Lors de la Journée al-Quds, Nasrallah dit que les Juifs doivent quitter Israël
Rechercher

Lors de la Journée al-Quds, Nasrallah dit que les Juifs doivent quitter Israël

"La Palestine de la rivière jusqu'à la mer est la propriété du peuple palestinien et il y retournera", a lancé le chef du Hezbollah

Un barbier portant un masque pour limiter la propagation du nouveau coronavirus écoute un discours du chef du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah diffusé sur la chaîne de TV du Hezbollah  al-Manar, pour marquer la Journée Al-Quds (Jérusalem) alors qu'il coupe les cheveux d'un client dans son salon situé dans la banlieue sud de Beyrouth au Liban, le vendredi 22 mai 2020. (AP Photo/Hassan Ammar)
Un barbier portant un masque pour limiter la propagation du nouveau coronavirus écoute un discours du chef du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah diffusé sur la chaîne de TV du Hezbollah al-Manar, pour marquer la Journée Al-Quds (Jérusalem) alors qu'il coupe les cheveux d'un client dans son salon situé dans la banlieue sud de Beyrouth au Liban, le vendredi 22 mai 2020. (AP Photo/Hassan Ammar)

Vendredi, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah a affirmé que tous les Juifs devaient quitter Israël. Il a déclaré que l’ensemble de la région, « de la rivière jusqu’à la mer » était la propriété des Palestiniens.

« Si nous n’avons jamais dit que nous voulions rejeter quiconque à la mer, ceux qui sont arrivés en masse en Palestine doivent partir », a déclaré le chef de l’organisation terroriste libanaise dans un discours pour marquer la Journée Al-Quds.

La Journée al-Quds, que l’Iran célèbre depuis la Révolution islamique de 1979, est habituellement marquée par des manifestations anti-Israël orchestrées par le régime en Iran et dans le monde arabe afin d’exprimer le soutien aux Palestiniens. La journée a lieu pour le dernier vendredi du Ramadan, qui tombait le 22 mai cette année.

« La Palestine de la rivière jusqu’à la mer est la propriété du peuple palestinien et il y retournera, a-t-il ajouté. Tout ce qui a été volé ne peut pas devenir la propriété légale d’un voleur, même si le monde entier reconnaît sa propriété », a-t-il déclaré.

« Notre position sur la Palestine est religieuse et éthique, et nous ne pouvons donc pas faire de compromis », a-t-il continué.

Les remarques de Nasrallah rejoignaient celles des responsables iraniens qui ont marqué cette journée avec des appels à annihiler Israël.

Célébrant la Journée anti-israélienne al-Quds, vendredi, le chef suprême iranien, l’Ayatollah Ali Khamenei, a indiqué que la fondation d’Israël avait été « un crime contre l’humanité » sans égal et répété que l’Etat juif était « une tumeur cancéreuse » née de la volonté des « Occidentaux et des propriétaires de corporations juifs ».

Citant la pandémie de coronavirus, il a comparé le sionisme à un « virus » qu’il « faut éliminer dans les meilleurs délais ».

S’exprimant lors de la semaine où Israël marquait le 20ème anniversaire de son retrait du Liban après des années d’un conflit sanglant avec le Hezbollah, Nasrallah a affirmé qu’Israël redoutait une guerre contre l’organisation et que la dissuasion mutuelle entre les deux camps constituait une victoire pour le Liban.

« Certains pourraient dire qu’il y a une dissuasion mutuelle, mais une dissuasion mutuelle est une victoire pour le Liban », a déclaré Nasrallah.

« Israël ne devrait pas faire le pari que le Hezbollah sera préoccupé par la situation interne », a-t-il ajouté, en affirmant qu’Israël pariait sur la crise économique du Liban pour essayer de d’inverser l’attitude de la population vis-à-vis de l’organisation terroriste.

Des soldats libanais retirent des pneus incendiés par des manifestants anti-gouvernement pour bloquer une route dans la ville de Zouk Mosbeh, au nord de Beyrouth, au Liban le 27 avril 2020.(AP/Bilal Hussein)

Nasrallah vit caché dans un bunker depuis la guerre de 2006 entre son groupe et Israël, craignant d’être assassiné par Israël. Il a depuis fait de très rares et brèves apparitions publiques.

Alors qu’une bonne partie de son discours était consacrée à Israël et à la question palestinienne, le secrétaire général du Hezbollah a déclaré que le véritable ennemi de l’organisation étaient les Etats-Unis, même s’il n’y a pas de conflit direct entre les deux camps.

« Notre véritable combat est contre les Etats-Unis d’Amérique, a-t-il déclaré, accusant Israël d’être en « première ligne » pour les Etats-Unis.

Citant les conflits en Syrie, en Irak et au Yemen, Nasrallah a déclaré que « les Etats-Unis déclenchent des guerres pour protéger et sécuriser le régime israélien », en ajoutant que « les Etats-Unis mettent toutes leurs capacités, leurs contacts et tout cela dans le seul but de soutenir et de renforcer Israël ».

En référence au conflit frontalier entre Israël et le Liban sur les zones maritimes commerciales et sur les limites des frontières terrestres, Nasrallah a prévenu que les Etats-Unis allaient « délimiter la frontière maritime et résoudre les conflits frontaliers terrestres en faveur d’Israël ».

Il a aussi accusé les pays arabes de ne pas se soucier des Palestiniens.

« Certains pays arabes ne sont pas du tout intéressés par le conflit arabo-israélien, a déclaré Nasrallah. La résistance sous toutes ses formes est la seule manière de libérer les terres, toutes les autres manières sont une perte de temps, a-t-il ajouté, en faisant apparemment référence aux liens en développement entre Israël et les pays du Golfe.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...