Israël en guerre - Jour 260

Rechercher

Mandats d’arrêt réclamés : Le Hamas dit être « la victime », insiste sur son droit « à la résistance armée »

Le groupe terroriste, à l'origine des massacres barbares du 7 octobre, estime que la Cour pénale internationale ne doit pas faire l'équivalence entre "la victime et le bourreau"

Yahya Sinwar, le chef du Hamas à Gaza, saluant ses partisans pendant une rencontre de factions palestiniennes, dans son Bureau de Gaza City, le 13 avril 2022. (Crédit : Adel Hana/AP)
Yahya Sinwar, le chef du Hamas à Gaza, saluant ses partisans pendant une rencontre de factions palestiniennes, dans son Bureau de Gaza City, le 13 avril 2022. (Crédit : Adel Hana/AP)

Le groupe terroriste du Hamas a dénoncé, lundi, la décision prise par le procureur de la Cour pénale internationale de réclamer des mandats d’arrêt en direction de ses dirigeants, déplorant que le procureur ait fait cette annonce en même temps qu’il a fait part de son intention de prendre une initiative similaire à l’encontre du Premier ministre et du ministre de la Défense israélien.

Dans un communiqué qui a été émis lundi, le Hamas a déclaré « dénoncer avec force la tentative du procureur de la Cour pénale internationale de faire l’équivalence entre la victime et le bourreau en réclamant l’émission de mandats d’arrestation à l’encontre d’un certain nombre de chefs de la résistance palestinienne ».

Ces mandats sont liés à la guerre en cours qui oppose Israël au Hamas dans la bande de Gaza – une guerre qui avait été déclenchée par l’assaut sanglant commis par le groupe terroriste dans le sud de l’État juif, le 7 octobre 2023.

« Le Hamas… demande l’annulation de tous les mandats d’arrestation contre les chefs de la résistance palestinienne parce qu’ils violent les conventions et les résolutions des Nations unies », a continué le communiqué.

Le Hamas a affirmé avoir le droit de résister à « l’occupation » israélienne, notamment par le biais de « la résistance armée », et il a fustigé la Cour qui a demandé des mandats d’arrestation à l’encontre de deux leaders israéliens et pas davantage.

Le procureur en chef de la Cour pénale internationale avait déclaré, dans la journée de lundi, qu’il avait déposé une requête en faveur de l’émission de mandats d’arrestation aux juges : sont concernés Yahya Sinwar, le responsable du Hamas à Gaza ; le chef de l’aile armée du groupe terroriste Mohammed Deif et celui de la branche politique, Ismail Haniyeh. Il a précisé que les trois étaient accusés d’extermination, d’homicide intentionnel, de prise d’otage, de viol et d’agression sexuelle.

Ismaïl Haniyeh, chef du bureau politique du groupe terroriste palestinien Hamas, basé à Doha, s’exprimant lors d’un discours télévisé à l’occasion de la Journée d’al-Qods (Jérusalem), le 3 avril 2024. (Crédit : Bureau des médias du Hamas/AFP)

Sami Abu Zuhri, un haut responsable du Hamas, a indiqué que la décision prise par le procureur « fait l’équivalence entre la victime et le bourreau » et encourage Israël à terminer « sa guerre d’extermination » au sein de l’enclave côtière.

Sinwar et Deif seraient à Gaza où les soldats israéliens les traquent actuellement. Mais Haniyeh, le guide suprême du groupe terroriste islamique, vit au Qatar et il voyage très fréquemment à travers la région.

Wasel Abu Youssef, membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), a estimé que « les Palestiniens ont le droit de se défendre… La CPI doit émettre des mandats d’arrêt à l’encontre des officiels israéliens qui sont en train de commettre le crime de génocide dans la bande de Gaza. »

Le procureur Khan a aussi indiqué qu’il réclamait des mandats d’arrêt à l’encontre du Premier ministre Benjamin Netanyahu et du ministre de la Défense Yoav Gallant, qui pourraient s’être rendus coupables « d’extermination ; d’avoir affamé délibérément la population comme méthode de guerre en refusant notamment l’acheminement des aides humanitaires et d’avoir visé intentionnellement les civils dans le conflit ».

Une initiative qui a été largement condamnée par les responsables israéliens, qui ont critiqué la CPI pour l’équivalence faite entre le Hamas et l’État juif.

Israël n’est pas membre de la Cour et même si des mandats d’arrêt devaient être émis, Netanyahu et Gallant ne courent pas de risque immédiat de poursuites judiciaires.

Israël affirme que son offensive à Gaza vise à éliminer le Hamas et que le bilan meurtrier chez les civils élevé est dû à l’utilisation de la population, par le Hamas, comme bouclier humain.

Le porte-parole du Hamas Sami Abu Zuhri (Crédit : AP/Hatem Moussa)

Au cours de l’attaque commise par le Hamas dans le sud d’Israël, le 7 octobre, les terroristes avaient commis un massacre, tuant près de 1 200 personnes et kidnappant 252 personnes qui avaient été prises en otage dans la bande de Gaza.

Le ministère de la Santé placé sous l’autorité du groupe terroriste, à Gaza, affirme que plus de 35 000 personnes ont perdu la vie dans la bande, dans le cadre de l’offensive israélienne, jusqu’à présent – même si seulement environ 24 000 morts ont été identifiés dans les hôpitaux. Ce bilan, qui est invérifiable, comprend environ 15 000 hommes armés que l’armée israélienne dit avoir tué dans les combats. Israël déclare également avoir abattu environ un millier de terroristes sur son sol, le 7 octobre.

283 soldats ont par ailleurs perdu la vie pendant l’incursion terrestre au sein de l’enclave côtière et dans le cadre des opérations menées le long de la frontière à Gaza. Un entrepreneur civil du ministère de la Défense a, lui aussi, été tué dans la bande.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.