Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

Moran Zer Katzenstein : Les femmes ont conscience du danger de la refonte judiciaire

Les robes des "servantes écarlates" sont financées grâce à des dons ; une participante réfute le mythe selon lequel les manifestants font partie d'une soi-disant élite ashkénaze

  • Des manifestantes en faveur des droits des femmes, habillées en personnages de la série télévisée "La servante écarlate", se rendant à une manifestation contre les projets du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, dans une gare ferroviaire de Jérusalem, le 1er mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)
    Des manifestantes en faveur des droits des femmes, habillées en personnages de la série télévisée "La servante écarlate", se rendant à une manifestation contre les projets du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, dans une gare ferroviaire de Jérusalem, le 1er mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)
  • Moran Zer Katzenstein, fondatrice du groupe de défense des droits des femmes Bonot Alternativa, recevant un prix en mars 2023. (Crédit : Capture d'écran utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
    Moran Zer Katzenstein, fondatrice du groupe de défense des droits des femmes Bonot Alternativa, recevant un prix en mars 2023. (Crédit : Capture d'écran utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
  • Dossier : Des manifestantes soutenant les droits des femmes, habillées comme des personnages de la série télévisée "La servante écarlate", assistant à une manifestation contre les plans du gouvernement visant à réformer le système judiciaire, dans une gare de Jérusalem, le 1er mars 2023. (Crédit : AP/Ohad Zwigenberg)
    Dossier : Des manifestantes soutenant les droits des femmes, habillées comme des personnages de la série télévisée "La servante écarlate", assistant à une manifestation contre les plans du gouvernement visant à réformer le système judiciaire, dans une gare de Jérusalem, le 1er mars 2023. (Crédit : AP/Ohad Zwigenberg)
  • Dossier : Des Israéliens portant des costumes de la série télévisée "La servante écarlate" participant à un rassemblement de protestation contre les projets du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, devant la Knesset, à Jérusalem, le 13 février 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)
    Dossier : Des Israéliens portant des costumes de la série télévisée "La servante écarlate" participant à un rassemblement de protestation contre les projets du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, devant la Knesset, à Jérusalem, le 13 février 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)

La fondatrice du groupe de défense des droits des femmes à l’origine des manifestations des « Servantes écarlates » a déclaré dans une interview diffusée vendredi dernier que le gouvernement avait provoqué les femmes qui se rendaient désormais compte que leurs droits étaient menacés par la refonte du système judiciaire.

« Il y a beaucoup de femmes qui ne s’intéressent pas à la politique de manière régulière, et beaucoup d’entre elles ne sont pas conscientes de ce qui se passe en Israël ni même du danger ou de la menace – elles continuaient leur vie comme d’habitude », a déclaré Moran Zer Katzenstein, fondatrice du groupe de défense des droits des femmes Bonot Alternativa – « qui construisent une alternative ».

« Mais cette image du bloc rouge, que les gens considèrent comme un artifice, les fait s’arrêter et s’interroger. Ils se demandent pourquoi et lorsqu’ils obtiennent une réponse, ils se disent qu’ils veulent venir la prochaine fois. Ils veulent participer », a-t-elle déclaré.

Au cours des douze dernières semaines, de nombreuses manifestations organisées dans tout le pays ont été marquées par des dizaines de femmes marchant silencieusement, la tête baissée et les mains jointes, vêtues de robes rouges et de bonnets blancs rendus emblématiques par le roman – et la série télévisée – « La servante écarlate ».

Les participantes cherchent à faire comprendre que les projets du gouvernement visant à réformer massivement le système judiciaire laisseront les minorités et les femmes sans protection, en se référant au roman futuriste dans lequel les femmes assujetties sont forcées de porter des enfants pour les dirigeants masculins d’une société patriarcale.

« Ce qui se passe aujourd’hui est énorme, je vous appelle tous – femmes et hommes – à porter du rouge. Ce gouvernement n’a pas compris qu’il avait fait la pire chose qu’il pouvait se faire à lui-même : il nous a mis en colère », a déclaré Zer Katzenstein alors qu’elle recevait un prix la semaine dernière.

