Rechercher

Peu avant de tenter une attaque au couteau, un Palestinien essaye de tuer sa femme

Selon la police, un Palestinien a tenté de noyer sa femme dans la mer Morte, puis l'a aspergée d'acide quelques jours avant de tenter de poignarder un policier des frontières

Le lieu d'une tentative d'attaque à l'arme blanche au nord de Jérusalem le 1er décembre 2021. (Police israélienne)
Le lieu d'une tentative d'attaque à l'arme blanche au nord de Jérusalem le 1er décembre 2021. (Police israélienne)

Les procureurs devraient inculper jeudi un résident de Ramallah qui a tenté de poignarder un officier de police israélien au début du mois, quelques jours après avoir agressé et tenté de tuer sa femme.

Selon la police, ce Palestinien d’une quarantaine d’années s’est rendu en voiture à un poste de contrôle militaire près de Givat Zeev, au nord de Jérusalem, le 1er décembre. Alors que sa voiture était contrôlée par des agents de la police des frontières, il est sorti et s’est avancé vers les agents tout en « fouillant dans son manteau d’une manière suspecte », a déclaré la police.

Le suspect, qui n’a pas été nommé par la police, a atteint les agents en agitant un couteau à la main, mais après qu’ils ont pointé leurs armes sur lui, l’homme a jeté son couteau et a été arrêté.

Au cours de l’enquête sur l’incident, la police a découvert que quelques jours avant que le suspect ne tente de commettre l’attaque au couteau, il avait violemment agressé sa femme allant jusqu’à tenter de la tuer.

Une vue de la terre recouverte de sel sur la mer Morte, le 2 septembre 2016. (Crédit : Edi Israel/Flash90)

Selon la police, des témoins oculaires affirment que l’homme a tenté sans succès de noyer sa femme alors qu’ils visitaient la mer Morte.

Puis, alors qu’ils étaient sur le chemin du retour vers Ramallah, il lui a jeté de l’acide au visage pendant qu’ils conduisaient. Elle a réussi à s’échapper et à se laver le visage avec de l’eau fournie par un passant, a indiqué la police.

L’acte d’accusation contre l’homme pour les charges liées aux deux incidents doit être déposé jeudi devant un tribunal militaire.

De nombreuses recherches, notamment menées par des experts au Royaume-Uni et aux Nations unies, ont montré que les personnes susceptibles d’être radicalisées ont une probabilité élevée d’avoir un lien avec la violence domestique – que ce soit en tant qu’auteurs, témoins ou victimes. La violence domestique est l’un des crimes les moins signalés, ce qui signifie que les taux réels sont probablement plus élevés.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...