Paris « regrette » la décision américaine de cesser de financer l’Unrwa
Rechercher

Paris « regrette » la décision américaine de cesser de financer l’Unrwa

Le président "a marqué l'engagement de la France à contribuer à la réponse collective nécessaire pour aider l'Unrwa à sortir de cette crise", selon un communiqué

Le président français Emmanuel Macron à  l'Élysée, le 27 août 2018. (Crédit : AFP/Pool/Philippe Wojazer)
Le président français Emmanuel Macron à l'Élysée, le 27 août 2018. (Crédit : AFP/Pool/Philippe Wojazer)

Le président français Emmanuel Macron a « regretté » la décision américaine de cesser de financer l’Unrwa qui prodigue ses services à des millions de réfugiés palestiniens, et a « marqué l’engagement de la France » à aider l’agence onusienne à sortir de cette crise sans précédent.

Lors d’un entretien mardi par téléphone avec le Haut-Commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, M. Macron a estimé que les services de l’Agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (Urnwa) étaient « indispensables à la stabilité locale et régionale », selon un communiqué de la présidence française.

Le président « a marqué l’engagement de la France à contribuer à la réponse collective nécessaire pour aider l’Unrwa à sortir de cette crise et pour améliorer encore l’efficacité de son action », ajoute le communiqué.

Une rafale de mesures ont été prises en l’espace de quelques semaines par l’administration de Donald Trump, dont l’annulation de plus de 200 millions de dollars d’aide bilatérale et l’arrêt du financement de l’Unrwa, annoncée fin août.

En outre, les Etats-Unis ont annoncé lundi la fermeture du bureau de représentation palestinienne à Washington, accusant les dirigeants palestiniens de refuser de parler à l’administration Trump et d’engager des négociations de paix avec Israël.

De leur côté, les responsables palestiniens, qui ont gelé tout contact avec le gouvernement américain depuis que le président des Etats-Unis a unilatéralement reconnu, fin 2017, Jérusalem comme capitale d’Israël, ont aussitôt dénoncé de nouvelles « menaces américaines ».

L’Unrwa, qui apporte son aide à plus de trois millions de réfugiés palestiniens, dit faire face à une « crise financière sans précédent » et avoir besoin de quelque 200 millions de dollars pour pouvoir notamment maintenir ses écoles et centres de santé ouverts jusqu’à la fin de l’année.

Des écoliers palestiniens chantent des slogans et font le signe de la victoire devant le drapeau de l’ONU lors d’une manifestation organisée le 5 septembre 2018 dans le camp de réfugiés d’Arroub, près de Hébron, en Cisjordanie, dans une école financée par les États-Unis, qui a été construite sous les auspices de l’UNRWA (United Nations Relief and Works Agency – UNRWA). Les Etats-Unis, premier contributeur de l’UNRWA, ont annoncé le 31 août qu’ils mettaient fin à tout financement de l’organisation, qu’ils ont qualifié de « irrémédiablement défectueuse » (AFP PHOTO / HAZEM BADER)

Les Etats-Unis étaient de loin le plus grand contributeur de cette agence onusienne, avec 350 millions de dollars (300 millions d’euros) versés en 2017.

L’Unrwa a été mise en place il y a près de 70 ans, après le conflit ayant suivi la création d’Israël.

La décision américaine a été qualifiée de « cruelle et irresponsable » par un responsable de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Hanane Achraoui, et saluée par Israël, qui accuse l’Unrwa de « perpétuer le conflit » israélo-palestinien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...