Meurtre d’Akko : le mari admet avoir tué sa femme – police
Rechercher

Meurtre d’Akko : le mari admet avoir tué sa femme – police

Muhammad Labidi sera inculpé la semaine prochaine ; sa femme enceinte avait été retrouvée la gorge tranchée le mois dernier

Muhammad Labidi, soupçonné du meurtre de sa femme, au tribunal le mois dernier. (Capture écran Facebook)
Muhammad Labidi, soupçonné du meurtre de sa femme, au tribunal le mois dernier. (Capture écran Facebook)

Le mari de la femme retrouvée assassinée à Akko il y a un mois a confessé le meurtre, a indiqué la police mercredi.

Iman Ahmed Awad, 29 ans, avait été découverte la gorge tranchée dans son appartement le 11 décembre 2018. Elle était enceinte au moment de sa mort et avait un enfant d’un précédent mariage.

Âge de 37 ans, Muhammad Labidi sera mis en examen du meurtre le mois prochain, d’après un reportage de Channel 10. Il doit rester en détention jusqu’à la semaine prochaine.

La police avait trouvé des preuves sur la scène du crime, dont un sac contenant un couteau et des vêtements tâchés de sang, qui incriminaient Labidi, d’après les médias israéliens.

Après le meurtre il aurait dit à la police qu’il était rentré chez lui avec un ami et avait découvert le corps de sa femme et l’appartement en désordre, mais l’enquête aurait invalidé son alibi.

Awad n’avait pas déposé de plaintes aux autorités contre son mari, qu’elle avait épousé quelques mois plus tôt.

Ce meurtre porte à 25 le nombre de femmes tuées par leur conjoint l’année dernière, le bilan le plus élevé depuis des années, dans un contexte de manifestations nationales appelant à plus d’actions contre le phénomène des violences conjugales.

En réaction à cet assassinat, le groupe de défense des droits des femmes d’Israël Israel Women’s Network, a demandé une action immédiate et a critiqué le gouvernement pour ne pas avoir pris de mesures ou alloué de fonds pour lutter contre les meurtres des femmes.

Dimanche, le gouvernement a annoncé le déblocage d’une enveloppe budgétaire d’environ 12 millions d’euros pour combattre les violences domestiques en 2019. Le Premier ministre a précisé que les mesures viseront particulièrement les auteurs de violence, ainsi que la communauté arabe, après une série de meurtres de femmes arabes israéliennes.

Le plan du gouvernement inclut également des mesures concernant le développement des centres de traitement ambulatoire pour les hommes violents et la création de centres d’urgence, ainsi que des mesures de protection diverses pour les victimes. Le budget débloqué servira également au développement d’outils et de formations pour les professionnels ainsi que la fondation d’un centre de recherche.

Des femmes manifestent place Safra à Jérusalem contre les violences faites aux femmes, le 4 décembre 2018 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

En décembre dernier, des milliers de femmes ont fait grève et des dizaines de milliers d’entre elles se sont rassemblées dans tout le pays pour protester contre les femmes tuées par leur compagnon, un parent ou une connaissance, et contre les autorités qui, d’après elles, ne parviennent pas à enrayer une forte augmentation des violences envers les femmes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...