Netanyahu en colère contre les Israéliens complaisants : « Restez chez vous ! »
Rechercher

Netanyahu en colère contre les Israéliens complaisants : « Restez chez vous ! »

Alors que le nombre de cas de virus s'élève à 427, le Premier ministre estime que "trop" d'Israéliens ne saisissent pas la gravité de la situation et ignorent les ordres sanitaires

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu en conférence de presse sur le coronavirus, le 17 mars 2020. "Restez chez vous !", enjoint le texte affiché sur l'écran. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu en conférence de presse sur le coronavirus, le 17 mars 2020. "Restez chez vous !", enjoint le texte affiché sur l'écran. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réprimandé mardi soir les Israéliens pour ne pas avoir saisi la gravité de la crise croissante du coronavirus, les exhortant à rester chez eux dans la mesure du possible, alors que les hauts responsables de la santé ont déclaré que des milliers de personnes pourraient mourir de la maladie si le public ne respectait pas strictement les directives du gouvernement.

« Ce n’est pas un jeu, ce ne sont pas des vacances d’été, c’est une question de vie ou de mort », a rappelé M. Netanyahu lors d’une conférence de presse en soirée, après que les médias ont largement parlé ces deux derniers jours des Israéliens désormais sans emploi qui profitent de leur temps libre pour aller à la plage et dans les parcs publics.

Accusant les « trop nombreux » qui ne saisissent pas la gravité de la situation, il a exhorté les Israéliens à faire preuve de « discipline et de responsabilité » en suivant les consignes de distanciation sociale, en évitant les espaces publics et, dans la mesure du possible, en restant chez eux.

« Si vous ne devez pas aller au travail, restez à la maison. Je suppose que vous connaissez l’expression anglaise « My home is my castle » [ma maison est mon château]. Je vous prie de l’adopter. Votre maison est votre château pour vous défendre contre la pandémie de coronavirus… restez chez vous ».

Cinq semaines après la première infection au coronavirus confirmée en Israël, aucun Israélien n’en est encore mort – mais Netanyahu et le directeur général du ministère de la Santé ont tous deux déclaré que cela changerait bientôt.

Le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman-Tov, assiste à une conférence de presse sur le coronavirus, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 8 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Nous estimons que des scénarios comme en Italie et en Espagne peuvent se produire ici aussi », a fait savoir Moshe Bar Siman-Tov. « Dans les jours à venir… le taux de nouveaux cas va augmenter – jusqu’à 100 par jour ou plus. Nous pourrions arriver à une situation de centaines de cas supplémentaires chaque jour », a-t-il déclaré.

En fin de compte, a-t-il dit, « des gens vont mourir – peut-être même dans les prochains jours ».

« À notre grande peine, dans nos scénarios, des milliers [d’Israéliens] pourraient mourir. » Ainsi, le but des mesures est de maintenir ce chiffre à un bas niveau en minimisant la contagion, a expliqué le haut fonctionnaire.

« Si nous suivons toutes les instructions, nous allons aplatir la courbe », a ajouté Moshe Bar Siman-Tov. « Il y aura encore des morts et d’autres malades, mais nous parviendrons à atteindre tout le monde », a-t-il assuré.

Il a également appelé les Israéliens à ne pas rendre visite à leurs parents ou grands-parents âgés, qui sont plus exposés au virus, et tous ceux qui se sentent mal à rester chez eux.

Il a également exhorté les Israéliens à prendre au sérieux les consignes de distanciation sociale du ministère. « Ce ne sont pas des vacances qui vous sont offertes par le coronavirus. Notre capacité à réduire le nombre de malades dépend de votre comportement. Nous préférons que vous suiviez nos instructions. Si nécessaire, nous les imposerons », a-t-il averti.

Netanyahu a parlé de trois nouvelles mesures prises par le gouvernement pour endiguer la propagation de la contagion, notamment l’amélioration de sa capacité à suivre les personnes qui auraient pu être exposées au virus grâce à des mesures controversées de « suivi numérique » approuvées par le cabinet tôt mardi matin.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu en conférence de presse sur le coronavirus, le 17 mars 2020. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Il a annoncé qu’Israël augmenterait également de manière significative le nombre de tests de dépistage du coronavirus pour atteindre les 3 000 par jour, et éventuellement 5 000 – un chiffre qui ferait d’Israël le numéro un mondial en termes de tests par habitant, a-t-il dit.

Et, a-t-il ajouté, les hôpitaux israéliens ont commandé 1 000 respirateurs supplémentaires pour faire face à l’afflux de patients.

« C’est une crise considérable. Nous ne sommes qu’au début ; le cœur du problème se trouve devant nous », a souligné le Premier ministre.

La conférence de presse a eu lieu quelques heures seulement après que le ministère de la Santé a annoncé de nouvelles restrictions de circulation de grande envergure.

Préparation d’une nouvelle aile réservée aux patients atteints du Covid-19 à l’hôpital Sheba à Tel Hashomer, le 17 mars 2020. (Crédit : Flash90)

Le public a reçu l’instruction de ne pas sortir dans les parcs, les terrains de jeux, la plage, les piscines, les bibliothèques, les musées ou autres lieux publics, a fait savoir le ministère. Des exceptions étaient autorisées pour sortir les enfants et les animaux domestiques – conformément aux instructions visant à maintenir un certain hygiène et à limiter les contacts sociaux. Parmi les autres mesures : la suspension des opérations chirurgicales non urgentes, l’annulation des traitements dentaires non urgents et les livraisons à domicile doivent être laissées devant les portes des clients, afin d’éviter les contacts entre clients et livreurs.

Les informations de la Douzième chaîne ont qualifié ces nouvelles instructions de « fermeture volontaire » de la part du gouvernement.

« Ce ne sont pas de simples instructions. Nous vous demandons de quitter votre domicile le moins possible », a martelé Moshe Bar Siman-Tov mardi après-midi.

« Partout où vous vous rendez, il peut y avoir une personne malade qui pourrait vous infecter. Vous pouvez vous-même être malade sans le savoir et infecter d’autres personnes », a-t-il rappelé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...