Israël en guerre - Jour 200

Rechercher

Margaret Atwood retweete les « servantes » de la manifestation de lundi

L'auteure américaine a écrit La Servante écarlate en 1985, un roman d'anticipation qui raconte l'histoire d'une société future fictive opprimant les femmes

Des manifestants contre les plans du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à remanier le système judiciaire, à Jérusalem, le 13 février 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)
Des manifestants contre les plans du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à remanier le système judiciaire, à Jérusalem, le 13 février 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)

Lors de la manifestation de lundi, un groupe de femmes se sont déguisées en servantes du livre de Margaret Atwood, La Servante écarlate, qui raconte l’histoire d’une société future fictive qui opprime les femmes.

Atwood semble l’avoir remarqué car elle a retweeté une publication sur les manifestantes qui disait : « Plus de 20 servantes ont rappelé à 100 000 Israéliens qui protestent contre la réforme du système judiciaire affaiblissant la Haute Cour de justice ce qui peut arriver quand un groupe d’hommes religieux fanatiques prend le pouvoir. Merci pour cette inspiration. Nous ne permettrons pas que cela arrive à une femme en Israël ».

Au moins 70 000 personnes se sont rassemblées lundi à Jérusalem dans le cadre d’une grève nationale pour protester contre le projet du gouvernement visant à imposer des changements radicaux et profonds au système judiciaire.

Le projet de refonte du ministre de la Justice Yariv Levin, qui est soutenu par Netanyahu, prévoit de restreindre de manière importante la capacité de la Haute-cour à invalider des lois et des décisions gouvernementales avec l’adoption d’une clause dite « dérogatoire » qui permettrait au Parlement de surseoir aux décisions de la Cour suprême avec un vote à la majorité simple de 61 députés. Ces propositions prévoient aussi de donner au gouvernement le contrôle total de la sélection des juges ; de faire disparaître la notion juridique du « caractère raisonnable » du code pénal israélien, une notion sur laquelle s’appuient les magistrats pour juger une législation ou une décision prise par la coalition et elles prévoient également que les ministres seront autorisés à nommer leurs propres conseillers juridiques au lieu de devoir faire appel à ceux qui opèrent sous les auspices du ministère de la Justice.

Le plan a suscité des critiques intenses et des avertissements de la part des plus éminents experts, ainsi que des manifestations massives et des pétitions publiques lancées par des officiels variés, des professionnels et des entreprises privées, qui ont tous averti que ces réformes porteront atteinte à la démocratie et à l’économie.

 

 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.