Netanyahu : Israël protège l’Europe d’une crise des migrants plus grave
Rechercher

Netanyahu : Israël protège l’Europe d’une crise des migrants plus grave

Le combat de l’Etat juif contre le terrorisme islamique rend « un service important aux peuples d’Europe », a déclaré le Premier ministre

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) avec le Premier ministre belge Charles Michel lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 7 février 2017. (Crédit : GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) avec le Premier ministre belge Charles Michel lors d'une conférence de presse à Jérusalem, le 7 février 2017. (Crédit : GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré mardi à son homologue belge que la lutte d’Israël contre le terrorisme djihadiste empêchait une crise migratoire encore plus grave en Europe.

Lors d’une conférence de presse avec Charles Michel à sa résidence officielle à Jérusalem, Netanyahu a déclaré que l’Etat juif était la seule puissance stable dans la région et qu’il empêchait l’effondrement de la partie occidentale du Moyen-Orient.

« Israël a été à l’avant-garde des pays qui combattent le militantisme islamique », a déclaré Netanyahu, en notant le partage des renseignements entre Israël et les pays européens.

« Je pense que dans un sens plus large, Monsieur le Premier ministre, il est important de reconnaître qu’Israël est la force la plus forte au Moyen-Orient qui empêche l’effondrement de la partie occidentale du Moyen-Orient. Si cela devait se produire, nous aurions une misère incalculable qui toucherait encore beaucoup, beaucoup plus de millions de résidents du Moyen-Orient et une grande augmentation du flux migratoire vers l’Europe. Israël l’empêche », a déclaré Netanyahu.

« Et je pense en ce sens qu’Israël rend un important service aux peuples d’Europe, y compris la Belgique », a ajouté le Premier ministre.

La crise migratoire a vu plus d’un million de personnes fuir la guerre, la pauvreté et l’oppression en Syrie, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, qui cherchent un refuge en Europe. La seule guerre civile syrienne a contraint 4,8 millions de personnes à quitter la Syrie, selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

La Turquie a accueilli plus de 2,7 millions de Syriens, selon le HCR, et est aujourd’hui le principal pays hôte. Il est suivi par le Liban avec plus d’un million de réfugiés syriens, selon l’ONU.

Le HCR affirme que la Jordanie a ouvert ses frontières à 655 000 Syriens, mais Amman a affirmé que ce nombre est beaucoup plus élevé et qu’il est d’environ 1,4 million de réfugiés. Les réfugiés syriens sont de plus en plus nombreux à partir ou à tenter d’atteindre l’Europe, faisant le voyage périlleux par terre ou par mer.

Il y a environ 55 000 migrants en Israël, dont beaucoup sont originaires du Soudan et de l’Érythrée. Cependant, le flux en Israël a été ralenti jusqu’à arriver presque zéro entrée depuis qu’Israël a construit une barrière à sa frontière méridionale avec l’Egypte.

Netanyahu a ensuite salué le partage des renseignements entre Israël et la Belgique dans un effort pour lutter contre le terrorisme, ainsi que les accords commerciaux annuels entre les deux pays, qui s’élèvent à 3 milliards de dollars.

Le Premier ministre a déclaré que la racine du conflit [israélo-palestinien] est le refus palestinien de reconnaître Israël.

« La raison pour laquelle nous n’avons pas la paix avec les Palestiniens est en fait une simple vérité : le refus déterminé des Palestiniens au cours des 70 dernières années, 68 ans après la fondation d’Israël, de reconnaître Israël sous n’importe quelles frontières », a déclaré Netanyahu.

« J’attends le jour où il y aura des Palestiniens qui seront enfin capables de reconnaître l’Etat d’Israël. Ce sera le début de la paix et un grand pas vers son accomplissement », a affirmé Netanyahu.

Charles Michel a également rencontré lundi le président israélien Reuven Rivlin. Il s’est également rendu au mémorial de l’Holocauste Yad Vashem.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...