Israël en guerre - Jour 282

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Margarita Gusak, 21 ans : une artiste qui se destinait à des études de médecine

Assassinée par des terroristes du Hamas alors qu'elle fuyait le festival de musique Supernova le 7 octobre

Margarita 'Rita' Gusak (Crédit : Autorisation)
Margarita 'Rita' Gusak (Crédit : Autorisation)

Margarita « Rita » Gusak, 21 ans, de Gan Yavne, a été assassinée par des terroristes du Hamas alors qu’elle fuyait le festival de musique Supernova le 7 octobre.

Elle y participait avec son petit ami, Simon Vigdergaus, qui a lui aussi été assassiné ce jour-là.

Sa mère a confié au quotidien britannique The Telegraph que lorsque les sirènes des roquettes ont retenti, Rita lui a envoyé un texto pour lui dire qu’ils étaient sur le point de quitter les lieux en voiture. C’est là leur dernière communication avec elle.

Pendant une semaine, sa famille a attendu avec désespoir des nouvelles, avant d’être informée que son corps avait été identifié. Elle a été enterrée le 15 octobre à Givat Brenner. Elle laisse derrière elle ses parents, Valentina et Yigal (Igor).

Selon des articles de presse, elle avait quitté la Russie pour s’installer en Israël une dizaine d’années avant d’être assassinée. Sa page Facebook indique qu’elle était originaire de Saint-Pétersbourg.

Ses parents sont tous deux médecins et Rita avait l’intention de suivre leur trace.

Son père, le docteur Yigal Volodarsky de l’hôpital Kaplan, a confié qu’elle « rêvait d’être médecin et elle ne saura jamais qu’elle avait obtenu la note nécessaire pour être acceptée à l’examen d’entrée, dont les résultats ont été publiés trois jours après ce samedi noir ».

Au lycée, Rita a participé à une initiative STEM et était l’un des leaders de l’équipe de robotique de l’école. C’était aussi une artiste douée qui partageait ses peintures et ses dessins sur sa page Instagram.

Son amie Shanie Kagan a écrit sur Facebook à « mon amie, ma sœur ».

« La personne la plus intelligente que j’aie jamais connue, talentueuse et intelligente, toujours en train de réfléchir aux questions importantes de la vie », a-t-elle écrit. « Une âme libre et compliquée, toujours à la recherche de ce qui est caché. »

Asya Bobritskaya, une photographe et artiste qui prenait souvent des photos de Rita, a écrit sur Instagram : « Chère Rita, tu étais un rêve. »

« J’ai l’impression que je pourrais tendre la main et te toucher, mais ma main dessine un blanc », a-t-elle poursuivi. « Quelque part dans l’univers, tu es libre et tu peux faire ce que tu veux. N’importe quel type d’art. Tu étais toi-même une œuvre d’art, Dieu a déposé un baiser sur le sommet de ta tête et t’a prise pour lui. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.