Passons au numérique, déclare la ‘Start-up nation’ aux nouveaux immigrants
Rechercher

Passons au numérique, déclare la ‘Start-up nation’ aux nouveaux immigrants

Des cours d'hébreu en ligne, des applications de recherche d'emploi, de date et d'aide visent à faciliter l’intégration en Israël

Groupe d'olim américain à leur arrivée à Ben Gurion
Groupe d'olim américain à leur arrivée à Ben Gurion

Faire l’alyah – immigrer en Israël – peut s’avérer être un processus effrayant.

Sous toute cette excitation à l’idée d’arriver enfin dans la Terre promise, se cachent tellement de choses : faire ses bagages, dire au revoir, s’assurer d’avoir un emploi, une maison et une bonne école pour vos enfants. On a tendance à réfléchir aux grands enjeux, mais parfois ce sont les petites choses qui peuvent vous abattre : comme faire la queue pour obtenir les documents, ne pas voir de visages amicaux et se sentir frustré parce que vous ne comprenez pas ce qu’on vous dit.

L’aide, cependant, semble en chemin, avec la start-up nation qui commence à intégrer la numérisation dans le processus de l’alyah.

« En 2017, nous devons adopter la numérisation dans le monde très traditionnel qui s’appelle l’alyah », a déclaré Gali Shahar, le PDG de Gvahim, une organisation à but non lucratif qui travaille pour promouvoir l’intégration professionnelle et sociale des immigrants hautement qualifiés.

« Il y a eu un pas dans la bonne direction, mais on peut faire plus pour aider les immigrants avec le numérique ».

Obtenir un emploi dans la haute technologie

Gvahim, filiale de la Fondation Rashi, une organisation à but non lucratif qui se consacre à aider les personnes défavorisées dans la périphérie géographique et sociale d’Israël, s’est associée à ICV, une start-up basée à Ramat Gan qui a créé une application qui présente aux nouveaux immigrants des possibilités d’emploi dans les entreprises de la haute technologie d’Israël.

« L’un des plus grands défis pour les immigrants est de trouver un emploi, et le numérique peut aider à révolutionner cela », a déclaré Shahar.

L’application permet aux utilisateurs de soumettre leur CV en format numérique via un appareil mobile, tandis que les gestionnaires des ressources humaines peuvent identifier rapidement et facilement les candidats appropriés. Le système détermine dans quelle mesure les compétences des candidats correspondent aux exigences du poste, notifient aux utilisateurs des opportunités et leur permettent de suivre leur statut pour chaque demande d’emploi.

Dans le cadre du programme conjoint, les demandeurs de l’ICV qui sont à l’étranger et à la recherche d’un emploi en Israël recevront le soutien de Gvahim – en ayant accès à son réseau de 650 entreprises et en trouvant de l’aide pour comprendre la culture et les exigences du travail local.

« La coopération avec Gvahim aidera à amener la carte de l’emploi de la haute technologie israélienne chez des milliers d’immigrants potentiels partout dans le monde et les aidera à surmonter le principal obstacle à leur venue en Israël », a déclaré Ron Starinsky, PDG et cofondateur d’ICV. « L’application offre différents types d’emplois, allant des postes étudiants aux premiers emplois dans le monde de la haute technologie et aux postes de gestion ».

Plus de 150 entreprises en Israël utilisent actuellement l’application de l’ICV pour trouver des talents, dont Oracle Corp., Gett, Dell-EMC, Nice Systems et Elbit System, selon ICV.

« Nous nous concentrons pour le moment dans la sphère de la haute technologie, mais nous espérons que nous pourrons également élargir la recherche d’emploi numérique pour les immigrants dans d’autres professions », a déclaré Shahar de Gvahim.

Apprendre l’hébreu avec un ‘ulpan’ en ligne

MUP – Mobile Ulpan est un cours d’hébreu que les nouveaux immigrants peuvent prendre via skype et les espaces de discussion en ligne. Les cours sont accessibles via le web ou les portables, et sa méthodologie s’aligne avec les cours traditionnels en hébreu pour les immigrants, appelés ulpanim.

Via la plate-forme numérique, des clips vidéo animés incluent des cours de grammaire, de syntaxe et de vocabulaire. Les chapitres comprennent des scénarios quotidiens de la vie réelle tels que rencontrer un enseignant à l’école, aller chez le médecin ou ouvrir un compte bancaire. Il existe des exercices interactifs ainsi que de véritables enseignants pour répondre aux questions en ligne.

MUP est exploité par Miriam Treistman, une éducatrice et enseignante d’hébreu du Brésil qui s’est installée en Israël il y a 10 ans et a lancé le projet afin d’améliorer l’expérience de l’intégration d’autres immigrants.

Trouver son partenaire

See You in Israel est une nouvelle initiative menée par Nefesh BNefesh qui aide les célibataires juifs du monde entier qui pensent à s’installer en Israël, ou qui ont déjà déménagé, à se mettre en lien et nouer des relations.

Alléger la paperasserie administrative

Au lieu de lutter contre la bureaucratie, faire des queues sans fin et la barrière de la langue, les nouveaux arrivants peuvent profiter des services qui fournissent un accès Internet aux bureaux du gouvernement tels que le ministère de l’Intérieur, le ministère des Transports, le National Insurance Institute et la Kupat Holim (HMO).

Le meilleur exemple de ce type de service est la plate-forme Web exploitée par Nefesh B’Nefesh, qui permet aux éventuels immigrants d’atteindre les bureaux du gouvernement et les municipalités d’Israël et à l’étranger. Le site fournit des conseils étape par étape sur ce à quoi s’attendre en Israël dans vos premières semaines, quels bureaux visiter et quels documents apporter.

De l’aide pour faire les premiers pas

Une autre catégorie comprend les fournisseurs de services de conciergerie liés au domicile, la recherche d’un appartement à l’installation des services. Tamarim illustre ce genre d’entreprise, lancée par deux immigrants des États-Unis et du Royaume-Uni.

Dans le cadre de ses services, elle organise l’installation d’Internet, du téléphone et du câble, la livraison des meubles et d’appareils ménagers, le jardinage et les affaires avec la mairie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...