Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

Menacée, la joueuse d’échecs iranienne qui a concouru sans hijab s’installe en Espagne

Une source proche de Sara Khadem affirme qu'elle a reçu des avertissements l'enjoignant de ne pas rentrer en Iran ; elle s'installera dans un appartement qu'elle possède déjà

La joueuse d'échecs iranienne Sara Khadem participant sans hijab à un tournoi d'échecs à Almaty, au Kazakhstan, le 26 décembre 2022. (Crédit : Lennart Ootes/FIDE)
La joueuse d'échecs iranienne Sara Khadem participant sans hijab à un tournoi d'échecs à Almaty, au Kazakhstan, le 26 décembre 2022. (Crédit : Lennart Ootes/FIDE)

Une joueuse d’échecs iranienne qui a participé à des compétitions à l’étranger sans hijab s’est réfugiée en Espagne après avoir été avertie qu’elle ne devait pas rentrer en Iran, selon un reportage publié mardi.

Sara Khadem, également connue sous le nom de Sarasadat Khademalsharieh, a participé au championnat d’échecs Blitz et au FIDE World Rapid la semaine dernière à Almaty, au Kazakhstan, sans hijab, que la loi iranienne impose aux femmes.

Une source proche de la joueuse a déclaré qu’elle avait reçu de nombreux appels téléphoniques lui disant de ne pas retourner en Iran, selon le reportage de Reuters.

D’autres personnes lui ont dit qu’elle devait revenir, en lui promettant de « résoudre son problème ». Ses parents et ses proches en Iran ont également reçu des menaces.

Selon la source, les organisateurs du tournoi ont décidé, en raison des appels téléphoniques qu’elle a reçus, d’assurer la sécurité de Khadem. En coopération avec la police kazakhe, quatre agents de sécurité ont été postés devant sa chambre d’hôtel pendant son séjour dans le pays.

Khadem, qui est arrivée en Espagne mardi, a l’intention de s’y installer avec son mari, le réalisateur Ardeshir Ahmadi, et leur jeune enfant, selon le quotidien espagnol El Pais.

Des sources ont indiqué à El Pais que le couple est propriétaire d’un appartement en Espagne, mais garde le silence sur l’endroit exact où il compte vivre. Il n’a pas été précisé s’ils avaient l’intention de demander l’asile ou d’obtenir la résidence.

La semaine dernière, deux médias iraniens ont publié des photos de Khadem sans foulard. L’un d’eux a publié une autre photo la montrant portant un foulard, mais n’a pas précisé si la photo avait été prise lors du concours à Almaty.

Depuis le début des manifestations nationales en août, de nombreuses femmes iraniennes connues ont renoncé publiquement à porter le voile.

Khadem, qui est classée 804e au monde selon la Fédération internationale des échecs, mais 10e dans son pays, n’a fait aucun commentaire.

Une femme tient une pancarte lors d’un rassemblement de soutien aux manifestations en Iran, place de la République à Paris, le 29 octobre 2022. (Crédit : Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP)

Les protestations en Iran ont été déclenchées par la mort en détention, le 16 septembre, de Mahsa Amini, 22 ans, après son arrestation pour avoir prétendument enfreint le code vestimentaire iranien strict pour les femmes.

Depuis le début des manifestations, les femmes sont descendues dans la rue, brûlant leur foulard et se coupant les cheveux au mépris des lois sur le port obligatoire du voile.

Khadem rejoint une liste croissante d’athlètes et d’équipes sportives iraniens qui ont fait des gestes publics pour soutenir le mouvement de protestation.

En octobre, l’alpiniste iranienne Elnaz Rekabi a participé à une compétition sans foulard, ce qui lui a valu d’être assignée à résidence et contrainte de présenter des excuses, selon les reportages de l’époque.

La grimpeuse iranienne Elnaz Rekabi s’entretient avec des journalistes à l’aéroport international Imam Khomeiny à Téhéran, en Iran, le mercredi 19 octobre 2022. (Crédit : IRNA via AP)

Plus tôt dans le mois, le club de football de Téhéran, Esteghlal, a refusé de fêter sa victoire dans la Supercoupe d’Iran. Dans une interview d’après-match, le joueur Siavash Yazdani a dédié sa victoire aux « femmes et à ceux qui ont perdu des êtres chers ».

Avant le match d’ouverture de la Coupe du monde de la FIFA contre l’Angleterre, l’équipe nationale iranienne a choisi de ne pas chanter l’hymne national, apparemment en solidarité avec le mouvement de protestation dans leur pays.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.