Des manifestantes en faveur des droits des femmes, habillées en personnages de la série télévisée « La servante écarlate », se rendant à une manifestation contre les projets du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, dans une gare ferroviaire de Jérusalem, le 1er mars 2023. (Crédit : AP Photo/Ohad Zwigenberg)

Zer Katzenstein a déclaré qu’elle ne correspondait peut-être pas au profil auquel certains s’attendraient, ayant été élevée dans un foyer religieux dans la ville de Migdal Haemek, dans le nord du pays.

« J’ai grandi comme une jeune fille religieuse. La première fois que j’ai lu les prières du matin, il y avait la bénédiction ‘que je n’ai pas été faite femme’ et je me souviens que, petite fille, j’étais déjà très en colère », s’est souvenue Zer Katzenstein.

Moran Zer Katzenstein, fondatrice du groupe de défense des droits des femmes Bonot Alternativa, recevant un prix en mars 2023. (Crédit : Capture d’écran utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Après avoir servi dans l’armée, Zer Katzenstein a rejoint l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, avant de travailler dans le marketing au sein de grandes entreprises dans le secteur de la high-tech. Elle a fondé Bonot Alternativa après le viol collectif d’une adolescente à Eilat en 2020.

« La première fois que nous avons organisé [la manifestation des Servantes], une vingtaine de femmes ont défilé à Jérusalem, mais nous n’avions pas encore conscience du pouvoir de ce mouvement », a-t-elle déclaré.

Les femmes qui participent aux rassemblements du centre de Tel Aviv se réunissent dans un entrepôt situé près de la rue Kaplan, mis à disposition par un sympathisant.

Zer Katzenstein a déclaré qu’elles disposaient d’environ 8 000 robes, qui ne proviennent « ni d’Ali Express ni des Iraniens ».

« Nous les finançons grâce au crowdfunding. Tout le monde contribue, y compris les femmes qui participent aux manifestations et les hommes qui ne peuvent pas s’engager activement. Des gens de partout », a-t-elle déclaré.

Dossier : Des manifestantes soutenant les droits des femmes, habillées comme des personnages de la série télévisée « La servante écarlate », assistant à une manifestation contre les plans du gouvernement visant à réformer le système judiciaire, dans une gare de Jérusalem, le 1er mars 2023. (Crédit : AP/Ohad Zwigenberg)

L’une des participantes, Meital, a déclaré à la Douzième chaîne qu’elle se joignait aux manifestations parce qu’elle s’inquiétait pour l’avenir de sa fille âgée d’un an.

« Il est triste que nous devions en arriver à ce constat. Il y a tellement de problèmes brûlants ici en Israël, qu’il me semble très étrange que la première chose que fait ce gouvernement soit de se débrouiller tout seul », a-t-elle déclaré.

Gaot, qui participait pour la première fois à la manifestation dans la ville côtière de Netanya, a voulu dissiper le mythe selon lequel les manifestantes faisaient partie de la soi-disant élite ashkénaze.

« Je viens d’une famille de droite, j’ai été de droite dans le passé, je suis une séfarade », a-t-elle déclaré.

Gaot a déclaré qu’elle avait été outrée par la décision du ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, de repousser à deux reprises le projet de loi sur le bracelet électronique pour les auteurs de violences domestiques. Quelques jours plus tard, Darya Leitel, 31 ans, mère de trois enfants, a été assassinée par son mari.

Darya Leitel, vraisemblablement tuée par son époux le 17 mars 2023. (Autorisation)

« En général, je ne m’intéresse pas à la politique, mais je comprends les droits des femmes. Et dès que j’ai vu le projet de loi de Ben Gvir, cela m’a interpellée. Lorsque Darya a été assassinée, je suis descendue dans la rue », a déclaré Gaot.

