Luxembourg : Annulation d’une table ronde « Critique d’Israël : Antisémitisme ? »
Rechercher

Luxembourg : Annulation d’une table ronde « Critique d’Israël : Antisémitisme ? »

L'annulation a pour origine une réaction du Comité pour une paix juste au Proche-Orient, qui se décrit comme une ONG "solidaire avec le peuple palestinien"

Le Musée national de la Résistance luxembourgeois. (Crédit : Cayambe / CC BY-SA 4.0)
Le Musée national de la Résistance luxembourgeois. (Crédit : Cayambe / CC BY-SA 4.0)

Le Musée national de la Résistance luxembourgeois a annoncé lundi sur Facebook annuler sa table ronde « Critique d’Israël : Antisémitisme ? » prévue le 14 novembre suite à des « reproches de partialité – injustifiés à ses yeux » et afin « d’éviter toute polarisation ».

Son directeur, Fränk Schroeder, a déclaré qu’un des participants à cette table ronde avait reproché aux organisateurs de ne pas être neutres, a indiqué le journal 5minutes, sans pour autant citer de nom.

Le journal a néanmoins avancé qu’il s’agissait du Comité pour une paix juste au Proche-Orient (CPJPO), qui se décrit comme une ONG « solidaire avec le peuple palestinien ».

« Palestiniens et Israéliens peuvent jouir des mêmes droits dans un Proche-Orient apaisé par un règlement juste de la question palestinienne, indiquent les militants sur leur site. Celui-ci passe par la fin de l’occupation et de la colonisation israéliennes des Territoires palestiniens et un traitement juste des droits des réfugiés palestiniens. »

Leider musse mir Iech matdeelen, dass d'Table-ronde "Israelkritik: Antisemitismus?", déi de 14/11 sollt stattfannen, OFGESOT ass

פורסם על ידי ‏‎Musée national de la Résistance‎‏ ב- יום שני, 4 בנובמבר 2019

Dans une lettre ouverte de la présidente du CPJPO datée du 6 novembre, Martine Kleinberg, celle-ci écrit : « Après revirement, le MNR m’a exclue et exigé que ce soit notre coordinatrice des projets de sensibilisation qui représente le CPJPO. Nous nous sommes alors adressés au président du conseil d’administration du MNR. Lundi 4 novembre, la direction du MNR a jugé plus opportun d’annuler la table ronde plutôt que d’accepter ma présence sur le plateau. Serait-ce parce que je suis Juive et critique d’Israël ? »

Dans sa lettre, elle se plaignait également du fait que le directeur du Musée, qui devait animer la table ronde, soutienne la définition du mot « antisémitisme » de « l’International Holocaust Remembrance Alliance » (IHRA) – définition que le groupe conteste.

« M’empêcher de prendre la parole sur cette question, dans cette actualité, c’est renforcer cette même polarisation que tout le monde déplore, c’est dissimuler l’instrumentalisation de l’antisémitisme par le gouvernement israélien et les organisations le soutenant, c’est participer à l’actuelle campagne de diffamation, qui tente d’assimiler à de l’antisémitisme les actions en faveur des droits des Palestiniens », a-t-elle écrit.

Selon la définition de l’IHRA, l’antisémitisme peut regrouper différents points. Ainsi, remettre en cause le « droit à l’autodétermination des Juifs, en affirmant par exemple que l’existence de l’État d’Israël est le fruit d’une entreprise raciste », comparer « la politique israélienne contemporaine et celle des nazis » ou « l’idée selon laquelle les Juifs seraient collectivement responsables des actions de l’État d’Israël », sont des formes d’antisémitisme, selon l’organisation.

Aussi, « le traitement inégalitaire de l’État d’Israël, à qui l’on demande d’adopter des comportements qui ne sont ni attendus ni exigés de tout autre État démocratique », entre lui aussi dans la définition.

Selon l’organisation B’nai Brith Canada, il s’agit de « la définition de l’antisémitisme la plus universellement acceptée et la mieux appropriée aujourd’hui», jouissant d’un « consensus sans précédent ».

En début d’année, le président français Emmanuel Macron avait lui aussi annoncé que la France appliquerait la définition de l’IHRA. Le dirigeant avait alors affirmé que « l’anti-sionisme est une des formes modernes de l’antisémitisme ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...