Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

Montréal : des restaurateurs ciblés parce que juifs

« Quiconque soutient un sioniste ou fait affaire avec lui sera exposé », peut-on lire dans un appel à boycott en ligne

Illustration : La police de Montréal sur une scène de crime, à Montréal, au Québec, le 13 novembre 2020. (Crédit : Andrej Ivanov/AFP)
Illustration : La police de Montréal sur une scène de crime, à Montréal, au Québec, le 13 novembre 2020. (Crédit : Andrej Ivanov/AFP)

L’inquiétude continue de grandir au sein de la communauté juive canadienne, alors qu’un appel au boycott de restaurants qui
« reconnaissent et/ou soutiennent l’entité sioniste » continue de circuler sur les réseaux sociaux.

Le journal La Presse a interrogé la propriétaire de l’un des restaurants montréalais visés par l’appel au boycott. Elle explique que « Tous les restaurants sur cette liste sont de petits restaurateurs, des entreprises familiales. Ce ne sont pas de grandes chaînes de restauration. Et la seule chose que nous ayons en commun, c’est que nous sommes juifs ».

Les restaurateurs sont généralement accusés de « s’approprier de la nourriture palestinienne » qu’ils présenteraient comme des « plats israéliens », de suivre des comptes « sionistes » sur les réseaux sociaux, ou encore d’avoir posté des photos d’eux en « Palestine occupée ».

Pour certains, le simple fait d’être juif ou Israélien suffit à rejoindre la liste des restaurants boycottés.

Sous ces publications diffusées sur les réseaux sociaux, les propos haineux et les appels à la violence se multiplient. Plusieurs propriétaires ont également raconté avoir reçu des vagues de commentaires et de votes négatifs. « On a eu des commentaires disant qu’on encourage les territoires occupés, qu’on appuie tel ou tel camp… Ce n’est vraiment pas évident », confie un autre restaurateur à La Presse.

Le 19 juin dernier, Yoni Amir avait trouvé des impacts de projectiles dans la vitrine de son restaurant Falafel Yoni. Un événement qui aurait, selon lui, un lien direct avec cet appel au boycott.

Pour Julien Corona, directeur associé aux communications et aux relations avec les médias du Centre consultatif des relations juives et israéliennes (CIJA), le caractère « antisémite » de cet appel au boycott ne fait aucun doute.

Le cabinet de la maire de Montréal, Valérie Plante, estime que
« l’intimidation et l’antisémitisme n’ont pas leur place dans notre métropole ». « Nous devons tous dénoncer ce type d’actions. Le droit de militer pour une cause est fondamental, mais il ne doit pas se faire au détriment de la sécurité des individus ».

Le Canada connaît une explosion des actes antisémites depuis l’attaque du 7 octobre par le Hamas.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.