Le ministre d’extrême-droite Ben Gvir a déclaré que la législation sur le marquage électronique devait aller plus loin afin d’équilibrer les droits des hommes et les besoins des femmes potentiellement en danger.

Les professionnels ont qualifié de salvatrice l’utilisation de la technologie GPS dans le cadre des ordonnances de protection contre les violences domestiques.

Itamar Ben Gvir s’exprimant depuis le podium de la Knesset, le 22 mars 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Margaret Atwood, l’auteure canadienne du roman dystopique et de la série télévisée « La servante écarlate », a approuvé sur Twitter les femmes qui utilisent les thèmes de son livre dans les manifestations de masse anti-gouvernement organisées en Israël.

Le roman d’Atwood, paru en 1985, qui décrit une société patriarcale futuriste dans laquelle les servantes vêtues de robes sont forcées de porter des enfants pour les dirigeants, est réapparu ces dernières années comme une pierre angulaire culturelle grâce à la popularité de la série télévisée. Les thèmes de l’assujettissement des femmes et de la domination masculine ont trouvé un écho chez les femmes d’aujourd’hui, qui voient des menaces dans la limitation du droit à l’avortement ou, dans le cas d’Israël, dans la montée en puissance d’un gouvernement conservateur et religieux.

« Je n’ai jamais vu autant de manifestantes ‘Servantes’ défiler comme ça, sauf dans la série télévisée @HandmaidsOnHulu ! », a écrit Atwood sur Twitter en réponse aux personnes qui l’avaient informée de l’existence de telles manifestations.

Deux jours plus tôt, Atwood avait partagé une vidéo de centaines de femmes vêtues de façon identique défilant uniformément à Tel-Aviv, en écrivant : « Époustouflant ».

L’auteure, âgée de 83 ans, a également retweeté de nombreux messages de soutien au mouvement de protestation en Israël, ainsi que des critiques sur les projets du gouvernement, à ses deux millions d’abonnés.

L’un des messages re-tweetés par l’auteure suggérait qu’Atwood serait « stupéfaite et fière de la façon dont son chef-d’œuvre littéraire informe une génération de jeunes et de moins jeunes alors que nous continuons à lutter contre ces jours très difficiles ».

Des manifestantes contre la refonte judiciaire du gouvernement, habillées en « servantes », sur la place Dizengoff, à Tel Aviv, le 25 février 2023. (Crédit : Zohar Tal)

Avant une manifestation organisée le mois dernier, un groupe de femmes avaient pris le train de Tel-Aviv à Jérusalem en costume de « servante », transformant les wagons et le quai en ce qui aurait pu être une scène de la série Hulu.

Lors d’un autre événement, elles ont encerclé une fontaine centrale dans la métropole balnéaire de Tel Aviv, un site qui regorge généralement d’enfants en poussette et de chiens en laisse.

Elles ont également bloqué des intersections, restant dans leur personnage pendant les manifestations, silencieuses lorsqu’elles marchent en formation.

Des manifestantes soutenant les droits des femmes, déguisées en personnages de la série « La Servante écarlate » prenant part à une manifestation contre le projet de réforme du système judiciaire, à Tel Aviv, en Israël, le 11 mars 2023. (Crédit : AP/Ohad Zwigenberg)

Le gouvernement, le plus dur d’Israël à ce jour, est composé d’une majorité écrasante d’hommes. Seuls neuf des 64 parlementaires de la coalition Netanyahu sont des femmes. Les partis ultra-orthodoxes, qui sont des éléments clés de la coalition, refusent totalement d’inclure des femmes dans leurs rangs.

Le costume de servante, qui en est venu à incarner la menace que le patriarcat fait peser sur les femmes, a été utilisé dans d’autres manifestations. Les Américaines qui s’opposent aux candidats conservateurs de l’ancien président Donald Trump à la Cour suprême l’ont revêtu, tout comme les Iraniennes qui ont manifesté en Grande-Bretagne pour soutenir les protestations en Iran, et les Polonaises qui ont appelé à préserver le droit à l’avortement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.