Israël en guerre - Jour 258

Rechercher
Reportage

L’oasis de la mer Morte met en valeur les efforts déployés pour sauver un écosystème unique

La réserve naturelle d'Einot Tzukim - Ein Feshkha en arabe - dispose d'un nouveau centre d'éducation sur la vie dans le désert qui se fond dans les falaises environnantes

Sue Surkes est la journaliste spécialisée dans l'environnement du Times of Israel.

Le nouveau centre d'accueil des visiteurs de la réserve naturelle d'Einot Zukim, au nord de la mer Morte, dans le sud d'Israël. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)
Le nouveau centre d'accueil des visiteurs de la réserve naturelle d'Einot Zukim, au nord de la mer Morte, dans le sud d'Israël. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

L’Autorité israélienne de la nature et des parcs (INPA) a ouvert un nouveau complexe pour les visiteurs dans son oasis du désert, Einot Tzukim  – également connu sous son nom arabe Ein Feshkha), au nord de la mer Morte, en Cisjordanie.

Ouvert au public de manière informelle pendant les fêtes de Pessah en avril, il a fait l’objet d’une cérémonie officielle d’inauguration le 21 mai en présence de la ministre de l’Environnement, Idit Silman. Il est encore en cours de finalisation.

D’un coût d’environ 35 millions de shekels, la modernisation permet à la réserve naturelle d’augmenter le nombre de ses 170 000 visiteurs annuels (avant la guerre actuelle contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza) et d’attirer les touristes étrangers, dont les visites à la mer Morte comprennent traditionnellement Massada, la mer Morte et l’oasis d’Ein Gedi, plus au sud.

Einot Tzukim, l’un des six parcs nationaux israéliens situés en Cisjordanie, est bien connu des habitants de Jérusalem (dont de nombreux groupes scolaires) et des Juifs et Palestiniens de Cisjordanie, pour l’évasion bienvenue que ses arbres, ses bassins alimentés par des sources et ses tables de pique-nique ombragées – certaines dans l’eau – offrent au printemps et au début de l’été.

En juillet et août, la température et l’humidité sont à la limite du supportable. Mais l’eau reste à une température constante de 24 °C tout au long de l’année.

Les week-ends, des visites guidées sont organisées dans la « réserve cachée », une étendue de près de 40 hectares normalement interdite à l’homme et caractérisée par une végétation impénétrable, des ruisseaux bouillonnants, des étangs et des arbres – tamaris, palmiers, peupliers de l’Euphrate et jujubiers de l’épine du Christ. Ce dernier est appelé ainsi en raison d’une tradition selon laquelle ses branches fournissaient l’épine des couronnes placées sur la tête de Jésus.

Baignade dans l’un des bassins alimentés par des sources de la réserve naturelle d’Einot Tzukim, sur la rive nord de la mer Morte, le 29 mai 2024. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

Le nouveau centre d’accueil des visiteurs vise à amplifier et à approfondir cette expérience grâce à deux films.

Dans l’un d’eux, un géologue, un microbiologiste et un écologiste décrivent l’abondance de la vie dans et autour de la réserve et sous la surface du lac salé le plus bas de la planète, qui est loin d’être mort.

Le second donne à voir  le monde de la vie nocturne animée de la réserve, avec des séquences filmées d’une foule d’animaux : loups, hyènes tachetées, chauves-souris, hiboux, serpents, mais aussi le rare chat des marais, une fourmi qui tisse des nids sur les tamaris pour attirer les pucerons et les cigales dont elle se nourrit des sécrétions de miellat, et des espèces de poissons que l’on ne trouve que dans les eaux de la réserve.

L’INPA a aimablement fourni au Times of Israel l’une des vidéos, dont on peut voir un extrait ci-dessous.

Le centre, construit pour se fondre dans les falaises qui l’entourent, comporte également un hall d’entrée semblable à celui d’Alice au pays des merveilles, meublé de modèles surdimensionnés de la faune et de la flore.

Le nouveau complexe comprend une zone d’entrée, une boutique, des sanitaires et un bâtiment pour le personnel de la réserve.

Le niveau de la mer Morte a diminué de moitié depuis 1976

Une marque sur un rocher à l’extrémité nord de la mer Morte par le Fonds d’exploration de la Palestine pour indiquer le niveau de la mer Morte au début du XXe siècle. (Crédit : rpoll https://www.flickr.com/photos/rpoll/2240217440, CC BY 2.0, Wikimedia Commons)

Le niveau de la mer Morte a fluctué au fil des ans.

