaza.

Les médias israéliens ont les premiers fait état d’allégations de bébés décapités. Celles-ci ont été soutenues dans un premier temps par des responsables israéliens, avant que des porte-parole disent être dans l’impossibilité de les confirmer.

Le président américain Joe Biden a également évoqué comme un fait que des bébés avaient été décapités avant que ses services ne précisent qu’il n’avait vu aucune image de telles atrocités.

Le rabbin Israël Weiss, un des responsables de l’identification des corps des personnes massacrées le 7 octobre, avait déclaré le 16 octobre à Tel-Aviv avoir « vu des bébés, des femmes et des enfants décapités ».

Aucune image, photo ou vidéo de bébés décapités, susceptible d’être indépendamment vérifiée n’a jusqu’à présent émergé.

« Les gens me demandent comment il est possible que je n’aie pas pris de photo. J’ai répondu ‘Je suis désolé. J’ai des enfants. J’ai des limites. Je ne photographie pas un bébé décapité' », a expliqué le colonel Vach.

De nouvelles manifestations pro-Hamas ont lieu en Cisjordanie

Des milliers de Palestiniens sont descendus dans les rues de Ramallah, de Naplouse et d’autres villes de Cisjordanie pour manifester leur solidarité avec le Hamas, alors qu’Israël intensifie son opération militaire contre le groupe terroriste palestinien dans toute la bande de Gaza.

ONU : La résolution qui ne mentionne pas le Hamas adoptée à une écrasante majorité

Une résolution appelant à un cessez-le-feu à Gaza, qui ne mentionne pas le groupe terroriste palestinien du Hamas, a été adoptée à une écrasante majorité par l’Assemblée générale des Nations unies.

Cent vingt pays ont voté en faveur de la résolution présentée par la Jordanie, tandis que 14 seulement ont voté contre, dont les États-Unis, l’Autriche, la Croatie, la Tchécoslovaquie, Fidji, le Guatemala, la Hongrie, Israël, les Îles Marshall, la Micronésie, Nauru, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Paraguay et les Tonga.

Quarante-cinq pays se sont abstenus, dont l’Australie, le Canada, la Finlande, l’Allemagne, la Grèce, l’Inde, l’Irak, l’Italie, le Japon, les Pays-Bas, la Pologne, la Corée du Sud, la Suède, la Tunisie, l’Ukraine et le Royaume-Uni.

La résolution demande un cessez-le-feu immédiat à Gaza, la libération de tous les civils, la protection des civils et des institutions internationales, et la garantie du passage en toute sécurité de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza.

L’initiative est totalement symbolique, mais elle met en évidence le soutien international massif dont bénéficient le Hamas.

Le Canada a tenté de faire ajouter un amendement à la résolution afin d’y inclure une condamnation du Hamas. Une majorité de membres a soutenu la proposition, mais celle-ci n’a pas atteint la majorité des deux tiers nécessaire pour être adoptée.

Des bruits de mitrailleuses près de la frontière de Gaza – correspondant Fox News

Le correspondant de Fox News, Trey Yingst, rapporte des bruits de mitrailleuses près de la frontière de Gaza.

L’ONU rejette l’ajout de la condamnation du Hamas dans une résolution

Un amendement visant à ajouter une condamnation du groupe terroriste palestinien du Hamas à une résolution jordanienne de l’Assemblée générale des Nations unies appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza a été rejeté.

Quatre-vingt-huit pays ont voté pour l’amendement, 55 ont voté contre et 33 se sont abstenus, mais le soutien des deux tiers des 193 membres était nécessaire pour que la mesure soit adoptée.

L’ambassadeur de Jordanie auprès des Nations unies a qualifié l’amendement d’effort pour « blanchir » les « atrocités » israéliennes à Gaza.

Washington affirme que les frappes anti-iraniennes en Syrie ont touché des munitions

Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, s'exprimant lors du briefing quotidien à la Maison Blanche, à Washington, le 12 juin 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)
Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, s'exprimant lors du briefing quotidien à la Maison Blanche, à Washington, le 12 juin 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)

Les États-Unis affirment que leurs frappes dans l’est de la Syrie ont touché des munitions liées au Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) et s’attendent à un impact « significatif » sur les milices soutenues par Téhéran.

« L’objectif de ces deux sites que nous avons ciblés était d’avoir un impact significatif sur les opérations futures du CGRI et des milices soutenues par l’Iran », a déclaré à la presse le porte-parole du Conseil de sécurité nationale, John Kirby.

« Nous avons visé des installations de stockage et des dépôts de munitions dont nous savons qu’ils seront utilisés pour soutenir le travail de ces milices, en particulier en Syrie.

Les républicains juifs US se réunissent sur fond de guerre entre Israël et le Hamas

Les principaux donateurs juifs républicains américains se rendent à Las Vegas pour une convention annuelle clé, où la guerre d’Israël contre le groupe terroriste palestinien du Hamas devrait dominer le rassemblement.

La Coalition juive républicaine (RJC), qui accueille traditionnellement les candidats à la Maison Blanche à la recherche de donateurs, devrait être l’occasion pour les candidats de démontrer leur soutien à Israël.

« Le monde nous regardera », a écrit la RJC sur les réseaux sociaux en annonçant le compte à rebours de l’événement.

Les huit principaux candidats à l’investiture du parti républicain devraient tous s’exprimer lors de la réunion, y compris le favori Donald Trump et son plus proche rival, le gouverneur de Floride Ron DeSantis.

Ces dernières semaines, Trump a suscité la colère en qualifiant le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah , basé au Liban, de « très intelligent » et en critiquant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

Les Saoudiens avertissent que l’incursion terrestre aura des conséquences catastrophiques – NY Times

De la fumée s’élevant des bâtiments démolis par les frappes aériennes israéliennes à Beit Lahiya dans le nord de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)
De la fumée s’élevant des bâtiments démolis par les frappes aériennes israéliennes à Beit Lahiya dans le nord de la bande de Gaza, le 26 octobre 2023. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

Des responsables saoudiens auraient averti leurs homologues américains qu’une incursion terrestre israélienne dans la bande de Gaza aurait des conséquences catastrophiques pour le Moyen-Orient.

« Les dirigeants saoudiens espéraient qu’une opération terrestre pourrait être évitée pour des raisons de stabilité ainsi que de pertes humaines », déclare le sénateur américain Richard Blumenthal au New York Times après avoir rencontré le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane à Ryad.

De hauts responsables saoudiens ont donné des avertissements plus fermes à leurs homologues américains à huis clos, rapporte le New York Times, citant un responsable saoudien et une deuxième source familière avec la question.

Hossein Amir Abdollahian rencontre Antonio Guterres à New York

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir Abdollahian, vient de terminer une réunion avec le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, au siège de l’ONU à New York.

Dans son discours de jeudi devant l’Assemblée générale, le plus haut diplomate iranien a averti que si les représailles d’Israël contre le Hamas ne cessaient pas, les États-Unis « ne seraient pas épargnés par ce feu ».

Ilhan Omar « émue et honorée » de rencontrer les familles des otages israélo-américains

La représentante démocrate Ilhan Omar a rencontré hier les familles des otages israélo-américains actuellement détenus par des groupes terroristes à Gaza, annonce son bureau.

Les familles des otages ont rencontré la semaine dernière Alexandria Ocasio-Cortez, membre de la délégation d’Omar, indiquant qu’elles s’engagent avec les législateurs à travers le spectre politique afin d’obtenir la libération de leurs proches. Omar et Ocasio-Cortez ont tous deux appelé à un cessez-le-feu immédiat à Gaza.

Le bureau d’Omar a tweeté qu’elle était « émue et honorée » de rencontrer les familles des otages. « Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour négocier la libération en toute sécurité de tous les otages détenus à Gaza. Mme Omar restera en contact avec les partenaires régionaux et les ONG pour faire pression en faveur de la libération des otages, de la fin du ciblage injuste des civils et d’un cessez-le-feu immédiat », ajoute le tweet.

Deux roquettes touchent une maison et un abri à Sderot ; aucune victime à déplorer

Deux roquettes provenant de la bande de Gaza ont touché la ville de Sderot.

L’une d’entre elles s’est écrasée sur une maison et l’autre sur un miklat -abri anti-atomique – extérieur.

Des dégâts ont été causés. Aucune victime n’est à déplorer.

Des chars israéliens opèrent à Gaza et échangent des tirs avec des terroristes – source palestinienne

Cette capture d'écran tirée d'une vidéo diffusée par l'armée israélienne le 26 octobre 2023 montre un "raid ciblé" dans le nord de la bande de Gaza avec des chars et le Corps d’Infanterie. (Crédit : Armée israélienne/AFP)
Cette capture d'écran tirée d'une vidéo diffusée par l'armée israélienne le 26 octobre 2023 montre un "raid ciblé" dans le nord de la bande de Gaza avec des chars et le Corps d’Infanterie. (Crédit : Armée israélienne/AFP)

Après que l’armée israélienne a déclaré plus tôt qu’elle étendait ses opérations terrestres dans la bande de Gaza, les Palestiniens de Gaza signalent que des forces terrestres de Tsahal, notamment des chars, opèrent à l’intérieur de l’enclave.

Des échanges de tirs nourris ont été signalés entre les soldats et les terroristes.

Ces informations ne peuvent être vérifiées dans l’immédiat. Tsahal n’a fait aucun commentaire.

Plus tôt, l’armée de l’air a procédé à un bombardement intensif de la bande de Gaza, vraisemblablement en préparation de la prochaine incursion terrestre.

