Merkel se rendra en Israël en octobre, sur fond de tensions sur l’accord iranien
Rechercher

Merkel se rendra en Israël en octobre, sur fond de tensions sur l’accord iranien

Jérusalem et Berlin ne sont pas d'accord sur l'Iran et les Palestiniens, mais l'Allemagne reste une alliée clé d'Israël et un partenaire commercial de premier plan

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est salué par la chancelière allemande Angela Merkel, à Berlin, en Allemagne, le 4 juin 2018. (Crédit photo : Haim Zach/GPO/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est salué par la chancelière allemande Angela Merkel, à Berlin, en Allemagne, le 4 juin 2018. (Crédit photo : Haim Zach/GPO/Flash90)

La chancelière allemande Angela Merkel doit se rendre en Israël au début du mois d’octobre, sa première visite en quatre ans, dans un contexte de tension croissante entre les États-Unis et l’Europe au sujet de l’Iran.

L’Allemagne de Merkel est à la tête des efforts pour sauver l’accord sur le nucléaire de 2015 avec l’Iran, qui a offert un allègement des sanctions iraniennes en échange d’un retour en arrière de son programme nucléaire, et qui a longtemps été dénoncé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Netanyahu s’est également allié étroitement avec l’administration du président américain Donald Trump, dont le retrait des États-Unis au début de l’année a mis l’accord en lambeaux.

L’Allemagne a également critiqué la politique du gouvernement Netanyahu à l’égard des Palestiniens.

Dans le même temps, l’Allemagne reste un allié clé d’Israël, qui fournit les sous-marins navals à capacité nucléaire d’Israël et est le plus grand partenaire commercial européen de l’État juif.

La visite de Mme Merkel s’inscrit dans le cadre d’un sommet plus large de gouvernement à gouvernement qui amènera plusieurs ministres allemands en Israël pour des réunions avec leurs homologues. Il fait suite à une visite du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Berlin en juin.

La dernière visite de Mme Merkel en Israël remonte à février 2014.

Selon le site d’information Ynet, Mme Merkel recevra un doctorat honorifique de l’Université de Haïfa lors de sa visite.

Les tensions au sujet de l’Iran ont été soulignées mercredi dans l’appel du ministre allemand des Affaires étrangères à l’Europe pour qu’elle crée un système de paiement indépendant des Etats-Unis afin d’aider à maintenir l’accord nucléaire en vie.

La suggestion de Heiko Maas figurait dans une interview plus large dans l’édition de mercredi du quotidien Handelsblatt sur la stratégie future de l’Allemagne à l’égard des Etats-Unis. Il a indiqué envisager que l’Europe prenne une « part de responsabilité équilibrée » et soit « un contrepoids lorsque les Etats-Unis franchissent les lignes rouges ».

Bien que Maas reconnaisse que les Etats-Unis et l’Europe se sont éloignés depuis bien avant la présidence de Donald Trump, il a critiqué des récentes décisions telles que le retrait de Trump de l’accord sur le nucléaire.

« Dans cette situation, il est d’une importance stratégique que nous disions clairement à Washington : Nous voulons travailler ensemble, mais nous ne vous permettrons pas d’agir sans nous consulter et à notre détriment », a écrit Maas.

« C’est pourquoi il était juste de protéger juridiquement les entreprises européennes contre les sanctions », a-t-il ajouté.

« C’est pourquoi il est indispensable de renforcer l’autonomie européenne en mettant en place des canaux de paiement indépendants des Etats-Unis, en créant un fonds monétaire européen et un système SWIFT indépendant.

Il n’a pas développé. SWIFT est le système de surveillance des virements bancaires internationaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...