Rechercher

Mont du Temple : Les ultra-orthodoxes s’opposeront à un changement du statu quo

Comme le parti de Gantz, Yisrael Beytenu a refusé de soutenir un candidat spécifique

Le président Isaac Herzog (à gauche) rencontre des représentants du parti du HaTzionout HaDatit lors de consultations à la résidence du président à Jérusalem, le 10 novembre 2022. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le président Isaac Herzog (à gauche) rencontre des représentants du parti du HaTzionout HaDatit lors de consultations à la résidence du président à Jérusalem, le 10 novembre 2022. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Les représentants des partis Yahadout HaTorah et HaTzionout HaDatit ont officiellement soutenu le président du Likud, Benjamin Netanyahu, au poste de Premier ministre lors de réunions avec le président Isaac Herzog jeudi.

Grâce à leur soutien, Netanyahu a reçu jusqu’à présent 58 avis favorables à ce qu’il obtienne un mandat pour former le prochain gouvernement, et devrait atteindre 63 ou 64 avis d’ici la fin de la journée, après les réunions séparées de Herzog avec les factions Otzma Yehudit et Noam.

Herzog s’est entretenu avec les représentants des partis un jour après avoir déclaré, alors qu’il pensait ne plus être enregistré, que « le monde entier » était préoccupé par le législateur d’extrême droite Itamar Ben Gvir, dont le parti Otzma Yehudit s’est présenté sur une liste commune avec HaTzionout HaDatit et Noam lors des élections de la semaine dernière.

On entend le président dire aux représentants de Shas : « Vous allez avoir un problème avec le mont du Temple. C’est une question cruciale », ajoutant qu’avec Ben Gvir – qui a fait pression pour des changements majeurs sur le lieu saint – « vous avez un partenaire au sujet duquem le monde entier s’inquiète ».

Au début de sa réunion avec Yahadout HaTorah, Herzog a plaisanté en disant qu’ils étaient « très prudents avec le son ces jours-ci », ce qui a provoqué les rires des responsables réunis.

Après la réunion du parti avec Herzog, les législateurs de Yahadout HaTorah ont déclaré aux journalistes qu’ils ne soutiendraient aucun changement sur le lieu sensible.

Le chef de Yahadout HaTorah, le rabbin Yitzchak Goldknopf, s’adresse à la presse, entouré de membres du parti, après une réunion avec le président Isaac Herzog à la résidence du président à Jérusalem, le 10 novembre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Nous sommes préoccupés par toute mesure que quelqu’un prendra sur le mont du Temple », a déclaré Uri Maklev, député de Yahadout HaTorah. Le député du parti Yaakov Asher a ajouté que Yahadout HaTorah » ne prendra part à aucun changement » du statu quo, et le député Meir Porush a ajouté que « Netanyahu ne le fera pas non plus. »

Les partis ultra-orthodoxes, ainsi que le grand rabbinat, s’opposent à ce que les Juifs fréquentent le lieu saint car ils estiment que la loi de la Torah interdit de fouler le sol de la zone sacrée.

Ben Gvir fait depuis longtemps pression pour un accès et un contrôle accrus du mont du Temple, qui est largement contrôlé par le Waqf jordanien. Actuellement, les Juifs ne peuvent visiter le site qu’à certaines heures, et il leur est interdit d’y prier.

Lors de la réunion avec Herzog, le chef controversé de Yahadout HaTorah, Yitzhak Goldknopf, a déclaré que les électeurs de son parti se sont sentis personnellement visés par les actions du gouvernement sortant, « et ont été grandement lésés », une référence probable aux taxes sur la vaisselle jetable et les boissons sucrées, que le parti du Likud a promis d’abroger.

Goldknopf a toutefois promis de travailler au nom de l’ensemble du public israélien, et pas seulement de la communauté haredi.

La députée de HaTzionout HaDatit Orit Strouck a dit à Herzog, après avoir officiellement soutenu Netanyahu, que les réformes du système judiciaire étaient une priorité pour le parti.

« Nous apprécions beaucoup le système judiciaire en tant que tel, ainsi que les juges et leurs efforts… mais il ne fait aucun doute qu’il y a beaucoup de choses à corriger, et qu’une grande partie de la population attend cette correction », a déclaré Strock à Herzog.

Le futur député de HaTzionout HaDatit, Ohad Tal, a déclaré que les relations avec les juifs de la diaspora « sont au sommet de notre agenda », faisant référence aux plans de travail sur l’éducation, les groupes de jeunesse dans le monde et la lutte contre l’antisémitisme.

Une délégation d’Yisrael Beytenu a refusé de soutenir formellement un candidat au poste de Premier ministre, estimant que le résultat de l’élection était « très clair ».

Le président Isaac Herzog (à gauche) rencontre des représentants du parti Yisrael Beytenu lors de consultations à la résidence du président à Jérusalem, le 10 novembre 2022. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le député d’Yisrael Beytenu, Oded Forer, a déclaré que le parti est particulièrement préoccupé par le fait que le futur gouvernement attendu s’efforcera de modifier la Loi du retour, qui offre actuellement la citoyenneté israélienne à toute personne dont au moins un parent est d’origine juive.

Un tel changement, a déclaré Forer, « serait scandaleux au regard de notre vision du monde ».

La loi actuelle est fortement contestée par les partis ultra-orthodoxes ainsi que par de nombreux membres du parti HaTzionout HaDatit, car elle accorde la citoyenneté à de nombreuses personnes qui ne sont pas considérées comme juives au regard de la loi juive orthodoxe.

Mercredi, le Likud et le Shas ont officiellement soutenu Netanyahu comme prochain Premier ministre, tandis que Yesh Atid a apporté son soutien à Yair Lapid et que le parti HaMahane HaMamlahti a refusé de soutenir un candidat.

Bien que Ben Gvir et le chef de HaTzionout HaDatit Bezalel Smotrich aient annoncé dimanche qu’ils négocieraient leur entrée dans la coalition en tant que bloc, Herzog rencontre séparément les trois factions au sujet de la liste électorale commune.

Jeudi après-midi, Herzog doit rencontrer Otzma Yehudit, Noam et Raam. Le bureau du président a déclaré que ce dernier terminera son cycle de consultations vendredi – en rencontrant les partis Avoda et Hadash-Taal – et qu’il devrait remettre le mandat à Netanyahu dimanche.

Les responsables du Likud ont déclaré mercredi que leur bloc « s’efforcera de former le gouvernement aussi rapidement que possible », une fois que Netanyahu sera officiellement chargé de cette tâche. Bien qu’il n’ait pas encore reçu son mandat, le leader du Likud a déjà tenu une série de réunions avec les dirigeants de ses partis alliés au cours de la semaine dernière.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...