Netanyahu veut des élections, pas l’unité, Gantz le sait – source Kakhol lavan
Rechercher

Netanyahu veut des élections, pas l’unité, Gantz le sait – source Kakhol lavan

Alors que les équipes du Likud et de Kakhol lavan négocient, une source du parti centriste soulève des doutes sur les véritables intentions du Premier ministre

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

Esther Hayut, présidente de la Cour suprême (C) est entourée du Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et de Benny Gantz (à gauche), chef du parti Kakhol lavan, lors d'une cérémonie commémorative pour feu le président Shimon Peres, au mont Herzl à Jérusalem, le 19 septembre 2019. (GIL COHEN-MAGEN / AFP)
Esther Hayut, présidente de la Cour suprême (C) est entourée du Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et de Benny Gantz (à gauche), chef du parti Kakhol lavan, lors d'une cérémonie commémorative pour feu le président Shimon Peres, au mont Herzl à Jérusalem, le 19 septembre 2019. (GIL COHEN-MAGEN / AFP)

Alors que les équipes représentant le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son principal rival Benny Gantz se réunissaient mardi dans le cadre des négociations pour un éventuel gouvernement d’unité, une personnalité du parti Kakhol lavan a soulevé des questions sur les véritables intentions du Premier ministre dans l’effort à long terme pour résoudre le blocage politique qui s’est produit la semaine dernière dans les élections nationales.

S’adressant au Times of Israel mardi alors que les deux équipes se rencontraient, une source éminente de Kakhol lavan a déclaré que les députés du parti centriste, dont son président, pensaient que Netanyahu ne voulait pas réellement former un gouvernement d’unité, mais prévoyait au contraire d’imposer un troisième tour de scrutin.

« Nous soutenons la décision de Benny de rencontrer Netanyahu à 100 %. Mais nous ne nous faisons aucune illusion sur le fait qu’il veuille vraiment un gouvernement d’unité avec nous », a déclaré le député Kakhol lavan, parlant au nom de ses collègues députés.

« C’est un stratagème de Netanyahu pour déclencher de nouvelles élections. Un point c’est tout », a expliqué la source. « Benny le sait aussi bien que nous. »

Le Premier ministre a rencontré lundi pour la première fois Gantz, à la résidence du président Reuven Rivlin, et a accepté d’entamer des pourparlers visant à former une coalition d’unité. Rivlin les a invités à revenir mercredi et ils ont accepté que leurs équipes de négociation se rencontrent mardi.

Le Président Reuven Rivlin (au centre) rencontre le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz à la résidence du Président à Jérusalem, le 23 septembre 2019. (Haim Zach/GPO)

Mais immédiatement après la réunion, Netanyahu a assuré lundi soir à ses partenaires politiques religieux de droite qu’il respecterait son pacte pour négocier en bloc avec eux. Dans le même temps, M. Gantz a déclaré aux membres de son parti qu’il ne renoncerait pas à sa promesse faite aux électeurs de ne pas laisser M. Netanyahu rester Premier ministre, laissant entendre que le blocage politique qui laisse Israël sans gouvernement depuis neuf mois pourrait se prolonger.

A LIRE : Quels pouvoirs pour un gouvernement de transition en Israël ?

« Nous avons toujours dit que nous voulions un gouvernement d’unité, mais il y a certaines lignes rouges pour nous. Oui, [Gantz] est aussi contraint de négocier avec Netanyahu mais il sait à qui il a affaire. Il sait que Netanyahu essaie de jouer contre lui », a déclaré mardi la source Kakhol lavan.

« On peut voir rien qu’à ce qu’il dit en public qu’il n’a pas l’intention de permettre à Benny d’être le Premier ministre avant lui. Il pense que son bloc de 55 lui donne le dessus et qu’il va s’en servir pour exiger la première tentative, ou empêcher les négociations d’aller de l’avant. Il sait qu’on ne siègera pas avec eux. Il veut qu’on rejette ses fausses promesses pour qu’on ait l’air de provoquer de nouvelles élections, et c’est d’ailleurs ce qu’il veut. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...