Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Nasrallah : Israël face à un dilemme entre défaite et « abîme » dans la guerre à Gaza

Le chef du Hezbollah salue les assassinats et les enlèvements du 7 octobre comme "une chance de revitaliser la cause palestinienne" et affirme que les droits des Palestiniens sont mis en évidence

Le chef du groupe terroriste libanais du Hezbollah Hassan Nasrallah prononçant un discours télévisé, le 16 février 2024. (Crédit : Capture d’écran Al-Manar/AFP)
Le chef du groupe terroriste libanais du Hezbollah Hassan Nasrallah prononçant un discours télévisé, le 16 février 2024. (Crédit : Capture d’écran Al-Manar/AFP)

Le chef du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a déclaré dans un discours télévisé lundi qu’Israël était confronté à un « dilemme historique » dans sa guerre à Gaza contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, entre défaite et « abîme ».

« S’il arrête la guerre, ce sera une défaite majeure, et s’il poursuit la bataille militaire, il entrera dans un abîme », a affirmé Nasrallah, selon la chaîne de télévision Al-Manar du groupe terroriste basé au Liban.

Il a ajouté que l’assaut barbare et sadique du 7 octobre du Hamas contre le sud d’Israël, au cours de laquelle les terroristes ont assassiné près de 1 200 personnes et en ont enlevé 252 autres, était « une opportunité de revitaliser la cause palestinienne ».

La « fermeté des femmes, des enfants et des combattants de la résistance [nom que se donnent les groupes terroristes islamistes anti-Israël] à Gaza » a contribué à inverser les processus de normalisation entre Israël et les pays arabes, a-t-il déclaré.

« Aujourd’hui, la Palestine et les droits des Palestiniens sont mis en avant dans le monde entier », a ajouté Nasrallah.

Il a également profité de son discours pour diffuser des informations erronées, affirmant que de récents sondages israéliens avaient montré que 30 % des Israéliens trouvaient Israël « inhabitable » en tant qu’État.

Des partisans du Hezbollah, soutenu par l’Iran, écoutant le discours du chef du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, qui s’exprime par liaison vidéo, dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 13 mai 2024. (Crédit : Hassan Ammar/AP)

Nasrallah a également affirmé que l’armée israélienne avaient perdu 1 500 soldats au cours de la guerre, déclarant que Tsahal n’avait pas divulgué le nombre de ses victimes. Cette affirmation est fausse. Selon les chiffres régulièrement mis à jour par l’armée, 620 soldats ont été tués depuis le 7 octobre, dont 272 depuis le début de l’incursion terrestre dans Gaza, le 27 octobre.

Le chef du Hezbollah a également réaffirmé que le groupe terroriste avait l’intention de poursuivre ses affrontements avec Tsahal.

« Le lien entre le front libanais de soutien et Gaza est définitif, final et concluant », a-t-il affirmé. « Personne ne pourra les dissocier. »

Depuis le 8 octobre, le Hezbollah attaque quotidiennement les communautés israéliennes et les postes militaires le long de la frontière avec des roquettes, des drones, des missiles antichars et d’autres moyens, affirmant qu’il le fait pour soutenir Gaza dans le cadre de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas qui s’y déroule.

Ces derniers mois, la France a tenté à maintes reprises de négocier des accords entre le Hezbollah et Israël afin de mettre fin aux hostilités et d’amener le groupe terroriste chiite libanais à se retirer de la frontière. Jusqu’à présent, ces tentatives ont été vaines.

Nasrallah a affirmé dans son discours que les États-Unis savaient que ces tentatives étaient vouées à l’échec et que le calme ne pourrait être rétabli dans le nord d’Israël sans que la guerre contre le Hamas ne prenne fin.

Israël a menacé d’entrer en guerre pour forcer le Hezbollah à s’éloigner de la frontière s’il ne se retire pas et continue de menacer les communautés du nord, où quelque 70 000 personnes ont été évacuées pour éviter les combats.

Jusqu’à présent, les affrontements à la frontière ont causé la mort de neuf civils du côté israélien, ainsi que celle de quatorze soldats et réservistes de Tsahal. Plusieurs attaques ont également été lancées depuis la Syrie, sans faire de blessés.

Le Hezbollah a signalé que 296 de ses terroristes ont été tués par Israël depuis le 8 octobre, principalement au Liban, mais aussi en Syrie. Au Liban, 60 membres d’autres groupes terroristes, un soldat libanais et au moins 60 civils, dont trois journalistes, ont été tués.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.