Rechercher

Non, Biden n’a pas été choqué par le refus de Yuval Dayan de lui serrer la main

L'ambassadeur américain Thomas Nides a publié une vidéo où il a dit que le président avait beaucoup apprécié le spectacle et le respect de la chanteuse pour ses valeurs religieuses

Le président américain Joe Biden, le président Isaac Herzog, la chanteuse Yuval Dayan et le chanteur Ran Dankner lors d'une cérémonie à la résidence du président à Jérusalem, le 14 juillet 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le président américain Joe Biden, le président Isaac Herzog, la chanteuse Yuval Dayan et le chanteur Ran Dankner lors d'une cérémonie à la résidence du président à Jérusalem, le 14 juillet 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Non seulement le président américain Joe Biden n’a pas été offensé lorsqu’une chanteuse israélienne a refusé sa poignée de main, mais il a été impressionné par son attachement à ses valeurs religieuses, a déclaré l’ambassadeur américain à Israël, mardi.

Yuval Dayan avait entraîné la controverse, la semaine dernière, lorsqu’elle était montée sur scène lors d’une cérémonie donnée en l’honneur de Biden pendant sa visite en Israël. Le président des États-Unis s’était approché de Dayan après son interprétation de « Let It Be » et il lui avait tendu la main – mais Dayan avait choisi à la place de joindre les siennes et de s’incliner légèrement à plusieurs reprises.

Dayan avait ultérieurement expliqué avoir agi ainsi parce qu’elle s’efforçait d’éviter de toucher des hommes pour des raisons de pudeur. Un grand nombre de personnes avaient toutefois estimé qu’elle aurait dû faire une exception pour éviter de placer dans l’embarras l’occupant de la Maison Blanche.

L’ambassadeur américain en Israël, Tom Nides, a évoqué la scène et la polémique dans une vidéo postée sur Instagram, qui a été reprise sur le compte de Dayan.

Nides a indiqué avoir voulu transmettre un message à Dayan pour la remercier.

« Le président a tellement apprécié ce que vous avez fait, au nom du peuple israélien… et aussi au nom de votre respect pour vos propres valeurs religieuses », déclare-t-il dans la vidéo.

Dayan a remercié, après la publication de ces images, ceux qui lui ont apporté leur soutien jusqu’à présent. Elle a dit que la vidéo de Nides mettrait enfin un point final au débat et qu’elle serait l’ultime réponse faite aux critiques.

Jeudi dernier, Dayan et un autre chanteur, Ran Danker, venaient de se produire lors d’une cérémonie organisée pour la réception, par Biden, de la plus haute distinction civile israélienne. Après la cérémonie, Biden et le président israélien Isaac Herzog s’étaient dirigés vers les artistes pour les remercier.

Danker avait saisi la main tendue par Biden, mais Dayan avait opté pour sa réaction controversée.

Dayan est connue en Israël pour avoir une pratique religieuse de plus en plus assidue et elle a adopté le principe de shomer negiah, une interdiction de toucher les personnes du sexe opposé que certains juifs orthodoxes considèrent comme nécessaire. Dayan ne se produit pas non plus pendant Shabbat ni les fêtes juives.

Cette interdiction trouve son origine dans l’idée qu’un potentiel contact physique avec un homme pourrait entraîner une inconvenance sexuelle.

Certains critiques avaient alors estimé que Dayan aurait dû se soustraire à cette règle pour une fois, évoquant l’exemple de Tzipi Hotovely, l’ambassadrice israélienne au Royaume-Uni.

Quand Hotovely, qui est orthodoxe, était devenue vice-ministre des Affaires étrangères en 2015, elle avait déclaré qu’elle serrerait la main des hommes qui lui tendraient la leur, alors qu’elle s’abstient habituellement de tout contact avec les hommes. Elle avait noté que la loi juive prévoyait traditionnellement des exceptions pour honorer les dignitaires.

« J’ai été élevée avec les valeurs du respect et de la dignité humaine et j’élèverai mes enfants dans cet esprit à l’avenir », avait écrit Dayan dans une publication Facebook vendredi après les critiques acerbes de son comportement.

« Je demande à tous ceux qui affirment que je ne sais pas ce qu’est le respect de retirer ces paroles et de présenter leurs excuses, pas à moi mais à mes parents », avait-elle ajouté.

L’incident survenu avec Biden était devenu viral en Israël, jeudi. Dayan, qui s’était fait connaître en participant à la version israélienne de « The Voice », avait déclaré qu’elle avait cherché à éviter de donner l’impression d’offenser Biden et qu’elle avait fait part de ses exigences au personnel de Herzog.

Je m’étais assurée d’informer tous les membres du bureau du président que je suis shomeret neguiah », avait-elle déclaré, selon les médias israéliens. « Dieu m’en préserve, je ne voulais offenser personne. »

Des propos repris dans sa publication Facebook, vendredi, où elle a écrit qu’elle avait informé de sa pratique de multiples responsables de la résidence du président, et ce de manière répétée. « Ils plaisantaient en disant que même les oliviers de la résidence étaient au courant que Yuval Dayan était ‘shomeret negiah’. »

« Tous ceux qui me connaissent savent que je n’ai pas fait ça de manière malveillante et que je n’aime pas être impliquée dans une controverse publique », avait-elle encore écrit.

Biden lui-même n’a pas respecté la stricte étiquette de la poignée de main lors de son déplacement en Israël et en Arabie saoudite, préférant un salut point à poing. La Maison Blanche a indiqué que ce choix avait été motivé par des raisons de protection nécessaire contre la COVID mais d’autres ont laissé entendre que ces saluts lui avaient permis d’éviter de serrer la main au prince héritier saoudien Mohammad bin Salman, qui serait à l’origine de la mort du journaliste du Washington Post et dissident Jamal Khashoggi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...