Meretz ne soutiendra pas la loi contre le regroupement familial palestinien
Rechercher

Meretz ne soutiendra pas la loi contre le regroupement familial palestinien

La ministre de l'Intérieur prévoirait le vote sur le renouvellement de la loi controversée la semaine prochaine, malgré les difficultés de la coalition à réunir une majorité

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz au centre médico-psychologique Abarbanel de Bat Yam, le 22 juin 2021. (Crédit :Avshalom Sassoni/FLASH90)
Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz au centre médico-psychologique Abarbanel de Bat Yam, le 22 juin 2021. (Crédit :Avshalom Sassoni/FLASH90)

Le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a déclaré jeudi à des confidents que son parti de gauche, le Meretz, ne soutiendra pas officiellement le gouvernement dans la prolongation de la loi sur le regroupement familial palestinien, une législation que la coalition a du mal à faire passer bien qu’elle soit soutenue en principe par la plupart des législateurs de la Knesset.

Le Meretz envisage un plan dans lequel certains de ses six législateurs soutiendraient le renouvellement de la loi et d’autres s’abstiendraient de voter, rapporte le site d’information Ynet.

La loi, qui empêche l’octroi automatique de la citoyenneté aux Palestiniens qui épousent des citoyens israéliens, expire le 6 juillet.

Le ministre des Renseignements Eli Cohen assiste à une conférence de la Treizième chaine à Jérusalem, le 3 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked, de Yamina, aurait l’intention de soumettre la législation en question à un vote de la Knesset le lundi 5 juillet, juste avant sa date d’expiration. Le gouvernement souhaite prolonger la loi d’une année supplémentaire.

Eli Cohen, député du Likud, a déclaré à Ynet que son parti serait prêt à soutenir une courte prolongation de la loi sur la réunification à condition que le gouvernement soutienne un projet de loi du Likud sur les modifications de la législation sur l’immigration qui bloquerait définitivement la réunification à l’avenir.

« Bien sûr, nous nous opposons à l’entrée des Palestiniens en territoire israélien, mais le vote dont nous parlons est un vote de défiance », a déclaré Cohen. « Nous avons présenté à la coalition une proposition claire qui disait que nous [leur] accorderions un délai supplémentaire de deux mois pour la loi sur la citoyenneté [réunification] et que, dans l’intervalle, nous ferions avancer la loi fondamentale sur l’immigration. »

Cohen faisait référence à la proposition du Likud de réviser les politiques d’immigration israéliennes de manière à empêcher définitivement les Palestiniens qui épousent des citoyens israéliens de recevoir la citoyenneté.

Cette législation – qui a été introduite mais abandonnée par le passé – vise à limiter et restreindre l’immigration en Israël, et à fournir à l’État des capacités accrues pour expulser les personnes résidant illégalement dans le pays.

Un vote sur l’extension de la loi de réunification a été reporté mardi lorsque la coalition a réalisé qu’elle n’avait pas encore obtenu de majorité. La coalition actuelle détenant la majorité la plus étroite possible lui permettant de siéger à la Knesset, chaque vote peut théoriquement être empêché par un seul législateur.

Selon Ynet, les membres de la coalition espèrent convaincre les quatre députés du parti Raam de s’abstenir de voter, plutôt que de voter contre le renouvellement de la loi. Mais la semaine dernière, Walid Taha, député du parti Raam, a juré qu’il ne voterait jamais en faveur ou ne s’abstiendrait pas de voter sur cette législation, qu’il a qualifiée de « raciste et antidémocratique ».

La ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked, aurait menacé les députés de Raam et du Meretz de faire avancer un projet de loi quasi-constitutionnel qui remanierait le système d’immigration en Israël et faciliterait un plus grand nombre d’expulsions (similaire au projet de loi du Likud) s’ils ne soutenaient pas la législation.

La ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked, lors d’une cérémonie au ministère de l’Intérieur à Jérusalem, le 14 juin 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les membres du Likud et d’autres partis d’opposition – qui soutiennent le projet de loi sur la réunification dans son principe, mais qui ont juré de s’y opposer simplement pour mettre à mal le gouvernement – ont indiqué qu’ils pourraient voter en faveur du projet de loi si la législation sur l’immigration était introduite.

Le regroupement familial en Israël implique généralement qu’un citoyen israélien demande la citoyenneté pour son conjoint non-israélien. La plupart des demandes de réunification sont soumises par des Arabes israéliens au nom d’un conjoint palestinien vivant en Cisjordanie ou dans la bande de Gaza.

Mais la mesure de 2003, adoptée en raison des craintes que la loi soit utilisée abusivement par des membres de groupes terroristes pour accéder à Israël, a limité le processus, rendant plus difficile pour les Palestiniens l’obtention de la citoyenneté ou la résidence israélienne par le biais du mariage. Depuis, cette loi controversée a été prolongée chaque année, généralement avec le soutien du Likud et d’autres partis de droite.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...