Mort du fœtus porteur de la COVID-19, le 2e cas de ce genre en Israël
Rechercher

Mort du fœtus porteur de la COVID-19, le 2e cas de ce genre en Israël

La femme enceinte de 36 semaines porteuse du coronavirus est arrivée à l'hôpital après avoir fait un malaise ; l'hôpital Meir dit ne pas pouvoir lier la mort au virus

Le personnel médical travaillant au service d'isolement COVID-19 du Meir Medical Center à Kfar Saba, le 9 septembre 2020. (GIL COHEN-MAGEN / AFP)
Le personnel médical travaillant au service d'isolement COVID-19 du Meir Medical Center à Kfar Saba, le 9 septembre 2020. (GIL COHEN-MAGEN / AFP)

Un hôpital israélien a déclaré samedi qu’un fœtus mort-né d’une femme infectée par le coronavirus était également porteur du virus. Il s’agissait du deuxième cas de ce genre signalé en Israël.

L’hôpital a déclaré qu’il ne pouvait actuellement pas établir de lien entre le virus et le décès lui-même.

La femme, infectée par le COVID-19, était à la 36e semaine de sa grossesse lorsqu’elle est arrivée à l’hôpital le week-end dernier après avoir ressenti un malaise, selon les médias israéliens.

Les médecins de l’hôpital Meir ont découvert que l’enfant à naître était mort dans l’utérus, et un test de laboratoire ultérieur a révélé que le fœtus était également infecté par le virus.

Illustration : Un médecin du Meir Medical Center à Kfar Saba se prépare à entrer dans un service COVID-19. (Autorisation du Meir Medical Center)

La semaine dernière, un cas similaire a été signalé lorsque le fœtus d’une femme de 29 ans, à la 25e semaine de sa grossesse, s’est révélé porteur du virus lors de tests effectués suite à un accouchement mort-né.

Dans l’affaire de la semaine dernière, l’hôpital a déclaré qu’il y avait une forte probabilité que le fœtus soit mort de complications liées à la COVID-19.

« Le fœtus a été infecté par le placenta et, avec un degré de certitude très élevé, [nous pouvons dire] qu’il est mort à cause du coronavirus », a déclaré le Dr Tal Brosh, chef du département des maladies infectieuses de l’hôpital Assuta à Ashdod, au site d’information Ynet.

Le Dr Yossi Tobin, directeur de la maternité de l’hôpital, a convenu que le fœtus étant infecté in utero, il était probable que la mort soit due au coronavirus.

« C’était une infection intra-utérine du fœtus, qui peut provoquer une infection placentaire et la mort », a déclaré M. Tobin. « C’est un cas rare car un bébé est généralement infecté par le coronavirus après la naissance, à la suite d’un contact avec la mère. Le fait que nous ayons pu découvrir que le bébé était déjà positif dans l’utérus indique une forte probabilité que [le fœtus] soit mort à cause du coronavirus ».

Une femme se fait vacciner contre le COVID-19 dans un centre de vaccination de la Kupat Holim Maccabi à Modiin, le 24 décembre 2020. (Yossi Aloni/Flash90)

Le ministère de la Santé a conseillé aux femmes enceintes de se faire vacciner contre le coronavirus après qu’un certain nombre de femmes enceintes sont tombées gravement malades, plusieurs bébés étant nés prématurément par césarienne en raison des risques mortels encourus par les mères et les enfants.

Certaines de ces femmes sont soupçonnées d’avoir été infectées par la souche dite britannique du coronavirus, un variant qui serait plus contagieux et plus mortel.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies des États-Unis ont également déclaré que les femmes enceintes devraient pouvoir être vaccinées, notant qu’elles courent un risque accru de contracter une maladie grave ou de mourir à cause de la COVID-19.

« Les personnes qui sont enceintes et qui font partie d’un groupe pour lequel il est recommandé de se faire vacciner contre la COVID-19 pourront choisir de se faire vacciner », a déclaré l’agence dans un communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...