Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Manifestation contre l’édition en hébreu d’un livre critiquant la « folie transgenre »

Le livre "Irreversible Damage" de l'écrivaine américaine Abigail Shrier affirme que la dysphorie de genre est le résultat d'une pression sociale

Des membres de la communauté LGBT et des sympathisants participant à une manifestation en faveur de la communauté transgenre, à Tel Aviv le 22 juillet 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des membres de la communauté LGBT et des sympathisants participant à une manifestation en faveur de la communauté transgenre, à Tel Aviv le 22 juillet 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Des centaines de manifestants ont protesté dimanche à Ramat Gan contre le lancement de l’édition en hébreu de Irreversible Damage, un livre controversé qui affirme que la dysphorie de genre est le résultat de la pression sociale.

L’auteure américaine Abigail Shrier a assisté à l’événement organisé par la maison d’édition conservatrice Sella Meir, qui a fait salle comble, alors qu’environ 300 manifestants brandissaient des drapeaux arc-en-ciel et des drapeaux israéliens et scandaient des chants à l’extérieur, selon le site d’information Ynet.

Une vidéo de la scène montre des manifestants agitant des drapeaux des fiertés, des drapeaux transgenres et des drapeaux israéliens, tout en battant des tambours et en scandant des slogans LGBTQ.

Un événement précédent avait été annulé à Tel Aviv après que le lieu de réunion a été informé du contenu controversé du livre. Shrier a déclaré sur Twitter que deux des plus grands détaillants israéliens avaient refusé de vendre le livre.

À l’intérieur, un militant a interrompu la présentation de Shrier en criant : « Je ne suis pas une maladie, je suis une personne », avant d’être traîné hors de la salle par la sécurité.

Sella Meir a remercié l’auteure d’avoir mené un dialogue sur son livre qui « analyse un phénomène inquiétant qui touche tous les parents israéliens ».

« Malgré les protestations massives, nous avons eu une participation incroyable ce soir et le dialogue fougueux et rauque qui fait la réputation d’Israël », a déclaré Shrier.

Irreversible Damage »: The Transgender Craze Seducing Our Daughters (Dommages irréversibles : La folie transgenre qui séduit nos filles) a été publié en 2020. Shrier a affirmé que des « filles biologiques » s’identifiaient comme des hommes et cherchaient à suivre une thérapie de genre en raison des pressions sociales.

Elle affirme qu’un tel phénomène était rare jusqu’à récemment et conseille aux parents de « protéger leurs filles » de ce qu’elle a décrit comme une mode.

Le livre a été immédiatement critiqué par les militants LGBTQ et la communauté médicale, qui ont accusé Shrier de diffuser des informations erronées et de mettre en danger les jeunes transgenres en présentant leur identité comme une maladie mentale.

Amy Roseman, une organisatrice de manifestations en Israël qui a subi un processus d’affirmation du genre, a déclaré qu’il était important de manifester contre le livre parce qu’il vise à « convaincre les parents de ne pas accepter leurs enfants transgenres ».

« C’est un livre plein de mensonges. Il tente d’importer des idées de l’étranger, qui sont étrangères au dialogue politique en Israël. C’est quelque chose qui n’a pas sa place ici et qui est plein de haine », a déclaré Roseman à Ynet. « Le livre promeut l’idée que la transidentité est quelque chose qui peut être guéri. Nous parlons beaucoup de la thérapie de conversion. Elle conduit à la dépression, au suicide, à la maladie mentale et à de nombreuses souffrances qui pourraient être évitées si les parents acceptaient leurs enfants ».

A LIRE – Homosexualité : La « thérapie de conversion » est loin d’avoir disparu en Israël

Le député travailliste Gilad Kariv a établi un lien entre la protestation contre le livre « transphobe et LGBTQ-phobe » et les manifestations contre la réforme judiciaire controversée du gouvernement, citant la publication par Sella Meir de textes du député du parti HaTzionout HaDatit, Simcha Rothman, l’un des architectes de la législation.

« Cette attaque coûte la vie à des jeunes gens et nous ne pouvons pas rester silencieux », a déclaré Kariv.

Depuis sa parution en 2020, le texte a été traduit en neuf langues. Malgré les pressions, Amazon n’a pas retiré le livre de son site mais a refusé d’en faire la publicité.

Shrier est une journaliste californienne qui a écrit pour le Wall Street Journal, entre autres publications.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.