Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

Londres : 300 000 personnes défilent contre Israël le jour de l’Armistice

82 contre-manifestants ont été arrêtés, quelques échauffourées ont été signalées ; la police est venue en force pour maintenir la paix en cette date sensible

L'ancien leader du Labour Jeremy Corbyn, au milieu des manifestants, des pancartes et des drapeaux, pendant la "Marche nationale pour la Palestine", dans le centre de Londres, le 11 novembre 2023. (Crédit : Henry Nicholls/AFP)
L'ancien leader du Labour Jeremy Corbyn, au milieu des manifestants, des pancartes et des drapeaux, pendant la "Marche nationale pour la Palestine", dans le centre de Londres, le 11 novembre 2023. (Crédit : Henry Nicholls/AFP)

LONDRES – Environ 300 000 personnes ont défilé dans la capitale britannique samedi, alors que les militants pro-palestiniens lançaient leur dernier appel au cessez-le-feu.

La « Marche nationale pour la Palestine », organisée par la Coalition Stop the War, a démarré après qu’un silence de deux minutes à la mémoire des Britanniques morts au combat le jour de l’Armistice a été observé au monument aux morts du Cénotaphe, dans le centre de Londres, à 11h00 GMT.

Une immense foule de manifestants agitait des drapeaux palestiniens noirs, rouges, blancs et verts et brandissait des pancartes proclamant « Arrêtez de bombarder Gaza », un peu plus d’un mois après que les terroristes palestiniens du Hamas ont franchi la frontière et ravagé les communautés israéliennes, tuant 1 200 personnes et en prenant plus de 240 en otage.

Lors du départ de la marche, les manifestants ont crié « Palestine libre » et « Cessez le feu maintenant ».

Des policiers se dirigeant vers le centre de Londres, le 11 novembre 2023. (Crédit : Justin Tallis/AFP)

La police métropolitaine de Londres a procédé à près de 100 arrestations lors de précédentes marches pro-palestiniennes, notamment pour soutien au Hamas, qui est proscrit en tant que groupe terroriste au Royaume-Uni, et pour crimes de haine.

Mais la marche de samedi a suscité des inquiétudes parce qu’elle coïncidait avec le jour de l’Armistice, qui commémore la fin des combats de la Première Guerre mondiale en 1918, et des critiques politiques sur l’opération de maintien de l’ordre.

Le Premier ministre Rishi Sunak a tardivement lancé un appel au calme vendredi, demandant aux militants de manifester « dans le respect et la paix ».

Le commissaire adjoint de la police de Londres, Laurence Taylor, a déclaré que les organisateurs de la marche avaient modifié l’itinéraire entre Hyde Park et l’ambassade des États-Unis, dans le sud de Londres, afin de s’assurer qu’elle ne passerait pas devant des monuments commémoratifs.

Des manifestants pro-palestiniens et anti-Israël se rassemblent avec des pancartes et des drapeaux, dont une banderole exhortant à « Résister ! » Retournez ! », lors d’une « Marche nationale pour la Palestine » dans le centre de Londres, le 11 novembre 2023. (Crédit : Henry Nicholls/AFP)

Lors des manifestations précédentes, de « petits groupes se sont détachés » et « leur comportement s’est intensifié et est devenu plus violent », a déclaré à la presse Taylor, qui dirige l’opération de maintien de l’ordre.

Des barrières métalliques ont été placées autour de la zone contenant les monuments commémoratifs les plus importants, et une zone d’exclusion a été créée, la police étant en mesure d’arrêter tout manifestant qui tenterait de l’enfreindre.

Des milliers de personnes portant des coquelicots rouges, symbole du souvenir, se sont inclinées devant le cénotaphe de Whitehall pour une cérémonie solennelle de recueillement, tandis que d’autres cérémonies étaient organisées dans tout le pays.

Des manifestants brandissant des pancartes et des drapeaux palestiniens participent à la « Marche nationale pour la Palestine » dans le centre de Londres, le 11 novembre 2023 (Crédit : Henry Nicholls/AFP)

Des échauffourées mineures ont éclaté près du mémorial lorsque des contre-manifestants – dont beaucoup étaient vêtus de noir, le visage couvert, et dont certains brandissaient le drapeau anglais de Saint-Georges et l’Union Jack – ont tenté de franchir les cordons de sécurité.

Divers objets ont ensuite été lancés sur des officiers dans le quartier voisin de Chinatown, a indiqué la police sur X.

Elle a également précisé qu’elle avait arrêté 82 contre-manifestants afin de « prévenir une atteinte à la paix », affirmant qu’ils « essayaient d’atteindre la principale marche de protestation ».

Taylor avait déclaré que parmi les contre-manifestants se trouveraient probablement des groupes de hooligans et que la police devrait « probablement » faire usage de la force à un moment ou à un autre contre des « foyers de tension ».

Les médias britanniques ont rapporté que Tommy Robinson, le leader de la Ligue de défense anglaise d’extrême-droite, se trouvait parmi les contre-manifestants.

Des manifestants brandissant des pancartes et des drapeaux participent à la « Marche nationale pour la Palestine », appelant à un cessez-le-feu dans le conflit entre Israël et le Hamas, dans le centre de Londres le 11 novembre 2023. (Crédit : Henry Nicholls/AFP)

Certains manifestants d’extrême-droite ont scandé à plusieurs reprises à l’adresse des manifestants pro-palestiniens : « Qui est ce putain d’Allah ? »

Environ 1 850 policiers, dont certains issus d’autres forces armées britanniques, ont été mobilisés pour maintenir l’ordre, et 1 375 le seront dimanche, lors d’une cérémonie nationale de commémoration au Cénotaphe, présidée par le roi Charles III, des membres de la famille royale et des dirigeants politiques.

