Netanyahu porte plainte pour menaces à son encontre et à celle de sa famille
Rechercher

Netanyahu porte plainte pour menaces à son encontre et à celle de sa famille

Le Premier ministre montre une capture d'écran d'un message appelant à sa pendaison, celle de sa femme et de ses deux fils

(De gauche à droite) Avner, Sara, Benjamin et Yair Netanyahu en vacances sur le plateau du Golan, le 23 avril 2019. (Crédit : Bureau du Premier ministre)
(De gauche à droite) Avner, Sara, Benjamin et Yair Netanyahu en vacances sur le plateau du Golan, le 23 avril 2019. (Crédit : Bureau du Premier ministre)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré lundi qu’il avait déposé plainte auprès de la police pour menaces à son encontre et à celle de sa famille.

« Il y a quelques jours, j’ai déposé une plainte auprès de la police à propos d’une série de menaces de meurtre à mon encontre et à l’encontre de ma famille. Aujourd’hui, malheureusement, j’ai dû déposer une autre plainte contre un homme détaillant comment il avait l’intention de me tuer moi et ma famille », a écrit Netanyahu sur Facebook.

« Quand les médias et la gauche, qui s’efforcent sans interruption de tenter de renverser un Premier ministre de droite, vont-ils enfin condamner cette incitation indisciplinée et incessante contre moi et ma famille », a-t-il ajouté.

Ces dernières années, le Premier ministre a largement intensifié ses attaques contre les médias et la gauche, ainsi que contre les forces de l’ordre, au vu des enquêtes criminelles menées contre lui, les accusant de mener et d’inciter à une « chasse aux sorcières » contre lui.

Netanyahu a également partagé sur Facebook une capture d’écran de la publication de novembre qui disait « Allez à la [résidence du Premier ministre] dans la rue de Balfour – honorez le quatuor avec des décapitations après lesquelles leurs corps seront suspendus au balcon ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et son épouse Sara, seconde en visite à Tel Gezer et dans la forêt de Magshimim avec leurs enfants Yair, à droite, et Avner, à gauche, pendant la fête juive de Souccot, le 21 octobre 2016 (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

« Conduisez-les dans une marche de la honte jusqu’à la place Sion [centrale de Jérusalem] et honorez le quatuor par une décapitation juteuse suivie de la suspension de leurs corps au balcon », peut-on lire sur la capture d’écran.

« Prenez l’égout [un jeu de mots avec le surnom du Premier ministre, Bibi], la cochonne et les deux petits, oui, même celui du jeu télévisé », peut-on lire sur la publication, en référence au chef du gouvernement, à sa femme et à leurs deux fils, Yair et Avner, ce dernier ayant gagné le Quiz national de la Bible en 2010 et étant apparu plus récemment dans le jeu télévisé « The Chase ».

Yair Netanyahu, qui vit dans la résidence du Premier ministre à Jérusalem, est un ultra-conservateur qui s’est fait connaître par ses nombreuses provocations et sa façon bien à lui de se servir des médias sociaux. En avril, Netanyahu avait désavoué les propos de son fils après qu’il a semblé souhaiter la mort des manifestants de gauche lors d’un rassemblement à Tel-Aviv contre le Premier ministre.

Le mois dernier, le militant de gauche Haim Shadmi a été convoqué pour un interrogatoire par la police pour avoir prétendument menacé Yair. Il a été entendu par l’unité des crimes graves Lahav 433, à la suite d’une plainte déposée par le Benjamin Netanyahu, ainsi que d’une autre déposée par son fils lui-même. Haim Shadmi a publié des articles d’investigation dans Zman Yisrael, le site frère en hébreu du Times of Israel, dont un, sur le système de santé israélien, a été publié le mois dernier par le Times of Israel.

Le mois dernier, deux personnes ont été interrogées par la police en rapport avec des menaces de mort et d’autres messages de harcèlement envoyés au procureur général Avichai Mandelblit, qui a été mis sous le feu des projecteurs pour avoir mis en examen Netanyahu. Il avait porté plainte auprès de la police un jour plus tôt à ce sujet.

Le procureur général Avichai Mandelblit s’exprime lors de la 17e conférence annuelle de Jérusalem du groupe « Besheva », le 24 février 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Lorsqu’on l’a interrogé sur les menaces envers le procureur général, Netanyahu a répondu : « Je ne veux voir aucune attaque contre quiconque, y compris ma famille. »

Le mois dernier également, un homme de 39 ans de Tel-Aviv a été arrêté, soupçonné d’incitation à la violence contre le chef du gouvernement.

Lors d’une audience de mise en détention provisoire, la police a présenté au tribunal de Tel-Aviv un certain nombre de messages publiés sur Facebook par Michael Ronen Agmon, dont un dans lequel il disait que Netanyahu devait être « neutralisé » et un autre qui contenait une photo du Premier ministre entouré de têtes de mort et la phrase « Ennemi d’Israël ».

Une publication Facebook par Michael Ronen Agmon, qui traite le Premier ministre Benjamin Netanyahu « d’ennemi d’Israël ». (Crédit : Facebook)

Un représentant de la police a déclaré au juge lors de l’audience de renvoi qu’ils avaient reçu un tuyau concernant Michael Ronen Agmon de la part du bureau du Premier ministre.

L’officier a également présenté au tribunal un message WhatsApp prétendument envoyé par le suspect, dans lequel il appelait à s’en prendre à Netanyahu.

L’accusé avait assuré au tribunal : « Je m’oppose fermement à la violence et je n’ai aucune intention de faire quoi que ce soit ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...