Une femme tuée à Akko alors que le pays manifeste contre la violence domestique
Rechercher

Une femme tuée à Akko alors que le pays manifeste contre la violence domestique

Iman Ahmed Awad se serait fait trancher la gorge ; ce meurtre présumé porterait à 25 le nombre de femmes tuées dans des violences domestiques depuis début 2018

A titre d'illustration : une voiture de police israélienne à Petah Tikva, le 4 août 2017. (Crédit : Roy Alima/ Flash90)
A titre d'illustration : une voiture de police israélienne à Petah Tikva, le 4 août 2017. (Crédit : Roy Alima/ Flash90)

Une femme retrouvée poignardée chez elle dans la ville d’Akko, dans le nord du pays, est décédée alors que les services d’urgence tentaient de lui sauver la vie mardi.

Les secouristes qui sont arrivés dans un appartement de la ville côtière ont découvert Iman Ahmed Awad, 29 ans, la gorge tranchée.

La police a ouvert une enquête sur cette affaire. Le mari d’Awad a été arrêté et emmené pour interrogatoire, mais le site d’information Ynet a indiqué qu’il n’était pas pour le moment considéré comme un suspect. La police n’avait connaissance d’aucune violence antérieure entre le couple, selon la Dixième chaîne d’information.

S’il s’agissait d’un incident de violence domestique, le meurtre porterait à 25 le nombre de femmes tuées dans de tels cas cette année, le nombre le plus élevé depuis des années, alors que des manifestations nationales se poursuivent pour que de nouvelles mesures de lutte contre ce phénomène soient mises en place.

En réaction à cet assassinat, le groupe de défense des droits des femmes d’Israël, le Israel Women’s Network, a demandé une action immédiate et a critiqué le gouvernement pour ne pas avoir pris de mesures ou alloué de fonds pour lutter contre les meurtres des femmes.

Des femmes manifestent place Safra à Jérusalem contre les violences faites aux femmes, le 4 décembre 2018 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

« Notre sang est précieux et la sécurité de 51 % de la population ne peut continuer à être une priorité secondaire », a déclaré le groupe dans un communiqué.

La semaine dernière, des milliers de femmes ont fait grève et des dizaines de milliers d’entre elles se sont rassemblées dans tout le pays pour protester contre les femmes tuées par leur compagnon, un parent ou une connaissance, et contre les autorités qui, d’après elles, ne parviennent pas à enrayer une forte augmentation des violences envers les femmes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...