Mladenov appelle à l’unité palestinienne après les protestations contre les baisses de salaire à Gaza
Rechercher

Mladenov appelle à l’unité palestinienne après les protestations contre les baisses de salaire à Gaza

L'envoyé de l'ONU pour le Moyen Orient appelle le Hamas à autoriser l'AP à reprendre la gouvernance du territoire côtier

Des Palestiniens employés par l'Autorité palestinienne pendant une manifestation contre la réduction de leurs salaires dans la ville de Gaza, le 8 avril 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Des Palestiniens employés par l'Autorité palestinienne pendant une manifestation contre la réduction de leurs salaires dans la ville de Gaza, le 8 avril 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

L’envoyé des Nations Unies pour le Moyen Orient a appelé samedi à l’unité politique des Palestiniens, dans un contexte de nouvelles protestations contre des réductions de salaire dans la fonction publique dans la bande de Gaza.

Dans un communiqué, Nickolay Mladenov a exprimé sa « préoccupation profonde face aux tensions croissantes » sur le territoire palestinien et a demandé aux dirigeants du Hamas de permettre au gouvernement rival de Cisjordanie, l’Autorité palestinienne (AP), « d’assumer ses responsabilités à Gaza ».

« Je suis profondément préoccupé par les tensions croissantes à Gaza, a-t-il dit. Alors que le gouvernement palestinien doit assurer sa durabilité fiscale dans des conditions économiques toujours plus difficiles, il est important que les réformes ou les décisions de réduire les dépenses soient équitablement distribuées et décidées en prenant en considération les difficiles conditions dans lesquelles vit la population de Gaza. »

Mladenov a expliqué que Gaza « fait partie intégrante du futur état palestinien, et aucun effort ne doit être épargné pour atteindre la réconciliation nationale qui permettra de mettre un terme à la division. »

Nickolay Mladenov en 2013 (Crédit : ONU/Marco Castro)
Nickolay Mladenov en 2013 (Crédit : ONU/Marco Castro)

« Je recommande vivement aux parties responsables de travailler ensemble pour trouver une solution à la crise actuelle et j’appelle toutes les factions à permettre au gouvernement palestinien d’assumer ses responsabilités à Gaza », a ajouté l’envoyé de l’ONU.

« Les dirigeants ont la responsabilité d’éviter l’escalade et de combler le fossé qui ne cesse de se creuser entre Gaza et la Cisjordanie, et qui ne fait que fragmenter davantage la population palestinienne, » a-t-il poursuivi.

Le communiqué de Mladenov a été publié alors que des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi à Gaza pour protester contre les récentes réductions de salaire des fonctionnaires et appeler le président de l’AP à agir.

L’AP, basée en Cisjordanie, a annoncé mardi la réduction de la rémunération de ses fonctionnaires dans la bande de Gaza, provoquant une vague de colère et de manifestations tout au long de la semaine.

Samedi, des dizaines de milliers de personnes – la plus forte mobilisation depuis l’annonce des réductions de salaires – se sont rassemblées dans le centre de Gaza, exhortant le président de l’AP, Mahmoud Abbas, à destituer son gouvernement.

Des partisans palestiniens du groupe terroriste du Jihad islamique participent à une manifestation dans la ville de Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 7 avril 2017. (Crédit : Said Khatib/AFP)
Des partisans palestiniens du groupe terroriste du Jihad islamique participent à une manifestation dans la ville de Khan Yunis, dans le sud de la bande de Gaza, le 7 avril 2017. (Crédit : Said Khatib/AFP)

Une poignée de manifestants a annoncé qu’ils allaient entamer une grève de la faim, a indiqué un porte-parole à l’AFP.

Le groupe terroriste islamiste du Hamas contrôle la bande de Gaza depuis qu’il en a évincé le Fatah, le parti d’Abbas, par la force en 2007. Le Fatah dirige la Cisjordanie, séparée de Gaza par Israël.

Après la prise de pouvoir du Hamas, quelques 70 000 employés se sont retrouvés au chômage technique mais continuent d’être payés sans travailler. Le Hamas a mis en place sa propre administration formée de 50 000 fonctionnaires, que l’Autorité palestinienne refuse de rémunérer.

Vendredi, le Premier ministre de l’AP Rami Hamdallah a défendu les réductions de salaires, disant qu’elles étaient nécessaires pour « gérer les crises financières subies par le gouvernement palestinien en raison des baisses des fonds internationaux », aurait-il déclaré, des propos repris par l’agence de presse Maan.

Hamdallah a également évoqué la responsabilité du Hamas dans la situation économique dans la Bande de Gaza, tout en appelant également le groupe terroriste à rendre le contrôle de Gaza à l’AP, « seul représentante du peuple palestinien ».

Le Hamas « garde son revenu pour lui-même tandis que l’AP a dépensé plus de 17 milliards de dollars dans la Bande de Gaza au cours des dix dernières années », a-t-il dit.

La décision a approfondi encore davantage la division entre la Cisjordanie et Gaza – deux territoires que les Palestiniens espèrent transformer en état indépendant – et a augmenté les difficultés dans Gaza, déjà appauvrie.

Après que des efforts répétés de réconciliation avec le Fatah ont échoué, le Hamas s’appuie de plus en plus sur de lourdes taxes sur les importations et sur les frais de services et douaniers pour payer ses employés mais la moitié seulement de leurs rémunérations habituelles.

Le Hamas a dénoncé les réductions de salaires de l’AP en les qualifiant « d’abusives et irresponsables », tandis que le groupe terroriste du Front Démocratique pour la libération de la Palestine a affirmé qu’elles étaient « illégales et inacceptables », selon Maan.

Vendredi, le groupe terroriste du Jihad islamique a organisé un rassemblement dans la ville de Khan Younis, dans le sud de Gaza, pour protester contre les baisses de salaires, dont les manifestants ont affirmé qu’elles avaient pour objectif de « noyer » les habitants de Gaza, a rapporté l’agence de presse palestinienne Maan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...