Ouverture d’une enquête sur la réaction de la police lors de l’attentat de Halle
Rechercher

Ouverture d’une enquête sur la réaction de la police lors de l’attentat de Halle

Selon les images de vidéosurveillance, 8 minutes se sont écoulées avant l'arrivée des premiers policiers, qui ne semblaient pas être équipés de façon adéquate

Les impacts de balles sur la porte de la synagogue de Halle, dans l'est de l'Allemagne, au lendemain de la fusillade ayant fait deux morts, le 9 octobre 2019. (Crédit : AXEL SCHMIDT / AFP)
Les impacts de balles sur la porte de la synagogue de Halle, dans l'est de l'Allemagne, au lendemain de la fusillade ayant fait deux morts, le 9 octobre 2019. (Crédit : AXEL SCHMIDT / AFP)

Le Parlement du Land allemand de Saxe-Anhalt a annoncé l’ouverture d’une enquête sur d’éventuelles défaillances de la part de la police suite à l’attaque meurtrière d’une synagogue à Halle le jour de Yom Kippour.

L’inquiétude a été déclenchée après que des médias allemands ont examiné la vidéo de sécurité de la synagogue.

Une cinquantaine de fidèles se trouvaient dans la synagogue lorsque l’attaque a débuté peu après midi le 9 octobre dernier. L’agresseur a filmé l’attaque avec sa propre caméra, mais la caméra de la synagogue a également enregistré ce qui s’est passé après qu’il a quitté les lieux.

On entend des coups de feu en arrière-plan lorsque des personnes qui appellent la police décrivent l’auteur, identifié comme étant Stephan Balliet, sa voiture et son numéro de plaque d’immatriculation. L’assaillant, muni d’un équipement de combat et armé de plusieurs armes à feu, avait tiré sur une passante près de la synagogue et jeté des explosifs par-dessus un mur adjacent, dans le cimetière juif.

La vidéo de surveillance montre que huit minutes se sont écoulées avant l’arrivée de la première voiture de police. Un officier reste à plusieurs mètres de la femme qui a été abattue. Aucun personnel médical ne semble présent, et la police ne semble pas être armée ni porter d’équipement de protection.

La vidéo de surveillance montre que l’agresseur passe une seconde fois devant la synagogue. Personne ne le remarque.

Après cette attaque, le chef de la communauté juive allemande avait demandé pourquoi la police n’avait pas été chargée de protéger la synagogue à l’occasion de Yom Kippour.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...