La ministre de l’Intérieur, Suella Braverman, qui se montre de plus en plus ouvertement de droite, n’a pas fait grand-chose pour apaiser les tensions, en accusant la police d’être plus favorable aux manifestations pro-palestiniennes que d’autres.

Le soutien aux Palestiniens est une politique de longue date de la gauche politique britannique.

Des membres du groupe orthodoxe juif anti-Israël Neturei Karta tenant des pancartes alors qu’ils participent à la « Marche nationale pour la Palestine » dans le centre de Londres, le 11 novembre 2023. (Crédit : Henry Nicholls/AFP)

Le gouvernement était également en désaccord avec la police londonienne cette semaine, les ministres ayant demandé l’interdiction de la marche, ce qui a suscité des inquiétudes quant à l’ingérence politique dans les questions opérationnelles.

Sunak a déclaré qu’il tiendrait le commissaire de police Mark Rowley « responsable » de sa décision d’autoriser la manifestation.

Rowley a toutefois déclaré que la manifestation n’atteignait pas le seuil requis pour demander une ordonnance gouvernementale, ce qui est rare, pour empêcher sa tenue.

Lors des précédentes manifestations, de nombreuses personnes glorifiaient le groupe terroriste palestinien du Hamas, appelaient à la destruction d’Israël et se rendaient coupables d’actes antisémites.

Des policiers arrêtant un homme dans la rue près de la « Marche nationale pour la Palestine », alors que des groupes de contre-manifestants sont surveillés par la police près de l’itinéraire de la marche principale, dans le centre de Londres, le 11 novembre 2023. (Crédit : Justin Tallis/AFP)

Il y a également eu un certain nombre d’incidents de chants pro-palestiniens et anti-Israël par des foules utilisant les transports publics pour se rendre aux manifestations et en revenir.

« Nous avons conscience de l’impact négatif de la poursuite des manifestations, de l’augmentation des tensions et de la hausse des crimes de haine dans tout Londres, ainsi que la peur et l’anxiété que ressentent nos communautés juives en particulier », a déclaré la police dans un communiqué vendredi.

« Ils ont le droit de se sentir en sécurité dans leur ville, sachant qu’ils peuvent voyager à travers Londres sans craindre l’intimidation ou le harcèlement », a déclaré la police.

La police métropolitaine a également déclaré qu’elle travaillait avec des forces extérieures à Londres pour s’assurer que tout convoi de véhicules arrivant dans la capitale en agitant des drapeaux et/ou en criant des insultes antisémites soit tenu à l’écart des communautés juives, notant que si quelqu’un dans un convoi commet une infraction, il sera lui aussi « poursuivi ».

Dans une déclaration rapportée par la BBC, Sunak a demandé vendredi aux manifestants d’être « attentifs à la peur et à la détresse des communautés juives et musulmanes ».

« Le week-end du souvenir est sacré pour nous tous et devrait être un moment d’unité, de partage des valeurs britanniques et de réflexion solennelle », a déclaré Sunak.

Le quotidien londonien The Times a rapporté samedi que des groupes extrémistes seraient présents à la marche, notamment des membres d’un groupe que l’on voit dans une vidéo chanter en faveur d’une intifada.

L’article indique que le Revolutionary Communist Group (RCG) a organisé des événements au cours desquels des orateurs ont déclaré qu’Israël n’avait pas le droit d’exister, et l’un d’entre eux a déclaré : « Tout ce qu’ils ont fait, c’est parler d’otages, d’otages, d’otages (…). De notre vivant, le drapeau de la Palestine flottera sur Jérusalem. »

Des manifestants portant des pancartes et des drapeaux participant à la « Marche nationale pour la Palestine » appelant à un cessez-le-feu dans le conflit entre Israël et le Hamas, dans le centre de Londres, le 11 novembre 2023. (Crédit : Henry Nicholls/AFP)

Le journal rapporte également que Ziad al-Aloul, porte-parole du Palestinian Forum in Britain, qui a participé à l’organisation des manifestations, a diffusé des vidéos le 7 octobre « pour célébrer l’attaque ‘par terre, par air et par mer' ».

L’article rapporte qu’il a été photographié lors des rassemblements aux côtés de l’ancien dirigeant Labour Jeremy Corbyn.

Israël a maintenu sa position selon laquelle le Hamas utiliserait un cessez-le-feu pour se regrouper, et qu’un cessez-le-feu ne peut être mis en œuvre sans la libération des otages détenus par le groupe terroriste palestinien.

Depuis le début de la guerre, des centaines de milliers de personnes ont participé chaque samedi à des manifestations organisées par des groupes de gauche et des organisations musulmanes. Des rassemblements ont également eu lieu pour soutenir Israël et exiger du Hamas qu’il libère les otages qu’il a capturés lors de l’attaque du 7 octobre, mais ils ont surtout été suivis par des membres de la communauté juive.

Depuis le début de la guerre, les organisations juives britanniques ont fait état d’une augmentation spectaculaire des actes antisémites et de l’inquiétude des membres de la communauté face à la montée de la menace.

Le Times a rapporté samedi que les étudiants juifs des universités britanniques étaient confrontés à des menaces croissantes.

L’article cite de nombreux cas, notamment un groupe WhatsApp d’étudiants juifs qui a été infiltré par des membres publiant des messages haineux.

Les messages portaient sur la Palestine et étaient suivis des expressions « F*** Israel » et « dirty Jewish cu**s » (sales Juifs), selon le Times.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.