Netanyahu pas au courant du boycott israélien au festival de cinéma à Paris
Rechercher

Netanyahu pas au courant du boycott israélien au festival de cinéma à Paris

C'est la projection de "Foxtrot", le film israélien controversé et éreinté par la ministre de la Culture Miri Regev, qui est à l'origine de la décision de ce boycott

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et sa ministre de la Culture et des Sports Miri Regev pendant la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 11 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et sa ministre de la Culture et des Sports Miri Regev pendant la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 11 décembre 2016. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui est également à la tête du ministère des Affaires étrangères, a expliqué dimanche n’avoir pas eu connaissance de la décision prise par la ministre de la Culture, Miri Regev, de ne pas laisser l’ambassadrice israélienne en France assister à la cérémonie d’ouverture d’un festival du film israélien dans le pays en raison de la projection de « Foxtrot », un film controversé.

Le Premier ministre a ajouté qu’il se pencherait sur le sujet maintenant qu’il était au courant mais qu’il « soutiendra toujours [la ministre de la Culture] Miri Regev ».

Cela fait longtemps que Netanyahu doit affronter des critiques parce qu’il détient ces deux portefeuilles, ses détracteurs affirmant qu’il est incapable d’assumer les fonctions exigées par les deux postes simultanément.

Regev a fait pression sur le ministère des Affaires étrangères pour qu’il ôte son soutien au festival organisé au mois de mars, ainsi qu’au film. Ce qui a mené un grand nombre d’utilisateurs des réseaux sociaux à railler l’ironie du boycott par Israël d’un événement qui lui est dédié, en particulier au vu de l’opposition ferme du gouvernement au mouvement anti-israélien BDS (boycott, divestment and sanctions).

« Foxtrot » s’intéresse au chagrin de parents pour leur fils tombé au combat et comprend une scène dans laquelle des soldats de l’armée israélienne couvrent l’assassinat de quatre jeunes arabes. Regev, qui a admis n’avoir jamais vu le film, a critiqué sans relâche « Foxtrot », disant qu’il « montre les militaires israéliens de manière trompeuse, comme des meurtriers » et nuit au nom et à l’image de l’armée israélienne ».

Cette production a remporté un Ophir, la plus haute distinction cinématographique en Israël. Elle a également été sur parmi les films sélectionnés dans la catégorie de l’Oscar du meilleur film étranger mais n’est pas parvenue jusqu’à la liste finale des cinq nominés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...