Netanyahu recrute un musulman sur la liste du Likud pour la première fois
Rechercher

Netanyahu recrute un musulman sur la liste du Likud pour la première fois

Le directeur d’école Nail Zoabi est 39e mais la “loi norvégienne” lui garantirait un siège à la Knesset; la romancière provocatrice Galit Distal Atbaryan est 10e sur la liste

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Capture d'écran d'une vidéo de Nail Zoabi. (Youtube)
Capture d'écran d'une vidéo de Nail Zoabi. (Youtube)

Le Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé qu’il avait choisi le directeur de l’école, Nail Zoabi, pour être le premier musulman de l’histoire du parti à la Knesset, juste avant que le parti ne dépose sa liste finale pour les élections de mars à la Knesset, peu de temps avant la date limite.

Zoabi sera 39e sur la liste du parti pour les élections du 23 mars, une position qui n’entrera probablement pas à la Knesset. Mais le Likud a déclaré que Zoabi deviendrait député lorsqu’il utilisera la loi dite norvégienne dans le prochain gouvernement – qu’il espère former – qui fait démissionner de la Knesset les députés du Likud qui deviennent ministres, libérant des places pour les députés suivants sur la liste.

Zoabi, du village arabe israélien de Nein en Galilée, est un partisan de Netanyahu et un militant du Likud depuis longtemps. Le Times of Israel et son site homologue en hébreu, Zman Yisrael, avaient dévoilé l’intention du Premier ministre de recruter Zoabi début janvier.

« Je le nommerai ministre de l’Avancement de la société arabe dans mon gouvernement » en cas de victoire, a-t-il ajouté aux côtés de M. Zoabi, qui s’est également exprimé en arabe.

La légende accompagnant la vidéo précise que « c’est la première fois qu’un citoyen israélien musulman rejoint le Likud ».

Netanyahu a déclaré publiquement qu’il espérait gagner des voix dans la communauté arabe lors des prochaines élections de mars et a effectué un certain nombre de visites très médiatisées dans des villes arabo-israéliennes.

Plus tôt jeudi, Netanyahu a nommé Galit Distal Atbaryan, personnalité médiatique de droite et romancière, à la 10e place de la liste du Likud, la plus haute place qu’il a le pouvoir de choisir.

L’auteur et personnalité médiatique israélienne Galit Distal Atbaryan. (CC BY-SA 4.0 Galit Distel Atbaryan / Wikimedia)

Distal Atbaryan, 50 ans, est devenue célèbre en Israël pour deux romans acclamés par la critique sortis en 2009 et 2014. Elle s’est depuis fait une réputation en tant que commentatrice politique de droite franche et souvent controversée, avec un penchant pour le soutien sans équivoque à Netanyahu.

Lorsqu’il l’a annoncée comme son choix pour la 10e place, Netanyahu a affirmé que Distal Atbaryan était « une femme indépendante, une femme qui n’hésite pas à exprimer ses opinions, une femme qui vient du peuple, connaît les gens, les indépendants et les petites entreprises, mais croit surtout en l’idéologie de droite. »

Il a déclaré que le choix de Distal Atbaryan « nous permettra d’atteindre notre grand objectif – un gouvernement de droite à part entière ».

Apparaissant aux côtés de Netanyahu dans un clip diffusé sur ses réseaux sociaux, Distal Atbaryan a remercié le Premier ministre par ces mots : « Je pense que le Likud que vous dirigez est un foyer politique et que je ne pouvais pas rêver mieux. »

Présentatrice de télévision populaire pour divers médias de droite, Distal Atbaryan est devenue l’un des soutiens les plus ardents de Netanyahu, affirmant que les accusations criminelles auxquelles il fait face sont un « coup d’État judiciaire » visant à faire tomber le gouvernement de droite d’Israël. En novembre 2019, elle a animé un rassemblement pro-Netanyahu et anti-système judiciaire tenu à Tel Aviv et organisé notamment par le Likud.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Netanyahu est jugé dans trois affaires de corruption qui incluent des accusations de corruption, de fraude et d’abus de confiance. Le Premier ministre nie tout acte répréhensible.

La dernière fois que le Likud a tenu des primaires, c’était avant les élections d’avril 2019. Avant les deux élections suivantes – en septembre de la même année et en mars 2020 – le tribunal du parti a approuvé l’annulation des élections internes pour la liste électorale en raison de leur proximité aux primaires organisées avant les élections nationales d’avril 2019.

Pour les prochaines élections de mars, le parti a approuvé le mois dernier la requête de Netanyahu d’annuler à nouveau les primaires et de conserver la liste des trois élections précédentes, à l’exception de six places réservées au choix du Premier ministre : les 10, 26, 28, 36, 39e et 40e positions.

L’adjointe au maire de Jérusalem Hagit Moshe, à la municipalité de Jérusalem, le 3 mai 2016. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Il aurait promis la 28e place à la présidente d’Habayit Hayehudi Hagit Moshe dans le cadre d’un accord visant à intégrer son parti dans la nouvelle alliance des partis d’extrême droite dirigée par le chef du Parti sioniste religieux Bezalel Smotrich. Netanyahu a poussé à cette alliance pour éviter que les partis satellites de droite ne parviennent pas à franchir le seuil électoral, et de ce fait, de gaspiller des votes de droite.

Cependant, après avoir compris qu’Habayit Hayehudi ne fusionnerait pas avec le parti de Smotrich, le Likud a annoncé qu’il avait accepté que Ofir Sofer, du Parti sioniste religieux, figure en 28e position à la place de Hagit Moshe.

De plus, en déposant la liste auprès du Comité central des élections, le Likud a annoncé qu’il avait donné la 26e place à la ministre des Communautés Orly Levy-Abekasis. Levy-Abekasis s’est présentée aux dernières élections dans le cadre d’une alliance entre son parti Gesher et les partis de gauche Avoda et Meretz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...