Jordanie : Israël a lancé une guerre terrestre contre Gaza, « le monde jugera »

Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, s'exprimant lors de l'Assemblée générale des Nations unies au siège des Nations unies, à New York, le 26 octobre 2023. (Crédit : Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images/AFP)
Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, s'exprimant lors de l'Assemblée générale des Nations unies au siège des Nations unies, à New York, le 26 octobre 2023. (Crédit : Eduardo Munoz Alvarez/Getty Images/AFP)

Le ministre jordanien des Affaires étrangères, Ayman Safadi, affirme qu’Israël a « lancé une guerre terrestre contre Gaza ».

Israël n’a fait aucune déclaration de ce type. L’armée israélienne a déclaré qu’elle intensifiait ses frappes aériennes et que l’activité des forces terrestres s’étendrait au cours de la nuit.

Des responsables israéliens ont comparé Safadi au ministre extrémiste de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, en raison de la rhétorique enflammée du diplomate jordanien à l’égard d’Israël.

Sur Twitter, Safadi affirme que l’incursion militaire israélienne « entraînera une catastrophe humanitaire de grande ampleur pour les années à venir ».

Il appelle la communauté internationale à soutenir une résolution jordanienne de l’Assemblée générale des Nations unies qui appelle à un cessez-le-feu immédiat sans mentionner le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Des millions de personnes suivront chaque vote. L’histoire jugera », déclare Safadi.

Israël : Les Houthis à l’origine des explosions dans les stations balnéaires du Sinaï

Israël affirme que les explosions survenues cette nuit dans les stations balnéaires égyptiennes de Taba et Nuweiba ont été provoquées par des terroristes houthis qui cherchaient à nuire à Israël.

« Les Houthis sont les mandataires du régime terroriste des Ayatollahs à Téhéran, qui contrôle également les groupe terroristes du Hezbollah, du Jihad islamique palestinien et du Hamas », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lior Haiat, dans un communiqué condamnant les dommages causés aux forces de sécurité égyptiennes lors des frappes.

Hamas : « la terre de Gaza engloutira les lambeaux des soldats » israéliens

Un haut responsable du groupe terroriste palestinien du Hamas a affirmé que ses hommes sont « prêts » pour faire face à une éventuelle incursion terrestre israélienne dans la bande de Gaza, après que l’armée israélienne a annoncé y « étendre » ses opérations terrestres vendredi soir.

« Si Netanyahu [le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, NDLR] décide d’entrer à Gaza ce soir, la résistance [nom que se donnent les groupes terroristes islamistes anti-Israël] est prête », a déclaré sur Telegram Ezzat al-Risheq, ajoutant que « la terre de Gaza engloutira les lambeaux des soldats » israéliens.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas appelle par ailleurs le monde à « agir immédiatement » pour faire cesser les bombardements israéliens sur Gaza, alors que des frappes intenses pilonnent le territoire palestinien.

« Nous appelons les pays arabes et musulmans et la communauté internationale à prendre leurs responsabilités et à agir immédiatement pour mettre fin aux crimes et aux séries de massacres perpétrés contre notre peuple », déclare le Hamas dans un communiqué.

25 sénateurs démocrates demandent à Israël d’autoriser des livraisons contrôlées de carburant à Gaza

Le sénateur Chris Murphy, démocrate du Connecticut, s'exprimant lors du Sommet national pour des communautés plus sûres à l'Université de Hartford, à West Hartford, dans le Connecticut, le 16 juin 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP)
Le sénateur Chris Murphy, démocrate du Connecticut, s'exprimant lors du Sommet national pour des communautés plus sûres à l'Université de Hartford, à West Hartford, dans le Connecticut, le 16 juin 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP)

Vingt-cinq sénateurs démocrates ont signé une déclaration appelant Israël à autoriser les livraisons de carburant pour alimenter les hôpitaux et les centres de traitement de l’eau à Gaza.

Israël a jusqu’à présent rejeté ces demandes, affirmant que le groupe terroriste palestinien du Hamas détournait le carburant pour l’utiliser dans le cadre de ses activités terroristes.

« Nous condamnons les horribles attaques terroristes du Hamas contre Israël, pour lesquelles Israël doit tenir le Hamas responsable. Dans le cadre de cet effort, tous les efforts doivent être faits pour protéger les civils innocents », indique la déclaration des sénateurs Chris Murphy et Chris Van Hollen. Chris Murphy, Chris Van Hollen, Brian Schatz, Peter Welch et Jeff Merkley.

« À l’heure actuelle, les hôpitaux de Gaza sont à quelques heures de manquer du carburant qui alimente les ventilateurs, les couveuses pour bébés et d’autres équipements vitaux, et les maladies se propagent rapidement en l’absence d’électricité pour traiter et pomper l’eau potable. Pour prévenir une crise sanitaire potentielle et aider à sauver d’innombrables vies, nous pensons qu’il est possible de transporter le carburant directement vers ces hôpitaux, ces usines de dessalement et ces stations de pompage d’eau, en toute transparence, afin d’éviter qu’il ne soit détourné au profit du Hamas », poursuit la déclaration.

« Il existe des mécanismes de surveillance étendus qui permettront de suivre les livraisons de carburant directement vers les sites prévus, où elles pourront être utilisées immédiatement pour éviter la mort de civils innocents, bébés et enfants compris. Nous encourageons l’administration Biden à travailler avec nos partenaires israéliens, égyptiens et onusiens pour permettre ces livraisons qui sauveront des vies », ajoutent les sénateurs.

Cette déclaration fait suite aux appels lancés par au moins sept démocrates qui se sont fait l’écho du secrétaire d’État américain Antony Blinken, exhortant le Conseil de sécurité des Nations unies à envisager des « trêves humanitaires » à Gaza afin de permettre l’entrée sans entrave de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza et de permettre aux civils d’atteindre des zones sûres, à l’écart des combats.

« Libérez Gaza » : Des centaines de Palestiniens manifestent à Ramallah

Des personnes brandissant des drapeaux de groupes palestiniens lors d'une marche de solidarité avec la population de la bande de Gaza, dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 27 octobre 2023. (Crédit : Aris Messinis/AFP)
Des personnes brandissant des drapeaux de groupes palestiniens lors d'une marche de solidarité avec la population de la bande de Gaza, dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 27 octobre 2023. (Crédit : Aris Messinis/AFP)

Des centaines de Palestiniens ont manifesté un peu plus tôt à Ramallah, en Cisjordanie, où certains ont exprimé leur soutien au Hamas dans le cadre de la guerre menée par Israël contre le groupe terroriste palestinien à Gaza.

La foule a scandé des slogans tels que : « Libérez Gaza » et « Le peuple veut les Brigades Ezzedine al-Qassam », en référence à la branche armée du Hamas.

D’autres agitaient des drapeaux du Hamas ainsi que des bannières représentant divers mouvements palestiniens.

Fakhi Barghouti, 80 ans, a déclaré que les Palestiniens de Cisjordanie « doivent faire plus pour la guerre à Gaza ».

Plusieurs personnes ont refusé de répondre aux questions de l’AFP, estimant que la couverture médiatique de la guerre par les médias occidentaux et notamment français était « biaisée ».

Des tracts avertissent un village de Cisjordanie de fuir en Jordanie sous peine d’une nouvelle « Nakba »

Des tracts anonymes avertissant les Palestiniens de Cisjordanie qu’ils ont « une dernière chance » de fuir en Jordanie ou de faire face à une autre « Nakba » – mot arabe signifiant « catastrophe » – ont été placés sur les voitures des habitants du village de Deir Istiya, dans le nord de la Cisjordanie.

« L’organisation meurtrière ISIS [État islamique] et satanique du Hamas, qui veut corrompre le pays, a commis la plus grande erreur de l’histoire en nous déclarant la guerre et en massacrant des enfants et des personnes âgées », déclarent les tracts.

« Vous vouliez une Nakba comme ce qui s’est passé en 1948. Nous allons bientôt faire tomber une grande Nakba sur vos têtes. Vous avez une dernière chance de vous échapper vers la Jordanie de manière ordonnée ou nous vous expulserons de force de nos terres sacrées que Dieu nous a léguées », peut-on lire sur les tracts, qui ont également été placés sur des voitures à la jonction de Yakir, juste au nord de l’implantation d’Ariel.

Le maire de Deir Istiya, Firas Diab, explique à Haaretz que les résidents d’implantations ont pénétré sur les terres agricoles du village et ont lancé des pierres aux habitants ces derniers jours, des crimes qui sont restés, selon lui, impunis.

La violence de certains résidents d’implantations s’est encore intensifiée depuis le début de la guerre de Gaza.

Les sirènes de roquettes retentissent dans le sud d’Israël

Les sirènes de roquettes retentissent à Ashkelon et dans les communautés de la périphérie de Gaza.

Aucun impact n’a été signalé dans l’immédiat.

L’armée enquête sur des soldats filmés en train de scander « Ahmad Tibi est mort »

Le député de la Liste arabe unie, Ahmad Tibi, s'exprimant lors de la conférence Haaretz au Centre Peres pour la paix et l'innovation à Jaffa, le 16 juin 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Le député de la Liste arabe unie, Ahmad Tibi, s'exprimant lors de la conférence Haaretz au Centre Peres pour la paix et l'innovation à Jaffa, le 16 juin 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Des dizaines de soldats de l’armée israélienne ont été filmés en train de chanter « Ahmad Tibi est mort » et « Ahmad Tibi, fils de p*** », en référence au député radical arabe israélien. Les vidéos ont été téléchargées cette semaine sur les réseaux sociaux.

L’armée israélienne déclare dans un communiqué que le comportement des soldats est inapproprié et qu’elle recherche l’identité des personnes repérées dans les vidéos.

