L’UE condamne les « menaces inacceptables » de Khamenei contre Israël
Rechercher

L’UE condamne les « menaces inacceptables » de Khamenei contre Israël

Contrairement aux avertissements de Bruxelles contre les projets d'annexion israéliens, la déclaration contre l'Iran a fait l'objet d'un consensus à l'échelle de l'Union

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (à gauche) rencontre le haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell (à droite) à Téhéran le 3 février 2020. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)
Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (à gauche) rencontre le haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité Josep Borrell (à droite) à Téhéran le 3 février 2020. (Crédit : ATTA KENARE / AFP)

L’Union européenne a condamné jeudi les menaces proférées par le guide suprême iranien contre Israël après que l’ayatollah Ali Khamenei a appelé à « l’élimination » de « l’entité sioniste ».

Contrairement aux récents avertissements de Bruxelles contre les projets d’annexion israéliens – qui ont été émis au nom du chef de la diplomatie du bloc européen Josep Borell, car certains Etats s’y opposaient – la déclaration de jeudi contre l’Iran a fait l’objet d’un consensus à l’échelle de l’Union.

Cependant, au moins un diplomate israélien a déclaré vendredi que le communiqué n’était pas à la hauteur des menaces de Khamenei.

Ce bref communiqué, émis par Borell « au nom de l’Union européenne » commençait par condamner les « propos menaçants » du guide iranien qui mettait en question la légitimité d’Israël.

« De tels propos sont totalement inacceptables et sont grandement préoccupants. Ils sont également incompatibles avec l’objectif d’un Moyen-Orient stable et pacifique tel que l’UE le souhaite », indique le communiqué. « L’Union européenne réitère son engagement fondamental envers la sécurité d’Israël. »

L’ambassadeur israélien en Allemagne Jeremy Issacharoff – qui, à d’autres postes au sein du ministère des Affaires étrangères, s’est consacré à la menace iranienne – a déclaré vendredi que la déclaration de l’UE n’était pas assez forte.

Khamenei « n’a pas simplement remis en question la légitimité d’Israël, il a explicitement évoqué ‘l’élimination du régime sioniste’ qui va de la négation de la Shoah à l’encouragement d’une autre [Shoah] », a écrit le diplomate israélien sur son compte Twitter.

« La gravité de ses propos n’est pas reflétée dans la réaction de l’UE. »

Il a ajouté que l’UE « devrait aller au-delà des mots » dans sa réaction, mais il n’a pas élaboré.

Plus tôt dans la journée de jeudi, Borrell, sur son compte Twitter personnel, a condamné « dans les termes les plus forts », l’appel de Khamenei à « lutter » contre l’Etat juif. « C’est une menace contre la paix et la sécurité internationale. La sécurité d’Israël est un sujet de la plus haute importance et l’UE se tiendra à ses côtés », a écrit Borrell.

Khamenei a appelé à de multiples reprises à la destruction d’Israël cette semaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...