Rechercher

Meurtre présumé d’un homme à Taibe ; un suspect arrêté

Le corps sans vie a été découvert enterré aux abords de la ville arabe israélienne après que la famille a signalé la disparition de ce trentenaire

La police à Bat Yam, le 27 février 2017. Illustration. (Crédit : Moti Karelitz/Flash90)
La police à Bat Yam, le 27 février 2017. Illustration. (Crédit : Moti Karelitz/Flash90)

Le corps sans vie d’un résident de Taibe a été découvert enterré dans un champ aux abords de la ville arabe israélienne dans la soirée de lundi, a fait savoir la police israélienne dans la journée de mardi.

Les policiers ont arrêté un homme d’une trentaine d’années qui est soupçonné de ce meurtre.

Selon la presse israélienne, la victime s’appelait Aboudi Abdel Kader et elle était âgée de 30 ans.

La famille avait signalé la disparition d’Abdel Kader aux forces de l’ordre, ne le voyant pas rentrer au domicile de ses parents.

Des recherches ont finalement permis de retrouver le corps. Des équipes médico-légales se sont rendues sur le site pour recueillir des éléments de preuve et les agents ont commencé à rechercher des témoins, a noté la police dans un communiqué.

Le suspect sera déféré devant le tribunal au cours d’une audience de mise en détention dans la journée de mardi.

Aucun mobile n’a encore été avancé dans cette affaire de meurtre.

Les communautés arabes ont connu, ces dernières années, une recrudescence des violences, entraînées principalement – mais pas uniquement – par le crime organisé.

Selon le centre Aman, qui lutte contre les violences dans la communauté arabe, 16 Arabes israéliens ont été tués dans des circonstances criminelles depuis le début de l’année.

Les Arabes israéliens blâment, pour leur part, la police qui, selon eux, est incapable de réprimer les puissantes organisations criminelles et qui détourne largement le regard face à ces violences – querelles familiales, guerres de gang et violences faites aux femmes.

Le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre de la Sécurité publique Omer Barlev ont juré de venir à bout de ces violences et de s’attaquer au trafic d’armes au sein de la communauté.

Au mois de février, la police a fait part d’une baisse de 37 % des évènements liés à des fusillades dans les communautés arabes israéliennes en ce début d’année 2022, alors que les forces de l’ordre ont renforcé leurs activités de répression.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...