« Il n’y a pas de membre arabe de la Knesset qui ne reçoive pas de menaces de mort, mais l’incitation [à la haine] dans des bases militaires est quelque chose de nouveau que nous avons vu ces deux dernières semaines, sans doute encouragée par La Familia [groupe haineux]. La police israélienne arrête les citoyens arabes qui aiment et récitent des versets du Coran, mais elle n’a encore pris aucune mesure contre l’incitation rampante [à la haine] à l’encontre de la population arabe », a déclaré Tibi.

L’envoyée américaine à l’ONU dénonce la résolution « scandaleuse » de la Jordanie

L'ambassadrice américaine auprès de l'ONU, Linda Thomas-Greenfield, s'adressant à un rassemblement de soutien à Israël à New York, le 11 octobre 2023. (Crédit : Andrew Weinstein/Mission des États-Unis auprès de l'ONU/X)
L'ambassadrice américaine auprès de l'ONU, Linda Thomas-Greenfield, s'adressant à un rassemblement de soutien à Israël à New York, le 11 octobre 2023. (Crédit : Andrew Weinstein/Mission des États-Unis auprès de l'ONU/X)

L’ambassadrice des États-Unis auprès de l’ONU, Linda Thomas-Greenfield, critique une résolution jordanienne qui sera votée plus tard dans la journée à l’Assemblée générale parce qu’elle ne mentionne même pas le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Il est scandaleux que cette résolution ne nomme pas les auteurs des attaques terroristes du 7 octobre : le Hamas », a déclaré Thomas Greenfield lors d’un débat sur la résolution jordanienne non contraignante qui appelle à un cessez-le-feu immédiat à Gaza.

Elle note également que la résolution ne contient pas non plus le mot « otages ». Cependant, elle « appelle à la libération immédiate de tous les civils, exigeant leur sécurité, leur bien-être et un traitement humain en conformité avec le droit international ».

Thomas-Greenfield invite les députés à soutenir un amendement canadien à la résolution qui condamne le Hamas et exige la libération immédiate et inconditionnelle des otages.

« Cela devrait être facile. C’est le strict minimum que nous espérons voir figurer dans cette résolution », a déclaré Thomas-Greenfield.

L’envoyée américaine précise que les civils palestiniens, le personnel de l’ONU et les travailleurs humanitaires doivent être protégés.

Elle évoque ensuite l’histoire du chef du bureau d’Al Jazeera à Gaza, Wael al-Dahdouh, dont la femme, les deux enfants et le petit-fils ont été tués lors d’une frappe aérienne israélienne en début de semaine.

« Nous ne devons pas devenir insensibles à la douleur et à la souffrance de personnes comme Wael Al-Dahdouh (…). Mon cœur se brise pour Wael. Mon cœur se brise pour tous les civils innocents qui sont pris dans cette crise », dit-elle.

Hagari : Israël intensifie ses frappes, les forces terrestres « étendront » leur activité ce soir

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, faisant une déclaration le 27 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, faisant une déclaration le 27 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée avait intensifié les frappes aériennes dans la bande de Gaza au cours des dernières heures et qu’elle continuerait à mener des opérations au sol.

« L’armée de l’air frappe des cibles souterraines de manière très significative », a-t-il déclaré, ajoutant que les forces terrestres « étendront » leur activité ce soir.

Au cours des deux derniers jours, le Corps d’Infanterie et les chars de Tsahal ont mené des raids limités dans la bande de Gaza.

Hagari affirme que l’armée continuera à frapper la ville de Gaza et les zones environnantes dans le nord de la bande de Gaza, et renouvelle son appel aux Palestiniens pour qu’ils évacuent vers le sud de la bande de Gaza.

« Nous sommes prêts à nous défendre sur tous les fronts. Nous agissons pour protéger les intérêts de l’État d’Israël en matière de sécurité », a-t-il déclaré.

Antonio Guterres réitère son « appel à un cessez-le-feu humanitaire »

Des Palestiniens inspectant les dégâts des bâtiments détruits suite aux frappes aériennes israéliennes sur la ville de Gaza, vendredi 27 octobre 2023. (Abed Khaled/AP Photo)
Des Palestiniens inspectant les dégâts des bâtiments détruits suite aux frappes aériennes israéliennes sur la ville de Gaza, vendredi 27 octobre 2023. (Abed Khaled/AP Photo)

Le chef des Nations unies avertit que Gaza est confrontée à « une avalanche sans précédent de souffrances humaines » en raison du manque de nourriture, d’eau et d’électricité.

« Je réitère mon appel à un cessez-le-feu humanitaire, à la libération inconditionnelle de tous les otages et à l’acheminement de fournitures vitales », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, dans un communiqué.

« La misère s’accroît de minute en minute. Sans un changement fondamental, la population de Gaza sera confrontée à une avalanche de souffrances humaines sans précédent. »

Joe Biden informé des derniers développements

Le président américain Joe Biden s'exprimant lors d'une réunion avec la Commission de l'Europe, à la Maison Blanche, à Washington, le 20 octobre 2023. (Crédit : Olivier Douliery/AFP)
Le président américain Joe Biden s'exprimant lors d'une réunion avec la Commission de l'Europe, à la Maison Blanche, à Washington, le 20 octobre 2023. (Crédit : Olivier Douliery/AFP)

Le président américain Joe Biden a été informé par son équipe de sécurité nationale des derniers développements en Israël et à Gaza, selon la Maison Blanche.

Ont participé à cette réunion le conseiller à la Sécurité nationale Jake Sullivan, le secrétaire d’État Antony Blinken, le secrétaire à la Défense Lloyd Austin, le président de l’état-major interarmées Charles Brown, la directrice du Renseignement national Avril Haines et le directeur de l’Agence centrale de renseignement William Burns, ajoute la Maison Blanche.

Israël doute de plus en plus du sérieux du Hamas et du Qatar concernant les otages – média

Les responsables israéliens sont de plus en plus convaincus que le groupe terroriste palestinien du Hamas et le Qatar ne sont pas sérieux quant à la conclusion d’un accord sur les otages et qu’ils cherchent à influencer Israël en parlant d’un accord possible, rapporte la Douzième chaîne.

La chaîne ne cite pas de sources pour son reportage.

Elle indique que les récentes informations parues dans la presse étrangère selon lesquelles un accord sur les otages pourrait être proche sont considérées comme faisant partie des efforts déployés par le Qatar pour retarder une éventuelle incursion terrestre israélienne dans la bande de Gaza.

Une roquette touche un champ agricole près de Rishon Lezion ; un ouvrier étranger blessé

Un travailleur étranger est modérément blessé après qu’une roquette lancée depuis la bande de Gaza dans la dernière salve de roquettes tirée sur le centre d’Israël a atterri sur un champ agricole près de Rishon Lezion, selon les secouristes.

Le service de secours du Magen David Adom (MDA) indique que l’homme, touché à la poitrine par les éclats de la roquette, est évacué à l’hôpital Asaf HaRofe, situé à proximité.

Kamala Harris et son mari rencontrent les familles d’otages américains retenus à Gaza

La vice-présidente américaine Kamala Harris et le second gentleman Douglas Emhoff ont rencontré aujourd’hui des familles d’Américains actuellement retenus en otage à Gaza, a annoncé la Maison Blanche.

Harris et Emhoff ont participé à une réunion dirigée par l’envoyé américain pour les otages, Roger Carstens. Ils ont écouté les familles raconter ce qu’elles ont vécu au cours des dernières semaines et leur ont exprimé leur soutien, selon un communiqué de presse américain.

Harris a fait savoir aux familles que l’administration Biden « faisait tout son possible » pour ramener à la maison les 13 Américains actuellement retenus en otage, ainsi que l’ensemble des 233 captifs.

Les réseaux de communication de Gaza hors service en raison des frappes israéliennes

Des informations en provenance de Gaza indiquent que les réseaux de communication dans la bande de Gaza sont hors service en raison des bombardements israéliens intensifs.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas affirme qu’Israël « a coupé les communications et la majeure partie de l’internet » dans la bande de Gaza.

Une importante salve de roquettes depuis Gaza vise le sud et le centre d’Israël

Une importante salve de roquettes est tirée depuis Gaza vers le sud et le centre d’Israël.

Les sirènes ont retenti à Ramat Gan, Modiin, Rishon Lezion, Holon, Ashdod, Ashkelon et ailleurs.

Aucun impact n’a été signalé jusqu’à présent.

Biden, marquant les 5 ans du massacre de Tree of Life, évoque les atrocités du Hamas

Une étoile de David accrochée à la clôture de la synagogue Tree of Life dans le quartier de Squirrel Hill, à Pittsburgh, le 19 avril 2023. (Crédit : Gene J. Puskar/AP)
Une étoile de David accrochée à la clôture de la synagogue Tree of Life dans le quartier de Squirrel Hill, à Pittsburgh, le 19 avril 2023. (Crédit : Gene J. Puskar/AP)

Dans une déclaration marquant le cinquième anniversaire de la fusillade meurtrière à la synagogue Tree of Life de Pittsburgh, le président américain Joe Biden déplore que « la commémoration d’aujourd’hui intervienne après le jour le plus meurtrier pour le peuple juif depuis la Shoah », en référence à l’attaque barbare menée par le groupe terroriste palestinien du Hamas en Israël le 7 octobre, qui a fait plus de 1 400 morts et quelque 220 otages.

« Cette atrocité dévastatrice a fait remonter à la surface des souvenirs douloureux laissés par des millénaires d’antisémitisme et de génocide du peuple juif. La peur est amplifiée par la montée alarmante de l’antisémitisme à l’étranger et dans notre pays », a déclaré Biden dans un communiqué reprenant les remarques formulées dans les discours qu’il a prononcés depuis l’assaut du Hamas.

