Israël en guerre - Jour 142

Rechercher
LES VICTIMES DES MASSACRES DU HAMAS DU 7/10/2023

Oran Alfasi, 22 ans: Un « ange gardien » qui travaillait dans la high-tech et qui aimait le surf

Il a été assassiné par le Hamas au kibboutz Nirim, le 7 octobre

Oran Alfasi (Autorisation)
Oran Alfasi (Autorisation)

Oran Alfasi, un habitant de Rehovot qui était âgé de 22 ans, a été assassiné par les terroristes du Hamas alors qu’il se trouvait au kibboutz Nirim, le 7 octobre.

Alfasi était allé rendre visite à sa petite amie dans le kibboutz et ils s’étaient réfugiés dans la pièce blindée lorsque les sirènes d’alerte à la roquette avaient été activées. Les hommes armés du Hamas avaient essayé de pénétrer dans la pièce alors qu’il se trouvait derrière la porte, les empêchant d’entrer. Les terroristes avaient tiré à travers la porte. Il avait été tué. Sa petite amie, pour sa part, a survécu.

Il a été inhumé le 10 octobre à Rehovot. Il laisse derrière lui ses parents, Keren et Kobi, et une fratrie, Noam et Yonatan.

Alfasi travaillait dans la célèbre compagnie high-tech Check Point. Ses amis se sont souvenus de l’amour qu’il portait à l’océan et au surf.

Son oncle, Ytsik, a écrit sur Facebook que son neveu avait « un sourire captivant et beaucoup d’amour en lui, il avait grandi avec des valeurs de paix, d’amour des autres… Oran était un héros, il s’est appuyé sur la porte blindée pour protéger sa petite-amie. »

La tante d’Oran, Mazel Ben Zaken, a indiqué qu’elle n’avait pas été surprise par sa bravoure : « C’était un enfant plein d’amour, qui ne cherchait que le bien. Il adorait sa famille ».

Son père, le lieutenant-colonel réserviste Kobi Alfasi, avait été appelé, pendant la matinée du 7 octobre, dans la cellule d’opération du siège de l’armée israélienne, la Kirya, à Tel Aviv pour aider à superviser les combats contre le Hamas, ignorant que son fils était dans un kibboutz qui avait été pris d’assaut par les terroristes.

Racontant sa journée devant les caméras de la Douzième chaîne, il a évoqué le moment où il avait appris, par téléphone, que son fils avait été tué : « ce moment où une main toute entière pénètre dans votre poitrine et qu’elle vous arrache une partie du cœur, et tout est terminé. »

« C’était un ange, un ange gardien », a déclaré à la Douzième chaîne Noam, sa sœur. « Il me protégeait toujours, même quand je le protégeais. Et dans ses derniers instants, il a choisi de protéger celle avec laquelle il se trouvait ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.