Lod : Une femme de 65 ans meurt après avoir été agressée par son fils
Rechercher

Lod : Une femme de 65 ans meurt après avoir été agressée par son fils

Le suspect du meurtre, qui souffrirait d'une pathologie mentale, a été arrêté. La police a été critiquée pour avoir refusé à ce dernier un examen psychiatrique, selon son avocat

Image illustrative d'un criminel menottes aux poignets. (YakobchukOlena / iStock, par Getty Images)
Image illustrative d'un criminel menottes aux poignets. (YakobchukOlena / iStock, par Getty Images)

Une femme de 65 ans est morte dimanche après avoir été agressée samedi par son fils à leur domicile situé à Lod, une ville du centre d’Israël.

Grièvement blessée, la sexagénaire avait été prise en charge au centre médical Assaf Harofeh de Tzrifin où elle a succombé à ses blessures, a fait savoir l’hôpital.

Le fils, âgé de 45 ans, souffrirait de schizophrénie. La police a noté qu’aucune plainte n’avait été déposée contre lui dans le passé.

Il a été arrêté sur les lieux du drame. La cour des magistrats de Rishon Lezion a prolongé sa détention jusqu’au 5 mai et demandé à la police de lui faire subir un examen psychiatrique.

La police a noté que l’enquête sur l’incident était en cours.

L’avocat du suspect a accusé la police d’avoir d’abord refusé que ce dernier soit soumis à une expertise psychiatrique.

« C’est une tragédie familiale difficile », a commenté l’avocat, Neal Simon. « Le fils est reconnu comme malade et il est soigné par le système psychiatrique. La cour a accepté nos arguments et elle a critiqué la police pour sa conduite suite à l’incident ».

« En dépit du fait que nous ayons dit aux agents que le suspect était mentalement malade et que nous ayons demandé une évaluation psychiatrique, la police a décidé de manière illégale qu’il ne serait pas examiné », a dit Simon. « Nous attendons de la police israélienne qu’elle respecte la loi et qu’elle préserve les droits des suspects ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...