Revenant sur la fusillade de Pittsburgh, Biden déclare : « Les cœurs des communautés juives ont été brisés, laissant derrière eux des survivants et des familles qui ne seront plus jamais les mêmes. »

« Sous ma présidence, nous continuerons à condamner l’antisémitisme. Nous renforçons la sécurité autour des centres de la vie juive dans tout le pays. Le ministère de la Justice a fait de la lutte contre les crimes de haine une priorité absolue. Nous avons adopté la loi la plus importante sur la sécurité des armes à feu depuis près de 30 ans. Enfin, nous mettons en œuvre la toute première stratégie nationale de lutte contre l’antisémitisme. Parce que la haine ne disparaît jamais, elle se cache seulement jusqu’à ce qu’on lui donne un peu d’oxygène. En tant que nation, nous devons veiller à ce que la haine ne reçoive jamais d’oxygène », a déclaré le président américain.

« En ces temps difficiles, nous ne devons jamais perdre espoir ni renoncer à des lendemains meilleurs. Nous devons nous engager à nouveau à dénoncer le sectarisme et la haine sous toutes ses formes, qu’il s’agisse de racisme, d’antisémitisme ou d’islamophobie. Et nous devons nous rassembler en tant que compatriotes américains pour guérir l’âme de notre nation », ajoute Biden.

Iran : Les groupes terroristes libanais et palestiniens ont « le doigt sur la gâchette »

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue libanais Abdallah Bouhabib, à Beyrouth, le 13 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue libanais Abdallah Bouhabib, à Beyrouth, le 13 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)

Le ministre iranien des Affaires étrangères avertit que les groupes terroristes libanais et palestiniens ont le « doigt sur la gâchette ».

« D’après ce que j’ai compris et entendu de leurs plans, ils ont le doigt sur la gâchette. Vous savez, c’est beaucoup plus puissant et profond que ce que vous avez vu », a affirmé le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, parlant de ses récentes rencontres « avec les responsables de la résistance [nom que se donnent les groupes terroristes islamistes anti-Israël] au Liban et aussi les groupes palestiniens ».

« C’est pourquoi je pense que si cette situation perdure et que des femmes, des enfants et des civils sont encore tués à Gaza et en Cisjordanie, tout sera possible », a-t-il ajouté sur la radio américaine NPR.

Il s’exprimait depuis le siège des Nations unies où il a participé à un débat sur le conflit de l’Assemblée générale de l’ONU.

Amir Abdollahian insiste toutefois sur le fait que les groupes terroristes décideront d’eux-mêmes et non sur ordre de l’Iran.

« Nous ne voulons pas vraiment que ce conflit s’étende », assure-t-il.

Des hôpitaux sont censés se préparer à traiter des otages qui seraient bientôt libérés

Notre site en hébreu, Zman Yisrael, rapporte que plusieurs hôpitaux ont reçu l’ordre du ministère de la Santé d’ouvrir des services susceptibles d’accueillir des otages israéliens libérés.

Les hôpitaux Soroka à Beer Sheva, Sheba à Ramat Gan, Wolfson à Holon et Schneider à Petah Tikva sont concernés.

L’article précise que cette consigne s’inscrit dans le cadre des préparatifs généraux en vue d’une éventuelle prise en charge des captifs relâchés, et ne résulte pas d’informations concrètes sur l’imminence d’une telle libération.

Les Palestiniens signalent des frappes aériennes israéliennes dans tout Gaza

Les médias palestiniens font état d’intenses frappes aériennes israéliennes dans la bande de Gaza, en particulier dans le nord.

Des images en direct montrent des panaches de fumée et des boules de feu s’élevant au-dessus de Gaza City.

L’armée israélienne n’a pas encore commenté cette vague de frappes aériennes.

Tsahal a intercepté une « menace aérienne » au-dessus de la mer Rouge dans la matinée

L’armée israélienne a déclaré que des avions de combat avaient été envoyés en mission après qu’une « menace aérienne » eut été identifiée au-dessus de la mer Rouge ce matin.

L’armée de l’air israélienne a intercepté les « cibles hostiles » qui n’ont pas pénétré dans l’espace aérien israélien, selon Tsahal.

L’armée publie une vidéo montrant l’interception qui, selon les médias égyptiens, s’est produite près de la ville de Nuweiba, sur la mer Rouge.

Plus tôt dans la journée, le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré qu’une frappe sur la ville égyptienne de Taba, sur la mer Rouge, aux premières heures de la matinée, provenait de « la région de la mer Rouge », dans une référence apparente aux rebelles houthis soutenus par l’Iran au Yémen.

Les frappes égyptiennes sont intervenues quelques jours après que les Houthis ont tenté de tirer des missiles sur Israël via la mer Rouge.

Des élus démocrates US se joignent à l’appel en faveur d’une « trêve humanitaire »

Les appels des parlementaires démocrates américains en faveur d’une « trêve humanitaire » dans les combats à Gaza se multiplient.

Après que le secrétaire d’État américain Antony Blinken a exhorté mercredi le Conseil de sécurité des Nations unies à « envisager » des trêves humanitaires afin de permettre l’entrée sans entrave de l’aide humanitaire à Gaza et de permettre aux civils d’atteindre des zones sûres à l’écart des combats, les députés Ro Khanna, Jamie Raskin, le président de l’Assemblée générale de l’ONU, Susan Wild, Dan Goldman, Jerry Nadler, Jan Schakowsky et le sénateur Bernie Sanders ont fait écho à cet appel.

Ce groupe ne comprend pas la douzaine de démocrates plus progressistes qui ont appelé à un cessez-le-feu plus permanent.

L’administration Biden a fait valoir qu’un cessez-le-feu équivaudrait à une victoire pour le groupe terroriste palestinien du Hamas après l’attaque sans précédent du 7 octobre qui a fait plus de 1 400 morts en Israël.

L’armée iranienne organise un grand exercice militaire pour les forces terrestres

L’armée iranienne entame un exercice de deux jours avec toutes les unités de ses forces terrestres dans la province d’Ispahan, au centre du pays.

Au cours de la phase principale de l’exercice, vendredi, les brigades mobiles d’assaut, les divisions blindées et les escadrons d’hélicoptères de l’armée ont tiré des versions améliorées des missiles Shafaq, Almas et Dehlaviyeh pour frapper des cibles à une distance de 8 à 20 kilomètres, selon l’agence de presse iranienne Tasnim.

Le commandant de l’armée de l’air, Yousef Ghorbani, annonce en marge de l’exercice, dont le nom de code est « Eghtedar » (Autorité) 1402, que des hélicoptères militaires participent à l’exercice.

Ceux-ci ont été équipés de systèmes de brouillage, de capacités de vision nocturne, de missiles à longue portée et de munitions à guidage de précision, ce qui fait de l’aviation de l’armée iranienne la « puissance héliportée incontestée » en Asie occidentale, se vante Ghorbani dans les médias d’État iraniens.

Le Hamas nie que des centres de commandement soient cachés sous des hôpitaux

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a nié l’allégation d’Israël selon laquelle il dissimule ses centres de commandement sous les hôpitaux de Gaza, la qualifiant de « sans fondement ».

Izzat al-Rishq, membre du bureau politique du groupe terroriste, a déclaré dans un communiqué que « ces mensonges représentent un prélude à un nouveau massacre contre notre peuple, plus grand que celui de l’hôpital baptiste al-Ahli » – une référence à l’explosion du 17 octobre largement reconnue comme ayant été causée par une roquette du Jihad islamique palestinien mal tirée mais que le Hamas a imputée à Israël.

L’armée israélienne a déclaré plus tôt que la principale base d’opérations du groupe terroriste était située sous l’hôpital al-Shifa, le plus grand de la bande de Gaza.

« Plus de 40 000 personnes ont cherché refuge à l’hôpital al-Shifa, car elles ont été déplacées par le bombardement qui a tout frappé », a indiqué al-Rishq.

« Nous appelons les dirigeants des pays arabes et musulmans à agir et à mettre fin au génocide contre notre peuple », a-t-il ajouté.

Des roquettes tirées du Liban en direction d’Israël touchent la Syrie, selon Tsahal

L’armée israélienne a déclaré qu’un certain nombre de roquettes tirées du Liban vers le territoire israélien avaient atterri en Syrie.

Cette tentative d’attaque intervient alors que le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah et les factions palestiniennes qui lui sont alliées dans le sud du Liban multiplient les tirs de missiles et de roquettes.

Miki Zohar : Le gouvernement est « responsable » de l’attaque et répondra de ses actes

Le ministre de la Culture et des Sports Miki Zohar à son bureau de Jérusalem, le 2 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de la Culture et des Sports Miki Zohar à son bureau de Jérusalem, le 2 janvier 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de la Culture et des Sports Miki Zohar a déclaré à la Douzième chaîne que la « responsabilité » de l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas du 7 octobre incombait entièrement au gouvernement, mais que le « blâme » pour ce qui s’est passé ne pourra être déterminé qu’après la guerre, lorsque l’affaire aura fait l’objet d’une enquête approfondie.

Les propos de Zohar semblent aller plus loin que celles du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a refusé de dire qu’il était responsable de ce qui s’est passé.

Netanyahu a reconnu qu’il devra lui aussi répondre des actes du gouvernement lorsque l’enquête sur le 7 octobre sera lancée, mais il a affirmé qu’une enquête ne pourrait être ouverte qu’après la fin de la guerre.

