Retour sur la rencontre entre Rivlin et le Premier ministre belge
Rechercher

Retour sur la rencontre entre Rivlin et le Premier ministre belge

Le président israélien a accueilli Charles Michel, actuellement en visite officielle en Israël, dans sa résidence de Jérusalem. Au programme de cette visite : la lutte sécuritaire, le renforcement des liens bilatéraux dans différents secteurs et la coopération économique

Charles Michel et Reuven Rivlin, à Jérusalem, le 6 février 2017 (Crédit : Mark Neiman/GPO)
Charles Michel et Reuven Rivlin, à Jérusalem, le 6 février 2017 (Crédit : Mark Neiman/GPO)

Le président Reuven Rivlin a rencontré aujourd’hui à sa résidence le Premier ministre de Belgique Charles Michel qui est actuellement en visite officielle en Israël.

Après avoir salué le Premier ministre à son arrivée, le président a évoqué l’importance des politiques belges mises en œuvre dans la lutte contre l’antisémitisme et l’adoption d’une définition plus large de l’IHRA (International Holocaust Remembrance Alliance) qui puisse inclure la condamnation du sentiment anti-israélien et les tentatives de nier le droit à l’existence d’Israël.

« Je voudrais remercier le Premier ministre qui consacre du temps à tenter de définir l’antisémitisme – un problème dont nous avons débattu lors de ma visite en Belgique », a déclaré Rivlin.

Le souvenir de l’Holocauste n’est pas l’exclusivité du peuple Juif. ‘Plus jamais’ : ces deux mots sont une leçon pour le monde entier », a-t-il ajouté.

Le président a ensuite évoqué la menace représentée par le terrorisme mondial : « L’EI est devenu un phénomène et ne frappe pas uniquement au hasard. Nous avons le devoir de combattre côte à côte le terrorisme international », a-t-il déclaré.

S’adressant à Michel, il a ajouté que « lors de notre dernière rencontre, vous aviez dit qu’un événement qui se déroule dans une partie du monde affecte finalement le monde entier ».

« Des disciples de l’EI envahissent l’Europe, il y a des centaines d’entre eux qui se trouvent en Belgique et nous devons également porter le fardeau de la sécurité – nous coopérons avec l’Europe et de nombreux autres pays, pour localiser les terroristes potentiels ».

Notre savoir-faire et notre familiarité avec ce problème sont les produits de notre besoin de sécurité constant, nous sommes prêts à partager nos connaissances avec le monde libre, tout comme vous l’êtes ».

« Nous apprécions votre participation à la force intérimaire des Nations Unies au Liban et aux forces des Nations Unies chargées d’observer le désengagement, ainsi que vous efforts pour réaliser la paix dans le monde », a continué le président.

Il a ensuite souligné la relation étroite entre les deux pays ces dernières années, notant que « durant votre mandat, la relation entre Israël et la Belgique a évolué dans le secteur commercial et dans les réunions G2G. Votre visite est très importante pour nous et nous vous souhaitons la bienvenue ».

Le Premier ministre a remercié le président pour son accueil chaleureux et a déclaré qu’il était venu “en compagnie d’une vaste délégation de membres du parlement et de l’opposition ».

« Leur présence à tous ici est la preuve de l’importance que nous accordons aux relations bilatérales entre Israël et la Belgique », a-t-il ajouté.

« Je vois avec un immense plaisir les efforts visant à renforcer la relation entre nos deux pays », a-t-il poursuivi.

Evoquant la menace terroriste et la lutte sécuritaire, Michel a expliqué que « comme vous, nous sommes également convaincus que les questions liées à la sécurité et à la stabilité sont de la plus grande importance », rappelant qu’il y a plusieurs semaines, le ministre belge de l’Intérieur s’était rendu en Israël pour évoquer ces sujets.

« Nous sommes convaincus que le combat la sécurité est un combat qui renforce la liberté et la démocratie », a-t-il poursuivi.

« En Europe, nous devons faire face à la menace terroriste et nous sommes pleinement engagés à lutter contre elle. Nous avons l’intention de renforcer la relation entre nos services de sécurité », a-t-il noté.

« Et nous pensons que la paix et la stabilité sont essentiels eu développement de la démocratie. La coopération est la clé d’un monde qui sera dominé par la paix », a-t-il conclu.

Le Premier ministre a ensuite évoqué le développement économique, dont il a souligné l’importance et la signification.

« Nous sommes heureux de constater les progrès dans la coopération commerciale entre nos deux pays. Nous sommes intéressés par ce qui est réalisé dans le secteur des start-ups et j’attends avec impatience de pouvoir discuter plus longuement avec vous de ce sujet », a dit Michel au président Rivlin.

En conclusion, le président a demandé de transmettre ses salutations et l’expression de ses hommages au roi de Belgique, qu’il avait rencontré lors de sa visite effectuée au mois de juin 2016.

Les deux hommes se sont rencontrés plus longuement pour évoquer les défis et les événements survenus au Moyen-Orient ces dernières années ainsi que l’approfondissement des relations bilatérales dans le secteur technologique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...