L’UE finance des Israéliens qui luttent contre la 3e cause de mort dans le monde
Rechercher

L’UE finance des Israéliens qui luttent contre la 3e cause de mort dans le monde

NanoVation affirme que l'appareil, basé sur une technologie développée par un professeur du Technion, permet un traitement précoce des patients atteints de BPCO

Le produit SenseGuard développé par la start-up israélienne NanoVation (Autorisation)
Le produit SenseGuard développé par la start-up israélienne NanoVation (Autorisation)

La startup médicale israélienne NanoVation a reçu une subvention de 2,5 millions d’euros du programme EIC Accelerator de l’Union européenne Horizon 2020 pour contribuer au développement d’un nouveau capteur basé sur un nanomatériau capable d’avertir de l’aggravation des conditions respiratoires.

L’entreprise basée à Haïfa développe le nouveau dispositif, basé sur la technologie des nanocapteurs mise au point par le professeur Hossam Haick du Technion – Institut israélien de technologie.

Le dispositif vise à surveiller et à gérer les patients souffrant de diverses affections respiratoires telles que la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), une maladie pulmonaire caractérisée par des problèmes respiratoires à long terme et une mauvaise circulation de l’air. Cette maladie est la troisième cause de décès dans le monde, selon l’Organisation mondiale de la santé.

La subvention permettra à NanoVation de poursuivre le développement et la commercialisation de son produit « SenseGuard », pour surveiller les patients dans les hôpitaux et à domicile, en temps réel et de manière non invasive, explique la société.

SenseGuard développé par la startup israélienne NanoVation (Autorisation)

SenseGuard est un dispositif médical portable sans fil pour la surveillance continue de la respiration des patients, basé sur les informations recueillies par le capteur, qui détecte divers paramètres respiratoires comme la fréquence respiratoire, l’apnée et le volume respiratoire, et les traduit en informations cliniques et déclenche l’alarme avant que le patient n’atteigne un point critique.

L’appareil a déjà fait l’objet d’essais cliniques et a reçu le feu vert de la Commission européenne, « prouvant que la technologie est à la fois sûre et très précise dans la surveillance de la respiration des patients », selon le communiqué.

La technologie est actuellement déployée dans des hôpitaux en Israël et dans l’UE pour des recherches cliniques supplémentaires afin de prouver ses capacités, indique la firme dans un communiqué.

Quelque 328 millions de personnes dans le monde sont classées comme souffrant de BPCO, selon les données de l’Organisation mondiale de la santé de 2010. Le coût économique est estimé à 49 milliards de dollars par an aux États-Unis et à un montant similaire dans l’UE.

Environ la moitié de tous les coûts directs de la BPCO sont associés à l’hospitalisation due à la détérioration de la fonction respiratoire. Ces coûts pourraient être réduits de manière significative grâce à un dispositif de surveillance qui identifie toute détérioration de manière précoce et conduit à une réduction spectaculaire du besoin d’hospitalisation par une intervention de traitement au domicile du patient, affirme NanoVation dans le communiqué.

« Les modifications de la fonction pulmonaire indiquant une aggravation de l’état peuvent apparaître jusqu’à trois semaines avant d’atteindre un état aigu qui conduit souvent à une hospitalisation et à une longue réhabilitation », explique le Dr Gregory Shuster, le PDG et co-fondateur de NanoVation. « Les lésions pulmonaires résiduelles vont nuire à la qualité de vie ou, dans le pire des cas, entraîner la mort ».

« Notre dispositif pionnier vise à permettre l’identification des premiers signes de détérioration de la fonction pulmonaire, et permet un traitement précoce », ajoute le Dr Shuster. « Le coût de l’intervention préventive et du traitement se situe entre des dizaines et des centaines de dollars, alors qu’ils minimisent les hospitalisations inutiles, qui coûteraient entre 10 000 et 40 000 dollars pour un individu aux États-Unis et entre 3 000 et 10 000 euros en Europe, et se traduiraient par des milliards de dollars par an pour l’ensemble du système de santé ».

Horizon 2020 est l’un des plus grands programmes de recherche et d’innovation de l’UE. Il soutient les petites et moyennes entreprises qui ont des projets d’innovation révolutionnaires et vise à promouvoir et à financer des découvertes et des premières mondiales en faisant passer les idées du laboratoire au marché.

NanoVation a été fondée en 2014 en tant que dérivé du Technion – Institut israélien de technologie, et est dirigée par Shuster, le directeur technique Nadav Bachar, et Haick, le développeur de la technologie et directeur scientifique de l’entreprise. L’entreprise a levé 6 millions de dollars en deux cycles de financement et de subventions dans le cadre du programme européen Horizon 2020, ainsi que de l’Autorité israélienne de l’innovation.

En 2014, NanoVation a mis sa technologie de nanodétection au service du projet NaNose, qui tente de détecter le cancer grâce à ce qui ressemblait à un alcootest. L’entreprise ne fait pas partie de ce projet actuellement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...