Israël : La principale base d’opérations du Hamas est sous l’hôpital Shifa, à Gaza

Une image satellite publiée par l’armée israélienne montrant ce que l'armée israélienne considère comme des centres de commandement du Hamas enterrés sous l'hôpital Shifa à Gaza. (Crédit : Armée israélienne)
Une image satellite publiée par l’armée israélienne montrant ce que l'armée israélienne considère comme des centres de commandement du Hamas enterrés sous l'hôpital Shifa à Gaza. (Crédit : Armée israélienne)

Lors d’un briefing pour les journalistes des médias internationaux, le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que la principale base d’opérations du groupe terroriste palestinien du Hamas se trouvait sous l’hôpital al-Shifa, dans la ville de Gaza.

Hagari a expliqué que le Hamas possédait plusieurs complexes souterrains sous Shifa – le plus grand hôpital de la bande de Gaza – qui sont utilisés par les dirigeants du groupe terroriste pour diriger des attaques contre Israël.

Il a précisé qu’Israël disposait de renseignements selon lesquels plusieurs tunnels menaient à la base souterraine depuis l’extérieur de l’hôpital, de sorte que les responsables du Hamas n’ont pas besoin de pénétrer dans l’hôpital pour y accéder. Mais Hagari a ajouté qu’il existait également une entrée vers le complexe souterrain à l’intérieur de l’une des salles.

En outre, selon Tsahal, la sécurité interne du Hamas dispose d’un centre de commandement à l’intérieur de l’hôpital al-Shifa, d’où elle dirige les tirs de roquettes sur Israël et stocke des armes.

Il a ajouté que l’infrastructure énergétique de l’hôpital était également utilisée par la base souterraine du Hamas.

Hagari a accusé le Hamas d’utiliser l’hôpital – qui compte 1 500 lits et quelque 4 000 employés – comme bouclier humain.

Il a affirmé que les informations sur l’utilisation de l’hôpital par le Hamas se basaient sur un large éventail de sources de renseignements recueillies par le Directorat des Renseignements militaires et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet. Il a précisé que ces informations avaient déjà été communiquées aux alliés.

L’armée israélienne a publié une superposition graphique d’une image satellite de l’hôpital Shifa, montrant ce qu’elle dit être des centres de commandement du groupe terroriste palestinien du Hamas cachés sous l’hôpital.

Washington impose de nouvelles sanctions à 8 personnes ayant des liens avec le Hamas

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, à Tel Aviv, le 17 octobre 2023. (Crédit : Jacquelyn Martin/AP Photo/Pool)
Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, à Tel Aviv, le 17 octobre 2023. (Crédit : Jacquelyn Martin/AP Photo/Pool)

Les États-Unis imposent de nouvelles sanctions à huit personnes ayant des liens avec le groupe terroriste palestinien du Hamas, a annoncé le secrétaire d’État américain Antony Blinken.

Il a ajouté que quatre entités ayant des liens avec le Hamas et d’autres groupes terroristes désignés étaient également sanctionnées.

Ashkelon a été touchée lors de la dernière salve de roquettes – Autorités

Plusieurs roquettes lancées depuis la bande de Gaza ont atterri dans la ville côtière d’Ashkelon, selon les autorités locales.

Le service de secours du Magen David Adom (MDA) a indiqué que ses intervenants étaient en train de rechercher d’éventuels blessés.

Des images montrent l’impact d’une roquette sur une route de la ville et les dégâts causés au balcon d’un appartement dans un immeuble.

Le Hezbollah lance des missiles antichars et ouvre le feu sur des positions israéliennes

Un char israélien Merkava participant à un exercice militaire près de la frontière avec le Liban dans la région de la haute Galilée, au nord d'Israël, le 26 octobre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
Un char israélien Merkava participant à un exercice militaire près de la frontière avec le Liban dans la région de la haute Galilée, au nord d'Israël, le 26 octobre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah a lancé des missiles guidés antichars et a ouvert le feu avec des armes légères sur une position militaire israélienne près d’Avivim, et sur la zone de Misgav Am à la frontière nord.

L’armée israélienne a affirmé qu’aucun soldat n’avait été blessé dans ces attaques et que les troupes répondaient par des tirs d’artillerie contre les sources des tirs dans le sud du Liban.

Le Hezbollah a revendiqué les attaques d’aujourd’hui, ainsi que des dizaines de tirs de missiles et de roquettes contre des positions de Tsahal et des villes israéliennes depuis le début de la guerre, le 7 octobre.

Depuis cette date, le groupe terroriste a également cité le nom de 47 membres tués lors de frappes israéliennes dans le sud du Liban. Tsahal affirme avoir pris pour cible des escadrons du Hezbollah et des sites appartenant au groupe terroriste libanais.

La première équipe médicale du CICR entrée à Gaza depuis le 7 octobre

Des secouristes du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) sont entrés à Gaza pour la première fois depuis le début de la guerre, le 7 octobre, a déclaré une porte-parole du comité.

Six membres du personnel médical ont franchi le poste-frontière de Rafah, entre l’Égypte et Gaza, aux côtés de quatre autres spécialistes du CICR et de six camions d’aide humanitaire.

Ronen Bar et Herzi Halevi visitent la salle des opérations spéciales du Shin Bet

Le chef du Shin Bet, Ronen Bar, à gauche, et le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, dans la salle de commandement des opérations spéciales de l'agence du sécurité intérieure du Shin Bet, le 27 octobre 2023. (Crédit : Shin Bet)
Le chef du Shin Bet, Ronen Bar, à gauche, et le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, dans la salle de commandement des opérations spéciales de l'agence du sécurité intérieure du Shin Bet, le 27 octobre 2023. (Crédit : Shin Bet)

L’agence de sécurité intérieure du Shin Bet a déclaré que son chef, Ronen Bar, et le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, avaient visité la salle de commandement des opérations spéciales de l’agence aujourd’hui.

Les deux hommes ont été informés par des employés du Shin Bet sur les activités de l’agence dans la guerre, notamment « les efforts de renseignement pour localiser les otages et les personnes disparues, et l’activité conjointe avec Tsahal (…) dans le renseignement et les opérations ».

L’agence de sécurité intérieure a publié des photos très floues montrant Bar et Halevi dans la salle de commandement des opérations spéciales du Shin Bet.

Les commandos de Tsahal ont détruit une unité navale du Hamas à Gaza

La nuit dernière, les troupes du commando Shayetet 13 de la marine israélienne ont mené un raid dans le sud de la bande de Gaza depuis la mer, selon l’armée israélienne.

Tsahal indique que les soldats ont détruit l’infrastructure du Hamas et ont opéré dans un complexe utilisé par les forces commando navales du groupe terroriste palestinien.

D’autres forces de la marine ont participé à la mission, et tous les commandos Shayetet 13 ont quitté la zone et sont rentrés en Israël après l’opération, précise l’armée.

Dans un communiqué publié plus tôt dans la journée, le groupe terroriste du Hamas avait affirmé avoir repoussé le raid israélien depuis la mer.

Bruxelles : Emmanuel Macron demande une « trêve humanitaire » à Gaza

Le président français Emmanuel Macron a appelé vendredi à une « trêve humanitaire » dans la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas pour « organiser la protection » des populations civiles dans la bande de Gaza, à l’issue d’un sommet européen à Bruxelles.

« Nous reconnaissons totalement le droit et la volonté légitime de lutter contre le terrorisme. Nous sommes prêts à y apporter notre aide. Mais nous considérons que le blocus complet, le bombardement indifférencié et plus encore la perspective d’une opération massive terrestre ne sont pas de nature à protéger comme il se doit les populations civiles (…) Une trêve humanitaire est aujourd’hui utile pour pouvoir protéger ceux qui sont sur le terrain, qui ont subi des bombardements », a déclaré le chef de l’État lors d’une conférence de presse.

Berlin se dit « prudent » vis-à-vis des bilans de victimes publiés par le Hamas

Berlin a indiqué vendredi considérer avec « une certaine prudence » les bilans publiés par le groupe terroriste du Hamas du nombre de victimes depuis le début des bombardements israéliens sur la bande de Gaza, sans contester les souffrances infligées aux civils.

« Nous ne pouvons pas vérifier de façon indépendante les déclarations du Hamas et c’est pour cela qu’il faut faire preuve d’une certaine prudence », a déclaré un porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Christian Wagner, lors d’un point presse régulier du gouvernement à Berlin. « Le Hamas n’est pas pour nous une source d’informations », a affirmé de son côté un porte-parole adjoint de la chancellerie, Wolfgang Büchner, rappelant à plusieurs reprises qu’il s’agissait d’une organisation terroriste. « Personne ne conteste (…) la terrible souffrance de la population dans la Bande de Gaza », a-t-il dit, ajoutant que Berlin « ne pouvait pas donner de chiffres exacts et ne pouvait pas les vérifier ». « Il est incontestable qu’il y a beaucoup de victimes civiles », a-t-il encore insisté. « Nous voyons la misère des gens dans la bande de Gaza et pour cette raison le gouvernement allemand s’efforce à ce qu’ils aient un accès à l’aide humanitaire. »

Le ministère de la Santé du Hamas à Gaza publie quotidiennement un bilan des victimes depuis le début de la guerre avec Israël : vendredi, il a fait état de 7 326 morts, dont plus de 3 000 enfants. Selon ce bilan publié quotidiennement par le ministère de la Santé, près de 19 000 personnes auraient été blessées depuis le déclenchement des représailles israéliennes le 7 octobre, suite aux attaques sans précédent en Israël.

Le président américain Joe Biden a lui aussi mis en doute cette semaine le nombre de morts, qui comprend les hommes armés, les terroristes tués après avoir traversé en Israël pour massacrer des personnes dans leurs maisons, et les victimes de roquettes palestiniennes mal tirées.