Au début du siècle dernier, des explorateurs britanniques se sont rendus aux sources d’Einot Tzukim et ont tracé une ligne à 50 centimètres au-dessus de la surface de la mer sur la paroi rocheuse du côté ouest de la Route 90, juste au sud de l’entrée de la réserve.

Cependant, sous ce niveau, les archéologues ont découvert une ferme vieille de 2 000 ans dans les limites de la réserve, qui ne pouvait exister que lorsque le lac était plus petit qu’il ne l’était en 1913.

Depuis 1976, selon les chiffres officiels, la surface de la mer Morte a presque diminué de moitié et son altitude a baissé de plus de 50 mètres, passant de 390 mètres au-dessous du niveau de la mer à moins 438,76 mètres aujourd’hui.

Vestiges d’une ferme vieille de 2 000 ans dans la réserve naturelle d’Einot Tzukim, au nord de la mer Morte, le 29 mai 2024. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

Ce recul a mis à nu plus de 300 kilomètres carrés de fonds marins et a modifié le littoral, qui est passé d’une ligne droite à une ligne déchiquetée parsemée de criques. Aujourd’hui, la région est parsemée de quelque 7 000 dolines – des cavités qui se forment lorsque l’eau salée entre la roche salée et l’eau douce se retire et que l’eau douce dissout la roche, provoquant l’effondrement de la terre située au-dessus.

Les deux raisons du déclin de la mer Morte sont bien connues.

Vue aérienne de la mer Morte et de ses formations salines, le 3 décembre 2021. (Crédit : Moshe Shaï/FLASH90)

D’une part, les cours d’eau n’apportent pas assez d’eau. La Syrie, la Jordanie et Israël la détournent pour répondre aux besoins humains.

D’autre part, l’eau est pompée par les usines situées sur les rives israéliennes et jordaniennes pour extraire la potasse, le brome et le magnésium dans d’immenses bassins d’évaporation. Les usines ne remplacent qu’environ la moitié de l’eau qu’elles prélèvent.

Les deux problèmes sont complexes et bien que de nombreuses idées aient été suggérées au fil des ans, Israël n’a actuellement aucun plan approuvé sur la table pour faire face au remplissage de la mer Morte.

Eaux d’une source relativement récente dans la réserve naturelle d’Einot Tzukim, sur la rive nord de la mer Morte, le 29 mai 2024. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

À Einot Tzukim, les scientifiques suivent un phénomène par lequel les sources (dont l’eau est à la fois douce et salée) se déplacent dans la même direction sud-est que le rivage de cette partie de la mer Morte, qui se rétrécit.

Au fur et à mesure que les sources migrent, les endroits où il y avait autrefois des sources s’assèchent, ainsi que la végétation alimentée par l’eau.

Mohammed Alian, directeur adjoint de la réserve naturelle d’Einot Tzukim expliquant comment les Britanniques mesuraient autrefois la quantité et la vitesse d’écoulement d’une source qui s’est depuis déplacée, le 29 mai 2024. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

Mohammed Alian, directeur adjoint du site, a fait visiter à ce journaliste les tentatives complexes visant à transformer les nouvelles sources en attractions pour les visiteurs, tout en pompant l’eau de ces sources vers la zone des anciennes sources afin de maintenir les écosystèmes en vie. Les travailleurs du site transfèrent les poissons au fur et à mesure que de nouvelles sources apparaissent.

Ceux qui ont visité le site jusque dans les années 1970 se souviendront d’un bassin alimenté par une source, adjacent à une paire de murs parallèles construits par les Britanniques. Ces murs ont été construits pour mesurer la quantité d’eau provenant d’une source située à 15 minutes de marche. Les murs laissaient passer une quantité d’eau mesurable et des bâtons placés à la surface permettaient de mesurer la vitesse de l’eau.

Canyons formés dans les vasières adjacentes au nord de la mer Morte, le 29 mai 2024. (Crédit : Sue Surkes/Times of Israel)

L’eau est pompée dans la zone qui accueillait autrefois le ruisseau. La source se trouve maintenant à 15 minutes de marche de ces deux murs de mesure.

À la périphérie de la réserve fermée (accessible uniquement avec des guides), les eaux souterraines se déplaçant vers le sud-est ont traversé les vasières exposées par le déclin de la mer Morte. Des canyons miniatures se sont formés en une décennie seulement, alors qu’ailleurs dans le monde, selon Alian, il faut des millions d’années pour former des canyons.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.