Mariages en ligne via l’Utah pour pallier le manque de mariages civils en Israël
Rechercher

Mariages en ligne via l’Utah pour pallier le manque de mariages civils en Israël

Mais après la reconnaissance des actes par l'Autorité de la population, le ministre de l'intérieur Deri bloque le processus et exige qu'il soit examiné par de hauts fonctionnaires

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Illustration : Un couple juif se marie. (Justin Oberman/Creative Commons)
Illustration : Un couple juif se marie. (Justin Oberman/Creative Commons)

Trois couples israéliens qui se sont mariés en ligne via l’Etat de l’Utah afin de contourner les lois israéliennes qui ne reconnaissent pas les mariages civils ont vu leurs certificats acceptés par l’Autorité de la population, de l’immigration et des frontières, [PIBA – Population Immigration and Border Authority] leur ouvrant ainsi la voie pour s’enregistrer officiellement comme mariés, a rapporté mercredi le radiodiffuseur public Kan.

Cependant, lorsque le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a entendu parler de cette faille, il a ordonné que la procédure d’enregistrement soit bloquée, bien que dans un cas, un couple de lesbiennes eut déjà été informé que la demande était approuvée.

Yael, identifiée uniquement par son prénom, a expliqué à Kan qu’elle avait entendu parler du programme de mariage en ligne de l’Utah par le biais d’un post sur Facebook. Elle a dit qu’elle était motivée par « un fort désir de se marier et un manque d’options sur le terrain ».

Elle et son partenaire se sont mariés le 20 novembre, ouvrant ainsi la voie aux prestations gouvernementales offertes aux couples mariés reconnus.

« Cela ajoute beaucoup à votre estime de soi », a déclaré Yael. « Pendant des années, j’ai vécu dans l’ombre de l’impossibilité de me marier en Israël, et j’ai dû consacrer beaucoup de temps et de ressources pour quitter le pays afin d’être reconnue [comme mariée].

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri à la Knesset, le 3 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Les mariages en Israël ne sont reconnus que s’ils sont célébrés dans le cadre d’une cérémonie religieuse juive, chrétienne ou musulmane, tandis que les mariages civils célébrés à l’étranger sont reconnus par les autorités israéliennes, ce qui permet au couple de se faire enregistrer comme mariés auprès du ministère de l’Intérieur. Les couples israéliens qui ne veulent pas se marier religieusement, ou qui en sont empêchés comme les couples de même sexe ou les partenaires de religions mixtes, ont par le passé eu recours à des voyages à l’étranger où ils célèbrent un mariage civil puis reviennent avec les documents nécessaires pour s’enregistrer en Israël.

En février de cette année, l’État de l’Utah a annoncé qu’il reconnaîtrait les mariages célébrés via Internet, même si les couples n’étaient pas présents dans l’État à ce moment-là. Les trois couples israéliens ont utilisé les services d’une société américaine. Pour un coût supplémentaire, ils ont pu obtenir un tampon de validation d’apostille pour les certificats de mariage fournis par les autorités de l’État de l’Utah.

Ils ont ensuite présenté les certificats de mariage à différentes agences de la PIBA, où les greffiers ont admis qu’ils n’avaient jamais été confrontés à cette méthode auparavant et qu’ils auraient besoin de vérifier la question. Dimanche, l’un des couples a appris que les certificats avaient été approuvés et mardi, les deux autres ont reçu la même nouvelle, rapporte Kan. Cela leur permet d’être enregistrés comme mariés et leur donne un statut équivalent à celui des couples hétérosexuels mariés au sein de l’administration israélienne.

La PIBA, qui dépend du ministère de l’Intérieur, a confirmé ces faits, déclarant dans un communiqué que « des certificats de mariage ont été présentés par l’État de l’Utah aux États-Unis. La question a été examinée avec les autorités compétentes et après confirmation qu’il s’agissait bien d’une procédure reconnue par l’État de l’Utah, le mariage a été approuvé pour enregistrement ».

Mais mercredi, le ministre de l’Intérieur Deri, chef du parti ultra-orthodoxe Shas, qui s’oppose catégoriquement au mariage civil, a ordonné que le processus soit arrêté.

« Récemment, un certain nombre de demandes d’enregistrement de mariage ont été soumises sans que la question soit présentée à l’échelon administratif et juridique de l’Autorité de la population et de l’immigration », a indiqué un communiqué émanant de Deri.

Le ministre a ordonné que l’enregistrement soit suspendu jusqu’à ce que la question soit présentée aux hauts fonctionnaires de la PIBA et jusqu’à ce que Deri lui-même prenne une décision, selon le communiqué.

Tzohar, une organisation sioniste religieuse qui vise à combler le fossé entre les Israéliens laïques et religieux en trouvant des alternatives au rabbinat sur des questions comme les mariages juifs, a répondu à cette information dans un communiqué qui exhorte la communauté rabbinique « à apporter une réponse réelle et complète à ce douloureux défi entourant le mariage ».

« Il est essentiel que nous trouvions la solution appropriée qui à la fois préserve l’unité de notre peuple mais aussi garantisse que tous les couples reçoivent une réponse compatissante et pertinente à leurs besoins », a déclaré l’organisation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...