Israël en guerre - Jour 150

Rechercher

Netanyahu remercie les Juifs US d’avoir pris à bras le corps l’antisémitisme sur les campus

Le Premier ministre a dit que la haine "profonde" des Juifs se manifestait dans les universités et ailleurs. Il a remercié Biden d'avoir contourné le Congrès et autorisé l'envoi d'armes

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dirige le Conseil des ministres dans les bureaux du Premier ministre à Jérusalem, le 10 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dirige le Conseil des ministres dans les bureaux du Premier ministre à Jérusalem, le 10 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a félicité dimanche les dirigeants juifs américains pour s’être « enfin » opposés à l’antisémitisme sur les campus et ailleurs, peu après la démission de la directrice de l’Université de Pennsylvanie suite au tollé provoqué par son refus de déclarer que les appels au génocide juif allaient à l’encontre des règlements de l’école.

Durant la réunion du cabinet, Netanyahu a par ailleurs annoncé l’arrivée d’une nouvelle cargaison de munitions en provenance des États-Unis, remercié pour cela le président Joe Biden et dit qu’il avait reproché aux chefs d’Etat européens ce qu’il qualifie de position contradictoire sur l’offensive d’Israël contre le groupe terroriste du Hamas dans la bande de Gaza.

Face au regain d’antisémitisme et d’actes de harcèlement envers les Juifs depuis l’offensive israélienne dans la bande de Gaza, le Premier ministre israélien a déclaré que l’antisémitisme « profondément enraciné » aux États-Unis montrait aujourd’hui son vrai visage.

« Il y a un très fort antisémitisme, de gauche mais aussi un peu de droite », a expliqué Netanyahu à ses ministres, à Jérusalem. « Il s’est fait une place sur les campus universitaires et se vit désormais au grand jour. »

« Ce qui est important, c’est que les grandes figures et les dirigeants de la communauté juive se soient enfin mobilisés », a-t-il poursuivi. « Ils se dressent face à cet antisémitisme, et c’est la seule façon de le combattre : fièrement, avec panache, sans faire l’autruche mais en se battant bec et ongles. »

Samedi, l’université de Pennsylvanie a déclaré que sa présidente Liz Magill avait démissionné sous la pression des donateurs et des critiques suscitées par son témoignage au Congrès, durant lequel elle n’a pas souhaité dire, en dépit des questions répétées, si les appels au génocide des Juifs sur le campus enfreignaient les règlements de l’université.

Des étudiants participent à une manifestation en soutien à la Palestine et à la liberté d’expression devant le campus de l’Université Columbia, le 15 novembre 2023, à New York. (Photo de SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP)

Aux États-Unis, les universités sont accusées de ne pas suffisamment protéger les étudiants juifs et israéliens des manifestations d’antisémitisme qui se multiplient dans le monde entier depuis l’attaque meurtrière des terroristes du Hamas, le 7 octobre dernier contre Israël, et la guerre qui s’est ensuivie à Gaza.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.