Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

L’Université du Minnesota renonce à recruter un expert de la Shoah qui a accusé Israël de génocide

L’institution a d’abord défendu l'embauche de Raz Segel en tant que directeur du Centre pour la Shoah et les génocides, pour qui Gaza est "un cas d'école de génocide se déroulant sous nos yeux"

Raz Segal discutant de son article dans Jewish Currents dans lequel il affirme qu'Israël a l'intention de commettre un génocide à Gaza, le 25 octobre 2023. (Crédit : NJ Spotlight News/PBS screenshot via JTA)
Raz Segal discutant de son article dans Jewish Currents dans lequel il affirme qu'Israël a l'intention de commettre un génocide à Gaza, le 25 octobre 2023. (Crédit : NJ Spotlight News/PBS screenshot via JTA)

JTA – L’Université du Minnesota a « mis en pause » sa recherche d’un nouveau directeur pour son Centre d’études sur la Shoah et les génocides après avoir initialement choisi un Israélien qui avait accusé Israël de génocide moins d’une semaine après l’assaut barbare et sadique du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre.

Des groupes juifs s’étaient opposés à l’embauche prévue de Raz Segal après en avoir pris connaissance la semaine dernière, et deux membres du conseil consultatif du centre – dont l’un est Juif – ont démissionné en raison de cette nomination. Segal, qui est actuellement directeur d’un programme de maîtrise en études sur la Shoah et les génocides à l’Université de Stockton dans le New Jersey, avait écrit un article controversé dans le magazine progressiste Jewish Currents le 13 octobre, dans lequel, citant son expérience « en tant que spécialiste des génocides », il déclarait que l’opération militaire d’Israël à Gaza était « un cas d’école de génocide se déroulant sous nos yeux ».

L’université a d’abord défendu l’embauche de Segal pour le campus de Twin Cities, à Minneapolis, déclarant dans un communiqué au cours du week-end qu’il « a été recommandé avec enthousiasme par le comité de recherche pour ce poste important » après une évaluation « des forces et des faiblesses, des avantages et des inconvénients de chaque candidat interviewé ».

Mais face à la pression croissante – notamment les démissions du conseil d’administration et l’opposition du Jewish Community Relations Council (JCRC) – l’établissement a fait volte-face lundi.

« Au cours des derniers jours, d’autres membres de la communauté universitaire se sont manifestés pour exprimer leur intérêt à fournir un point de vue sur l’embauche du directeur du Centre d’études sur la Shoah et les génocides. En raison du rôle de leader et d’interface avec la communauté qu’occupe le directeur, il est important que ces voix soient entendues », a déclaré le président temporaire Jeff Ettinger dans un communiqué, selon TC Jewfolk.

Le communiqué ajoute qu’Ettinger « a suspendu le processus de sélection du directeur pour permettre de déterminer les prochaines étapes ».

Certains experts juifs de renom ont également critiqué la nomination de Segal.

« Il n’y aurait, bien sûr, aucun problème à ce que le centre soit dirigé par quelqu’un de critique – voire de très critique – des politiques du gouvernement [du Premier ministre Benjamin] Netanyahu, ou de tout autre gouvernement israélien d’ailleurs », a écrit Menachem Rosensaft, professeur de droit à l’Université Cornell et ancien conseiller du Congrès juif mondial, dans un article d’opinion du Times of Israel publié mardi. « Les opinions radicales de Segal, en revanche, se situent tellement en dehors du courant dominant qu’elles constituent un soutien de type Hamas à l’élimination génocidaire de l’État d’Israël. »

Les directeurs du JCRC du Minnesota et du Dakota ont salué le revirement de l’université et ont insisté pour que les Juifs locaux aient davantage voix au chapitre lors de l’embauche éventuelle du centre. Ils ont déclaré que, contrairement aux années précédentes, lorsque le poste de directeur du centre était ouvert, aucun représentant du JCRC n’avait été consulté cette fois-ci au sein du comité de recherche.

« Alors que l’université détermine ses prochaines étapes, nous nous attendons à ce que la perspective consensuelle de la communauté juive du Minnesota, ainsi que celle des principaux spécialistes de la Shoah et des génocides, soit honorée », ont déclaré le directeur Steve Hunegs et le directeur exécutif adjoint Ethan Roberts dans un communiqué.

La communauté juive de l’université a été mise à rude épreuve ces dernières semaines. Des vandales ont brisé plusieurs fenêtres et portes du Minnesota Hillel au cours du week-end. Le mois dernier, dans le cadre d’un accord controversé conclu entre l’administration de l’université et le mouvement anti-Israël, les représentants de ces derniers ont présenté aux administrateurs de l’université un argument officiel en faveur du désinvestissement d’Israël (les représentants de l’association Hillel ayant présenté un contre-argument).

Segal, qui a fait l’éloge du mouvement des campements anti-Israël, n’est pas le seul spécialiste de la Shoah et des génocides à qualifier les actions d’Israël à Gaza de « génocide » – bien qu’il ait été l’un des premiers et des plus véhéments. Des dizaines d’autres professeurs spécialisés dans cette discipline ont signé une lettre ouverte dont Segal a été le fer de lance dans les jours qui ont suivi le 7 octobre et qui condamnait les actions du Hamas tout en affirmant que l’opération d’Israël à Gaza à l’époque « soulevait la question du génocide ». Israël, qui a été traduit devant la Cour internationale de justice (CIJ) pour « génocide », a catégoriquement réfuté ces accusations.

La progression de ces opinions chez un certain nombre d’universitaires juifs et israéliens a inquiété certains groupes juifs pro-Israël, qui se sont organisés dans certaines universités pour écarter les professeurs juifs de gauche des postes clés liés à l’antisémitisme.

Dans sa lettre de démission du conseil consultatif du Centre de la Shoah et des génocides, Karen Painter, membre de la faculté, a cité l’essai de Segal dans Jewish Currents pour expliquer pourquoi elle considérait son embauche comme inacceptable.

« Le Dr. Segal s’est positionné à l’extrémité du spectre politique et idéologique avec ses publications sur Israël et Gaza, notamment un essai dans lequel il a accusé Israël de génocide une semaine après les attaques terroristes du 7 octobre », a écrit Painter, dont l’époux, Richard Painter, ancien fonctionnaire de l’administration de George W. Bush, a déposé des plaintes qui ont déclenché une enquête fédérale sur l’antisémitisme en vertu du Titre VI de la loi sur l’antisémitisme.

Bruno Chaouat, ancien directeur juif du centre, a également démissionné à la suite de cette nomination.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.