L’UNESCO condamne ‘l’agression’ israélienne sur le mont du Temple
Rechercher

L’UNESCO condamne ‘l’agression’ israélienne sur le mont du Temple

La résolution abandonne la demande de considérer le mur Occidental comme « une partie intégrante » de la mosquée Al-Aqsa

Des soldats israéliens sur le mont du Temple près de la mosquée Al-Aqsa (Crédit : AFP/AHMAD GHARABLI)
Des soldats israéliens sur le mont du Temple près de la mosquée Al-Aqsa (Crédit : AFP/AHMAD GHARABLI)

L’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture a adopté une résolution mercredi condamnant les fouilles archéologiques israéliennes qui ont actuellement lieu à proximité du mont du Temple et ailleurs dans la Vieille Ville de Jérusalem.

La proposition de résolution avait initialement cherché à nommer le mur Occidental comme un site religieux musulman, mais les Etats arabes ont retiré cette exigence de la proposition plus tôt dans la journée.

Elle a également condamné « l’agression et les mesures illégales prises contre la liberté de culte et l’accès des musulmans à la mosquée Al-Aqsa et les tentatives d’Israël de briser le statu quo depuis 1967 ».

Soumis par un groupe de pays arabes aux 58 membres du Conseil exécutif de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), le texte a recueilli 26 voix en sa faveur, tandis que six délégations ont voté contre, 25 se sont abstenues et une dernière était absente au moment du vote, selon des sources diplomatiques.

Les Etats-Unis, l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, la République tchèque et l’Estonie sont les six pays qui s’y sont opposés. La France s’est pour sa part abstenue, d’après les mêmes sources.

La résolution a également reconnu le Tombeau de Rachel à Bethléem et le Tombeau des Patriarches à Hébron comme des sites musulmans.

Le vote a eu lieu quelques heures après que les Etats arabes ont retiré leur demande que l’UNESCO déclare le mur Occidental comme une « partie intégrante » de l’enceinte de la mosquée Al-Aqsa sur le mont du Temple de Jérusalem.

Dans un effort pour obtenir l’appui pour la motion, une partie du langage le plus incendiaire a été supprimé ou modifié pour rédiger la résolution en des termes moins provocateurs.

Toutes les références à Jérusalem comme « la capitale occupée de la Palestine » ont été retirées de la proposition, comme ce fut le cas pour l’appel à la communauté internationale à condamner Israël pour avoir poussé « les civils à porter des armes quand ils sortent de leurs maisons ».

Les Palestiniens prétendent que la vague d’attentats palestiniens au cours des dernières semaines contre les civils israéliens et le personnel de sécurité est due à la tentative d’Israël de modifier les arrangements au mont du Temple, où les Juifs sont autorisés à visiter mais pas à prier. Israël a de maintes fois nié ces allégations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...