Toutefois, l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) affirme que les chiffres du Hamas concernant le nombre de morts se sont avérés « crédibles » lors de conflits antérieurs.

La police et le maire de Tel Aviv demandent de ne pas envahir le site de l’impact

Le chef de la police de Tel Aviv, Peretz Omer, a déclaré que deux personnes avaient été blessées dans l’impact d’une roquette sur un immeuble à Tel Aviv, l’une modérément blessée et l’autre légèrement blessée, mais il a noté que la police n’avait pas encore pu entrer dans la structure pour s’assurer que personne d’autre n’était pris au piège.

Il a précisé que la roquette avait endommagé l’appartement du dernier étage et celui du dessous.

Omer demande aux foules qui se sont rendues sur le site pour jeter un coup d’œil de s’abstenir, de rester à l’écart et de regarder la télévision.

Le maire Ron Huldaï, qui s’est rendu sur les lieux, demande également aux curieux de rester à l’écart.

Il précise que les écoles de la ville n’ouvriront que dans les endroits où il y a des miklatim – ou abris anti-atomique – et que les sirènes d’alertes à la roquette sont fonctionnelles et audibles.

« Ne répondez pas aux appels WhatsApp provenant de numéros inconnus ! », dit la police

La police et la direction nationale de la cyber-défense recommandent de ne pas répondre aux appels WhatsApp provenant de numéros inconnus à l’étranger, car ils pourraient faire partie d’une tentative de piratage des téléphones.

Ces appels, qui comprennent également des appels vidéo, inondent apparemment les téléphones des Israéliens, selon les autorités.

Au moins un appel de ce type a été effectué à un numéro de téléphone du Times of Israel à l’heure où nous écrivons ces lignes, à partir d’un code régional de Toledo, dans l’Ohio.

« Nous recommandons de ne pas y répondre et de ne pas les rappeler », indique la police.

La cyber-défense note que le fait de répondre à l’appel n’entraînera pas le piratage ou l’endommagement du téléphone. Elle précise que le problème a été signalé à Meta, la société mère de WhatsApp.

Les autorités demandent aux utilisateurs de WhatsApp de régler leurs paramètres de confidentialité de manière à ne pas recevoir d’appels provenant de numéros inconnus.

Les sirènes retentissent : Une deuxième salve de roquettes vise la région de Tel Aviv

Les sirènes ont retenti à nouveau à Tel Aviv ainsi que dans la région de Shfela (plaine de Judée) au sud-est de la ville.

Les villes à l’est de Tel Aviv sont également concernées par l’alerte.

Les Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du groupe terroriste palestinien du Hamas, ont revendiqué le tir de cette deuxième salve de roquettes visant la région de Tel Aviv en moins d’une demi-heure, après avoir également revendiqué le premier.

« Les Brigades al-Qassam ont recommencé à bombarder Tel Aviv en réponse aux massacres de civils perpétrés par les sionistes », indique le communiqué.

MDA : La dernière salve de roquettes n’a pas fait de blessés

Le service de secours du Magen David Adom (MDA) a rapporté qu’il n’y avait pas eu de blessés dans la deuxième salve de roquettes tirées en direction de Tel Aviv et des régions du sud et de l’est, à l’exception d’un certain nombre de personnes blessées alors qu’elles couraient vers des miklatim – ou abris anti-bombes.

La Douzième chaîne a rapporté que deux roquettes étaient tombées dans des zones ouvertes près d’Ashdod, sans faire de dégâts ni de blessés.

On signale également qu’une roquette a touché une allée d’un parc à Tel Aviv. La vidéo montre des dégâts sur le trottoir et des marques de brûlure dues à l’impact.

Trois blessés dans un tir de roquette sur Tel Aviv, une vidéo montre l’impact

Une vidéo montre le moment où une roquette semble frapper un bâtiment à Tel Aviv, avec une grande boule de feu qui s’élève.

Un homme de 20 ans est modérément blessé et deux sont légèrement blessés, selon le service de secours du Magen David Adom.

Des roquettes tirées en direction de Tel Aviv

Les sirènes à la roquette ont retenti dans la région de Tel Aviv, y compris dans les banlieues de la ville mais aussi juste au nord de Gaza.

Plusieurs interceptions ont été filmées par des caméras de télévision.

Le chef du service de secours du Magen David Adom (MDA), Eli Bean, a déclaré à la Douzième chaîne qu’il y avait des premières informations d’une roquette frappant un bâtiment à Tel Aviv. Une vidéo montre de la fumée s’élevant d’un bâtiment apparemment endommagé par les tirs de roquettes.

La chaîne a rapporté qu’au moins huit autres roquettes avaient été interceptées.

Les Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du groupe terroriste palestinien du Hamas, ont revendiqué le tir de roquettes sur Tel Aviv.

Des sirènes à la roquette à Ashdod

Les sirènes à la roquette ont retenti à Ashdod.

Cette attaque semble être la première en dehors de la zone immédiate de Gaza depuis la nuit dernière.

Il n’y a pas de blessés ni de dégâts signalés dans l’immédiat.

Un terroriste du Hamas se vante d’avoir tiré sur des gens lors d’un appel téléphonique

L’armée israélienne a publié ce qu’elle affirme être un enregistrement d’un appel entre des terroristes palestiniens du Hamas au cours de leur carnage en Israël le 7 octobre.

Dans cet appel, on entend un homme crier des ordres à d’autres personnes qui semblent être à côté de lui, leur disant notamment de « tuer tous ceux que vous attrapez ».

Il se vante également de ses actes auprès de la personne à l’autre bout du fil, lui demandant d’écouter pendant qu’il tire sur quelqu’un.

« Ces salauds vivent heureux pendant que nous sommes humiliés. Je vais les mettre en pièces un par un », hurle-t-il.

Il demande également que quelqu’un aille raconter ses actes à sa famille, ce qui semble être un thème récurrent. L’enregistrement d’un appel déjà publié par l’armée montrait un autre terroriste du Hamas se vantant auprès de sa famille d’avoir tué 10 Juifs.

ONU : « Israël pourrait commettre des crimes de guerre »

Les Nations unies ont déclaré vendredi qu’elles craignaient que des crimes de guerre soient commis dans le conflit entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Nous sommes préoccupés par le fait que des crimes de guerre sont commis. Nous sommes préoccupés par les punitions collectives infligées aux habitants de Gaza en réponse aux attaques atroces du Hamas, qui constituent également des crimes de guerre », a déclaré Ravina Shamdasani, porte-parole du Bureau des droits de l’Homme de l’ONU (HCDH), lors d’une conférence de presse à Genève.

Le HCDH avait précédemment déclaré qu’il ouvrait une enquête sur d’éventuels crimes de guerre commis depuis le 7 octobre, notamment sur l’attaque du Hamas contre le sud d’Israël, au cours de laquelle le groupe a tué plus de 1 400 personnes, pour la plupart des civils, et en a enlevé au moins 233 autres, ainsi que sur la réponse d’Israël, qui a mené une opération aérienne punitive sur Gaza dans le cadre de ses efforts pour éradiquer le Hamas.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

10 camions d’aide humanitaire entreraient à Gaza

Un porte-parole du côté gazaoui du point de passage de Rafah a déclaré au New York Times que 10 camions d’aide humanitaire étaient entrés dans la bande de Gaza vendredi.

Jusqu’à présent, 84 camions transportant de la nourriture, des médicaments et de l’eau sont entrés dans l’enclave depuis qu’Israël a commencé à autoriser l’entrée de l’aide il y a près d’une semaine, selon le journal.

Tsahal : Le commandant du Hamas, Madhat Mubasher, tué lors d’une attaque nocturne

L’armée israélienne affirme avoir tué le commandant du bataillon Khan Younis Ouest du groupe terroriste palestinien du Hamas, Madhat Mubasher, lors d’une frappe aérienne dans la bande de Gaza.

Tsahal déclare que Mubasher « a participé à des attaques de snipers et était responsable d’engins explosifs de grande taille [utilisés] contre les soldats israéliens et les villes israéliennes ».

L’armée déclare par ailleurs qu’au cours de la journée écoulée, elle avait effectué plus de 250 frappes aériennes contre des cibles du Hamas dans la bande de Gaza.

Les cibles comprenaient des tunnels du Hamas, des centres de commandement, des positions de lancement de roquettes et des dizaines d’agents, précise Tsahal.

L’armée confirme également qu’un drone Skylark 3 s’est écrasé dans la bande de Gaza plus tôt dans la journée, « à la suite d’une erreur technique ».

Il n’y a aucune crainte de fuite d’informations sensibles à partir de l’appareil, rassure Tsahal.

Le Washington Post confirme : L’explosion de l’hôpital pas due à une frappe aérienne

Une analyse du Washington Post, utilisant des vidéos triangulées et d’autres données, semble confirmer l’affirmation d’Israël selon laquelle l’explosion de l’hôpital al-Ahli le 17 octobre n’a pas été causée par une frappe aérienne israélienne, mais plutôt par une roquette palestinienne mal tirée.

Toutefois, tout comme l’analyse du New York Times, elle constate qu’une vidéo qui semble montrer une roquette explosant en plein vol quelques instants avant l’explosion, et citée comme preuve par Tsahal, montre probablement un missile intercepteur du Dôme de fer sans lien avec l’explosion.

L’analyse du Washington Post, qui s’appuie sur des vidéos tournées à Bat Yam et à Netivot, montre que les roquettes ont été tirées depuis un endroit situé au sud-ouest de l’hôpital.

