Nouvelles discussions de normalisation entre la Turquie et Israël
Rechercher

Nouvelles discussions de normalisation entre la Turquie et Israël

Ankara a déclaré ne pas avoir changé d'avis sur la levée des restrictions israéliennes sur Gaza, contrôlée par le Hamas

Ahmet Davutoglu, premier ministre de la Turquie, au Brésil (Crédit : Agencia Brasil/Renato Araújo/ABr)
Ahmet Davutoglu, premier ministre de la Turquie, au Brésil (Crédit : Agencia Brasil/Renato Araújo/ABr)

La Turquie et Israël ont ouvert une nouvelle session de négociations pour tenter de normaliser leurs relations, en crise depuis l’assaut israélien contre une flottille turque au large de Gaza en 2010, a indiqué jeudi le Premier ministre turc.

« Les rencontres avec Israël durent depuis un moment et elles continuent aujourd’hui », a déclaré Ahmet Davutoglu devant la presse à Ankara.

Un responsable israélien a confirmé sous couvert de l’anonymat le redémarrage jeudi de ces discussions, précisant simplement qu’elles se déroulaient « en Europe ».

Les précédentes sessions de négociations se sont déroulées à Genève (Suisse).

Les relations entre Ankara et l’Etat hébreu sont gelées depuis l’assaut meurtrier lancé en 2010 par des commandos israéliens contre plusieurs bateaux affrétés par une ONG islamique turc, proche du régime de l’actuel président Recep Tayyip Erdogan, qui voulait rompre le blocus de Gaza.

L’opération s’était soldée par la mort de 10 Turcs.

Après plusieurs années de froid glacial, nourri notamment par une série de violentes déclarations anti-israéliennes de M. Erdogan, les liens entre les deux pays se sont réchauffés et ont permis aux deux pays de renouer un contact.

La Turquie a posé trois conditions à une normalisation : des excuses publiques pour l’incident de 2010, des indemnisations financières pour les victimes et la levée du blocus imposé par Israël à Gaza, contrôlé par le mouvement terroriste palestinien du Hamas.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déjà présenté des excuses officielles et, selon les autorités turques, les négociations sur les compensations sont presque bouclées. Mais la levée du blocus imposé depuis 2006 par Israël à Gaza continue de retarder l’avancée des discussions.

« Nos conditions n’ont pas changé depuis 2010 », a rappelé jeudi M. Davutoglu. « Si nos demandes sont favorablement accueillies, alors les prochaines étapes sont claires et les annonces nécessaires seront faites au public », a-t-il ajouté.

Entre autres signes de réchauffement entre les deux pays, M. Erdogan s’est entretenu au téléphone avec son homologue israélien Reuven Rivlin après l’attentat-suicide qui a tué le 19 mars à Istanbul quatre touristes étrangers, dont trois Israéliens.

Lors de sa visite aux Etats-Unis la semaine dernière, le président turc s’est également entretenu avec des représentants d’associations juives.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...