Netanyahu évite les controverses dans sa première session de Q&R sur Instagram
Rechercher

Netanyahu évite les controverses dans sa première session de Q&R sur Instagram

Le Premier ministre a dit qu'aucune implantation ne sera évacuée, que le Modi est un "ami proche", qu'il dort 7 heures mais a ignoré les sujets sensibles sur Gaza et la corruption

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu préside la réunion hebdomadaire du cabinet dans la ville méridionale de Dimona, le 20 mars 2018. (Menahem Kahana/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu préside la réunion hebdomadaire du cabinet dans la ville méridionale de Dimona, le 20 mars 2018. (Menahem Kahana/AFP)

Le Premier ministre a organisé une session de questions et réponses en ligne avec le public dans la soirée de lundi, répondant aux questions posées sur une grande variété de sujets – depuis la situation sécuritaire et l’évacuation des implantations jusqu’à son équipe de football favorite – tout en évitant les questions plus difficiles portant sur les enquêtes de corruption sur ses malversations présumées ou ses pourparlers avec le groupe terroriste du Hamas à Gaza.

Netanyahu, qui n’accepte que rarement d’être interviewé par la presse israélienne, avait invité tous ses abonnés sur Instagram à l’interroger en utilisant une nouvelle fonction apparue sur la plateforme de réseau social, qui permet aux utilisateurs de recevoir des questions anonymes puis de les republier avec les réponses.

« Comment définiriez-vous notre situation sécuritaire ? », a demandé un abonné, ce à quoi le Premier ministre a répondu que « nous nous protégeons avec nos propres forces – et c’est toute la différence dans la destinée de notre nation ».

Interrogé sur la gestion par Israël de la situation sur la frontière nord avec le Liban et la Syrie et sur la reprise éventuelle par les forces du président syrien Bashar el-Assad des zones frontalières actuellement aux mains des rebelles, entraînant une crise humanitaire, Netanyahu a simplement répondu que « nous nous en occupons en permanence ».

Page Instagram du Premier ministre Benjamin Netanyahu (Capture d’écran : Instagram)

Répondant à une question sur sa relation avec le président indien Narendra Modi, Netanyahu a déclaré que ce dernier était « un ami personnel proche et un grand ami de l’Etat d’Israël ».

Un autre usager a demandé s’il pouvait acheter un bien immobilier dans la région de Samarie, dans le nord de la Cisjordanie, ou s’il devait « craindre une évacuation future ? »

Ce à quoi Netanyahu a répliqué que que « je tente de ne pas donner de tuyaux concernant ce type d’acquisitions mais je vous promets que les communautés, sur la terre d’Israël, ne seront pas évacuées ».

Plusieurs questions auxquelles Netanyahu a choisi de répondre ont apporté une touche plus légère dans le portrait de ce leader souvent austère.

Interrogé sur son nombre d’heures de sommeil, le Premier ministre a dit : « Normalement sept heures et parfois pas du tout, quand le téléphone rouge sonne. Je me rattrape pendant le Shabbat ou quand la téléphone rouge ne sonne pas ».

Ses plats favoris ? « Les pâtes et le poisson ».

Et pour le football ? Le Premier ministre a expliqué qu’il soutenait le club du Beitar Jerusalem, l’une des meilleures équipes israéliennes, particulièrement plébiscitée par son électorat.

Illustration : Les supporters de Beitar Jerusalem pendant le match entre Bnei Sakhnin F.C. et Beitar Jerusalem, au Teddy Stadium de Jérusalem, le 22 janvier 2018. (Roy Alima/Flash90)

Le Premier ministre a révélé être « un fan invétéré ! Vous ne le saviez pas ? Allez le Beitar ! J’adorerais venir voir un match mais je ne voudrais pas perturber les fans avec les arrangements sécuritaires ».

La séance de questions/réponses s’est déroulée presque entièrement en hébreu, contrairement à une session sur Twitter que le Premier ministre avait organisé en 2016 à l’occasion de la 68e Journée de l’indépendance israélienne.

Un grand nombre des réponses de Netanyahu ont répété des messages déjà soulignés lors de récents discours publics.

De manière plus notable, il s’est abstenu de répondre aux questions portant sur les flambées de violence récentes dans la bande de Gaza où un cessez-le-feu fragile et non-confirmé a apparemment été appliqué avec le Hamas, qui dirige la bande de Gaza et qui cherche à détruire Israël, après des mois d’attaques à la roquette et aux cerfs-volants et ballons incendiaires lancés vers l’Etat juif.

Netanyahu a été critiqué par un grand nombre de personnalités de droite, et notamment par le ministre Naftali Bennett, pour avoir négocié avec le groupe terroriste et accepté une trêve sans recevoir en échange les captifs israéliens et les dépouilles des deux soldats qui seraient encore détenus à Gaza.

Le Premier ministre a également ignoré toutes les questions sur les enquêtes de corruption – la police a recommandé l’inculpation de Netanyahu dans deux de ces dossiers – et d’autres sur des sujets où il est plus mal à l’aise.

Il a toutefois achevé cette séance avec une allusion possible au soutien continu dont il a bénéficié malgré les allégations de fraude : « Merci du plus profond du coeur pour votre soutien ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...