Une autre vidéo, dans laquelle on entend un projectile hurler dans les airs avant que le parking de l’hôpital ne prenne feu, correspond au bruit que ferait une roquette en chute libre, et non à celui d’une frappe aérienne, d’après les experts en audio légale.

Les dégâts sur le site de l’explosion correspondent également à une roquette défectueuse remplie de carburant et non à une frappe aérienne.

Toutefois, les images d’Al-Jazira citées par Tsahal comme preuve de l’échec du lancement de la roquette semblent en fait montrer un missile du Dôme de fer explosant en plein vol, selon la chaîne, qui utilise d’autres vidéos pour trianguler la source du lancement à l’extérieur de la bande de Gaza. Les experts notent que la trajectoire du missile montre qu’il a changé de direction plutôt que de suivre la trajectoire balistique d’une roquette.

L’armée israélienne a affirmé que la roquette qui a touché al-Ahli avait été mal tirée lors d’une salve de roquettes envoyées par le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien, retombant ainsi à Gaza.

Nouvelles sanctions : Les États-Unis ciblent les bailleurs de fonds iraniens du Hamas

Les États-Unis ont intensifié leurs efforts pour mettre fin au financement du Hamas, en annonçant une deuxième série de sanctions à l’encontre de personnes et d’organisations liées au groupe depuis qu’il a lancé son attaque contre Israël qui a fait plus de 1 400 morts.

Les nouvelles sanctions soulignent le rôle de l’Iran dans la fourniture d’un soutien financier, logistique et opérationnel au Hamas, indique le Bureau du contrôle des avoirs étrangers du Département du Trésor américain dans un communiqué. Parmi les personnes visées figurent un représentant du Hamas en Iran et des membres du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) iraniens.

« L’action d’aujourd’hui souligne l’engagement des États-Unis à démanteler les réseaux de financement du Hamas en déployant nos pouvoirs de sanctions anti-terroristes et en travaillant avec nos partenaires mondiaux pour empêcher le Hamas d’exploiter le système financier international », a déclaré Adeyemo.

Parmi les personnes visées figurent Khaled Qaddoumi, décrit comme un agent de liaison entre le groupe terroriste palestinien du Hamas et le gouvernement iranien, ainsi qu’Ali Morshed Shirazi et Mostafa Mohammad Khani, responsables des Brigades Al-Qods du CGRI, accusés de former et d’aider les terroristes palestiniens du Hamas.

Les États-Unis ont également sanctionné un certain nombre d’organisations, dont le groupe iranien Bonyad Shahid, également connu sous le nom de Fondation des martyrs. Les autorités américaines affirment que ce groupe, affilié au groupe terroriste du Jihad islamique palestinien, fait transiter des millions de dollars par l’association caritative al-Ansar, basée à Gaza, pour les familles des martyrs.

Des sirènes retentissent près de la frontière de Gaza

Les sirènes de roquettes ont retenti à Kissufim et Kerem Shalom, à proximité de la bande de Gaza, mettant fin à une pause de 10 heures au cours de laquelle aucun tir n’a été détecté.

Aucun blessé ou dégât n’a été signalé dans l’immédiat.

L’armée augmente le nombre d’otages enlevés le 7 octobre à au moins 233 personnes

Des membres de la communauté juive australienne participant à un rassemblement appelé Balloons of Hope, qui représente les otages israéliens actuellement détenus par le Hamas, à Sydney, le 27 octobre 2023. (Crédit : David Gray/AFP)
Des membres de la communauté juive australienne participant à un rassemblement appelé Balloons of Hope, qui représente les otages israéliens actuellement détenus par le Hamas, à Sydney, le 27 octobre 2023. (Crédit : David Gray/AFP)

Au moins 233 otages ont été enlevés et emmenés dans la bande de Gaza le 7 octobre, a déclaré Tsahal, une augmentation par rapport aux 228 annoncés hier.

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée avait notifié aux familles de 229 otages que leurs proches étaient actuellement détenus dans la bande de Gaza.

Ce nombre n’inclut pas non plus quatre otages libérés – la mère et la fille Judith et Natalie Raanan, qui ont été libérées il y a une semaine, et les femmes âgées Yocheved Lifshitz et Nurit Cooper, relâchées dans la nuit de lundi à mardi.

Hagari précise que ce chiffre n’est pas définitif car l’armée continue d’enquêter sur de nouvelles informations.

L’Egypte rectifie : un « drone » et non un missile a touché Taba

« Un drone non identifié s’est écrasé vendredi aux abords d’un bâtiment adjacent à l’hôpital de Taba, faisant six blessés légers », indique son porte-parole sur Facebook.

Précédemment, la télévision AlQahera News, proche du renseignement égyptien, avait fait état d' »une roquette » tirée par une partie non identifiée « dans le cadre de l’escalade actuelle à Gaza ».

Des témoins avaient confirmé à l’AFP que le projectile s’était abattu sur une annexe d’un hôpital dans cette ville de la mer Rouge, située à la pointe nord-est du Sinaï et où se trouve un poste-frontière vers Israël.

Des images diffusées sur les médias locaux ou les réseaux sociaux montrent un bâtiment endommagé et plusieurs véhicules soufflés aux alentours.

Tsahal: Le missile qui a frappé l’Égypte provenait sûrement du Yémen ; un 2e impact signalé au Sinaï

Des membres de tribus fidèles aux rebelles houthis du Yémen levant leurs armes en scandant des slogans lors d'un rassemblement visant à mobiliser davantage de combattants pour le mouvement à Sanaa, le 25 février 2020. (Crédit : Hani Mohammed)/AP Photo
Des membres de tribus fidèles aux rebelles houthis du Yémen levant leurs armes en scandant des slogans lors d'un rassemblement visant à mobiliser davantage de combattants pour le mouvement à Sanaa, le 25 février 2020. (Crédit : Hani Mohammed)/AP Photo

Un tir de missile dans la ville égyptienne de Taba, sur la mer Rouge, provenait de « la région de la mer Rouge », a déclaré le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, dans une allusion apparente au Yémen.

« Au cours des dernières heures, une menace aérienne a été détectée dans la région de la mer Rouge. Des avions de combat ont été envoyés dans la zone menacée et la question fait l’objet d’une enquête », a déclaré Hagari.

« Selon nous, l’impact qui s’est produit en Égypte provient de cette menace. Israël collaborera avec l’Égypte et les États-Unis pour renforcer la défense contre les menaces provenant de la région de la mer Rouge », ajoute-t-il.

Selon les médias égyptiens, six personnes ont été blessées lors d’une frappe à Taba.

Reuters rapporte que la ville égyptienne de Nuweiba a également été touchée par une roquette. Taba jouxte Eilat, qui a récemment été la cible de roquettes de Gaza, tandis que Nuweiba se trouve à une cinquantaine de kilomètres plus au sud, probablement hors de portée de l’arsenal du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Cet frappe survient environ une semaine après que les rebelles houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, ont tenté de tirer des missiles sur Israël via la mer Rouge. Ces missiles ont été abattus par les États-Unis et l’Arabie saoudite.

Heurts meurtriers avec des terroristes lors de raids en Cisjordanie ; 36 arrestations

L’armée israélienne confirme avoir tué Ayser Mohammad al-Amer, un commandant de terrain de la branche de Jénine du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien, au cours d’affrontements dans le camp de réfugiés de Jénine pendant la nuit.

Tsahal confirme également qu’elle a affronté des terroristes palestiniens dans le camp de réfugiés de Jénine et dans la ville de Qalqilya ; les Palestiniens avaient auparavant fait état de quatre morts, dont al-Amer, dans ces deux localités.

L’armée affirme avoir riposté aux Palestiniens qui tiraient sur les forces armées et aux émeutiers qui lançaient des cocktails Molotov. Aucun blessé n’a été signalé côté israélien.

Les soldats ont arrêté 17 membres du groupe terroriste palestinien du Hamas, ainsi que 19 autres Palestiniens recherchés, au cours de raids d’arrestations effectués pendant la nuit en Cisjordanie, a déclaré Tsahal.

Depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza, le 7 octobre, les troupes ont arrêté quelque 1 030 Palestiniens recherchés en Cisjordanie, dont 670 affiliés au Hamas, selon l’armée.

Au cours des deux dernières semaines, il y a eu de nombreux affrontements entre les soldats et les Palestiniens en Cisjordanie, ainsi que plusieurs tentatives d’attaques terroristes, selon Tsahal.

Selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne (AP), 110 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués par l’armée israélienne, et dans certains cas par des résidents d’implantations, depuis le 7 octobre.

Par ailleurs, Tsahal indique que le chef du Commandement du Centre, le général de division Yehuda Fox, a signé un ordre de démolition d’une maison appartenant à un responsable du Hamas, Saleh al-Arouri, dans la ville de Arura, près de Ramallah.

On pense qu’al-Arouri vit en Turquie.

Le Hamas affirme avoir besoin de temps pour retrouver les otages cachés à Gaza

Le Hamas affirme avoir besoin de temps pour retrouver où ont été cachées toutes les personnes enlevées par les terroristes palestiniens lors de leur attaque contre le sud d’Israël le 7 octobre, selon un membre d’une délégation du groupe terroriste palestinien en visite en Russie.

Le responsable du Hamas, nommé Abu Hamid, a déclaré au média semi-officiel russe Kommersant que le groupe a toujours été disposé à libérer les civils, mais qu’il « a besoin de temps pour les retrouver ».

Il affirme que des membres de divers groupes détiennent des otages et qu’un cessez-le-feu est nécessaire pour permettre au Hamas de mener ses recherches, de trouver les otages et de les libérer.

Un drone israélien s’écrase dans la ville de Gaza – média

Un petit drone de surveillance militaire israélien s’est écrasé dans le quartier Zeitoun de Gaza City, selon les médias palestiniens.

Le véhicule aérien sans pilote, un modèle Skylark, était en mission de reconnaissance lorsqu’il est tombé du ciel pour des raisons encore inconnues.

De nombreux drones Skylark se sont écrasés en territoire hostile au fil des ans.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas prétend avoir des capacités anti-aériennes.

Les six blessés par la frappe sur Taba sortent de l’hôpital

Le média égyptien al-Qahera rapporte que les six personnes blessées lors d’un tir de missile sur la ville frontalière de Taba, sur la mer Rouge, sont sorties de l’hôpital.

L’Égypte continue d’enquêter sur l’origine du missile.

Ce tir intervient environ une semaine après que des rebelles yéménites ont tenté de tirer des missiles sur Israël via la mer Rouge.

Quatre Palestiniens tués lors de raids dans le nord de la Cisjordanie – média

Quatre Palestiniens ont été tués et au moins 12 autres blessés lors de raids menés par l’armée israélienne dans des villes de Cisjordanie au cours de la nuit, rapporte l’agence de presse officielle palestinienne WAFA.

Trois des décès sont survenus dans le camp de réfugiés de Jénine, où le groupe terroriste du Jihad islamique palestinien affirme que ses membres ont affronté les soldats qui sont entrés avec des bulldozers.

Ayser Mohammad al-Amer, un commandant local du groupe terroriste, a été tué, selon le Jihad islamique palestinien.

Un deuxième homme, Abdullah Basam Abu al-Haija, a également été tué par balle, et les Palestiniens ont trouvé un troisième mort, Jawad al-Turki, après que les troupes se sont retirées de la ville, rapporte WAFA.

À Qalqilya, Qassam Abdel Hafez, qui avait passé du temps dans une prison israélienne, aurait été abattu. Les circonstances de la fusillade ne sont pas claires.

Selon WAFA, quatre personnes ont également été blessées par balle lors d’un raid à Naplouse.

Les trois villes du nord de la Cisjordanie, où les groupes terroristes ont réussi à défier le contrôle de l’Autorité palestinienne (AP), font l’objet de raids israéliens depuis plus d’un an.

Tsahal n’a pas encore fait de commentaire.

Les troupes israéliennes effectuent un deuxième bref raid dans la bande de Gaza

Israël a envoyé cette nuit des chars et des troupes dans la bande de Gaza pour une deuxième incursion limitée, selon l’armée israélienne, frappant des membres et des sites du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Le raid près du quartier de Shujaiyya dans l’est de la ville de Gaza a été mené par le Corps d’Infanterie, le Corps du Génie Militaire et le Corps Blindé Mécanisé, avec des drones et des hélicoptères de combat de l’armée de l’air israélienne fournissaient une couverture aérienne, selon l’armée.

Tsahal indique que des frappes d’artillerie et des frappes aériennes ont été menées contre des sites appartenant au groupe terroriste du Hamas, notamment des sites de lancement de missiles guidés antichars et des centres de commandement.

Plusieurs terroristes du Hamas ont également été touchés par Tsahal.

Tous les soldats israéliens ont quitté la zone après plusieurs heures, et aucun blessé n’a été signalé.

Cette opération marque la deuxième nuit consécutive au cours de laquelle les forces de Tsahal pénètrent brièvement dans la bande de Gaza, avant une incursion terrestre totale.

Un soldat blessé lors des combats du 7 octobre succombe à ses blessures

Le sergent Shoam Moshe Ben-Harush. (Crédit : Armée israélienne)
Le sergent Shoam Moshe Ben-Harush. (Crédit : Armée israélienne)

Un soldat israélien blessé lors de l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre a succombé à ses blessures hier, a annoncé l’armée.

Il s’agit du sergent Shoam Moshe Ben-Harush, 20 ans, un soldat de l’unité de reconnaissance de la brigade Nahal, originaire de Hispin.

La mort de Ben-Harush porte à 310 le nombre total de soldats, officiers et réservistes tués – dont beaucoup sont des agents de sécurité locaux – au cours de la guerre.

Moshe Arbel au maire de Givatayim: Revenez sur votre décision d’éloigner les ouvriers arabes

Le ministre de l'Intérieur et de la Santé Moshe Arbel arrivant à la réunion hebdomadaire du cabinet au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 7 mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre de l'Intérieur et de la Santé Moshe Arbel arrivant à la réunion hebdomadaire du cabinet au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 7 mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de l’Intérieur Moshe Arbel écrit une lettre au maire de Givatayim, Ran Kunik, pour l’exhorter à revenir sur sa décision de cesser tous les travaux de construction dans la ville afin d’empêcher les ouvriers du bâtiment, pour la plupart arabes, d’y entrer.

« Il est strictement interdit de porter atteinte aux moyens de subsistance d’une personne en raison de son origine, de sa nationalité ou de sa religion. De telles décisions détruisent le tissu de la vie commune dans le pays (…) et font le jeu de l’ennemi », écrit Arbel.

Les États-Unis frappent des sites utilisés par l’Iran et ses mandataires en Syrie

Illustration : Images de la scène d'une attaque présumée de drone américain dans l'est de la Syrie, le 18 juillet 2021. (Crédit : Capture d'écran Twitter)
Illustration : Images de la scène d'une attaque présumée de drone américain dans l'est de la Syrie, le 18 juillet 2021. (Crédit : Capture d'écran Twitter)

Plus tôt dans la journée, les forces militaires américaines ont bloqué deux installations dans l’est de la Syrie utilisées par le Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI) d’Iran et des groupes terroristes affiliés, en réponse à une récente série d’attaques contre le personnel américain basé en Irak et en Syrie par des milices soutenues par l’Iran, a annoncé le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin.

Un contractant américain de l’armée américaine est mort d’une crise cardiaque alors qu’il se trouvait à l’abri pendant l’une de ces frappes et 21 soldats américains ont été légèrement blessés avant de reprendre leurs fonctions peu après, indique le Pentagone.

Le président américain Joe Biden « a ordonné l’action d’aujourd’hui pour indiquer clairement que les États-Unis ne toléreront pas de telles attaques et se défendront, ainsi que leur personnel et leurs intérêts », déclare Austin dans un communiqué.

Austin souligne que les États-Unis « ne cherchent pas le conflit et n’ont ni l’intention ni le désir de s’engager dans de nouvelles hostilités, mais ces attaques soutenues par l’Iran contre les forces américaines sont inacceptables et doivent cesser ».

« L’Iran veut cacher sa main et nier son rôle dans ces attaques contre nos forces. Nous ne le laisserons pas faire. Si les attaques des mandataires de l’Iran contre les forces américaines se poursuivent, nous n’hésiterons pas à prendre d’autres mesures nécessaires pour protéger notre peuple », déclare le chef de la Défense américaine.

« Ces frappes d’autodéfense ont pour seul but de protéger et de défendre le personnel américain en Irak et en Syrie. Elles sont séparées et distinctes du conflit en cours entre Israël et le Hamas, et ne constituent pas un changement dans notre approche du conflit entre Israël et le Hamas », précise Austin

« Nous continuons d’exhorter toutes les entités étatiques et non étatiques à ne pas entreprendre d’actions susceptibles d’entraîner une escalade dans un conflit régional plus large », ajoute-t-il.

Égypte: Un missile frappe Taba, faisant 6 blessés ; l’armée au courant de l’incident

Un missile est tombé près d’un établissement médical dans la station balnéaire égyptienne de Taba, sur la mer Rouge, près de la frontière israélienne, blessant six personnes, rapporte le média égyptien Al Qahera News.

L’armée israélienne déclare être au courant d’un incident de sécurité de l’autre côté de sa frontière avec l’Égypte.

On ignore si le missile était lié à la guerre contre le Hamas Gaza ou s’il s’agissait d’un tir errant.

John Kirby répond à un journaliste qui critique la réaction des États-Unis au Hamas

Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, s'exprimant lors du briefing quotidien à la Maison Blanche, à Washington, le 12 juin 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)
Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, s'exprimant lors du briefing quotidien à la Maison Blanche, à Washington, le 12 juin 2023. (Crédit : Susan Walsh/AP Photo)

Le porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby, a répondu à un journaliste qui, lors d’un point de presse, a qualifié de « dur » le rejet par le président américain Joe Biden du bilan des morts du ministère de la Santé sous contrôle du groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Ce qui est dur – ce qui est dur, c’est la façon dont le Hamas utilise les gens comme boucliers humains. Ce qui est dur, c’est de prendre quelques centaines d’otages et de laisser les familles anxieuses, dans l’attente et l’inquiétude de savoir où sont leurs proches. Ce qui est dur, c’est de débarquer dans un festival de musique et de massacrer une bande de jeunes qui essayaient juste de profiter de l’après-midi », déclare Kirby.

« Je pourrais continuer ainsi longtemps. Ça c’est dur. C’est ce qui est dur c’est d’être honnête sur le fait qu’il y a eu des victimes civiles et qu’il y en aura probablement d’autres, c’est d’être honnête parce que c’est ce qu’est la guerre. C’est brutal, c’est laid, c’est désordonné. Je l’ai déjà dit. Le président l’a également dit hier. Cela ne veut pas dire que nous devons l’apprécier, et cela ne veut pas dire que nous rejetons toutes ces victimes – chacune d’entre elles est une tragédie en soi (…). Il serait utile que le Hamas laisse [les habitants de Gaza] partir (…). Nous savons que des milliers de personnes attendent de quitter la bande de Gaza et que le Hamas les en empêche. Ça c’est dur. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.