« Pire que l’Intifada » : Les commerçants arabes de la Vieille Ville vont très mal
Rechercher

« Pire que l’Intifada » : Les commerçants arabes de la Vieille Ville vont très mal

Pas de tourisme signifie pas de revenus pour les vendeurs alors que la pandémie s'aggrave ; "la plupart du temps, je n'ouvre même pas mon magasin", dit l'un d'entre eux

Rues vides du marché arabe de Jérusalem pendant la pandémie de coronavirus, le dimanche 19 juillet 2020. (Aaron Boxerman/Times of Israel)
Rues vides du marché arabe de Jérusalem pendant la pandémie de coronavirus, le dimanche 19 juillet 2020. (Aaron Boxerman/Times of Israel)

L’été dans la Vieille Ville de Jérusalem voit normalement des milliers de touristes du monde entier s’entasser dans des ruelles étroites, devant une rangée interminable d’étalages, pour visiter les lieux saints de la ville.

Mais avec la pandémie de coronavirus qui sévit actuellement, l’aéroport fermé aux touristes et le pays qui se dirige vers un nouveau confinement, la Vieille Ville est désormais un endroit très différent. À l’exception de quelques commerçants arabes, de plusieurs policiers et d’un passant juif israélien occasionnel, les rues ont été plus ou moins désertes cette semaine.

La grande majorité des magasins – normalement remplis de commerçants qui vendent des marchandises allant du douteux au vraiment précieux – restent fermés. Les vendeurs arabes, dont beaucoup paient des loyers élevés pour les locaux lucratifs de la Vieille Ville, dépendent du tourisme pour leur subsistance.

« Normalement, nous ouvrons nos magasins à 8 heures du matin et c’est comme si le monde entier était là, à l’extérieur », a déclaré avec nostalgie Abu Mohammad al-Ajrami, membre du Comité des commerçants de Jérusalem. « Douze heures plus tard, à 20 heures, il y a parfois encore du monde dehors – mais nous fermons. »

Cet été long et difficile passé dans l’ombre de la pandémie de coronavirus est cependant très différent pour Abu Mohammad, qui vend des bijoux et d’autres marchandises dans la Vieille Ville depuis plus de 40 ans. L’aéroport international Ben Gurion a été fermé aux ressortissants étrangers à la mi-mars pour empêcher la propagation du virus ; le gouvernement a récemment annoncé qu’il resterait fermé au moins jusqu’en septembre.

Ruelles désertes du marché arabe de Jérusalem pendant la pandémie de coronavirus, le dimanche 19 juillet 2020. (Aaron Boxerman)

« Le 15 mars, tout s’est complètement arrêté. Même aujourd’hui, nous sommes encore pratiquement confinés », a déclaré Abu Mohammad, en faisant un geste dans l’allée des vitrines cadenassées à l’extérieur.

Assis dans son magasin, en face de lui, se trouve Saleh al-Shawiri, qui a également du mal à joindre les deux bouts face à la pandémie de coronavirus.

« Nous sommes en train de mourir ici », a déclaré al-Shawiri, qui possède un restaurant dans la Vieille Ville, au Times of Israel. « Chaque jour, je gagnais 3 000 dollars. Maintenant, je gagne 50 dollars ».

Abu Mohammad dit qu’il ne prend même pas la peine d’ouvrir son magasin la plupart du temps.

« Vous m’avez surpris un jour où je suis venu. Nous venons ici et nous ouvrons nos magasins pour laisser entrer un peu d’air frais, rien de plus », a déclaré Abu Mohammad.

La Vieille Ville a déjà connu des crises qui ont dissuadé les touristes. Des décennies de guerres, d’intifadas et de vagues d’attentats terroristes palestiniens l’ont laissée chancelante et ont coupé les moyens de subsistance des commerçants.

Mais les commerçants arabes de la région n’ont jamais connu une telle crise économique, a déclaré le directeur de la Chambre de commerce de Jérusalem-Est, Mazen al-Qaq. La famille d’Al-Qaq est propriétaire d’un restaurant dans la Vieille Ville depuis 1969.

« Pendant la première et la seconde Intifada, nous pouvions encore ouvrir nos magasins. Il y avait encore de l’argent à gagner, et des touristes qui arrivaient. Bien sûr, il y a eu des explosions et des attentats, et nous avons été touchés par cela – mais rien de comparable aux dommages économiques que nous constatons aujourd’hui », a déclaré Al-Qaq.

Traitement inéquitable

Abd al-Salaam, un marchand d’épices, a déclaré au Times of Israel que la police réprimait très sévèrement les violations sanitaires liées aux coronavirus dans la zone. Si son masque est baissé ne serait-ce que légèrement, a-t-il dit, la police viendra et lui imposera une amende de centaines de shekels.

Abd al-Salaam, qui possède un magasin d’épices dans la Vieille Ville, est l’un des nombreux commerçants de Jérusalem touchés par la pandémie de coronavirus. (Aaron Boxerman/Times of Israel)

« Ce n’est pas seulement à cause du coronavirus. C’est parce que nous vivons ici, dans la Vieille Ville. Le samedi, par exemple, il y a eu une présence sécuritaire extrêmement intense ici ; tout est fermé dans la Vieille Ville. Mais si je devais aller à Tel Aviv, par exemple, la situation là-bas est proche de la normale », a déclaré Abd al-Salaam.

« Tout est sensible ici, je le sais. Mais quand je vais à Jérusalem-Ouest, je vois des gens qui se promènent normalement, comme s’il n’y avait pas de coronavirus, sans conséquences. Si vous devez boucler un endroit, il faut boucler tout le monde de la même façon. Si vous fermez certaines zones et pas d’autres, on a presque l’impression que nous sommes pris pour cible, comme s’il y avait une discrimination raciale », a-t-il poursuivi.

Le porte-parole de la police israélienne, Micky Rosenfeld, a réfuté le fait que la Vieille Ville ou les Palestiniens étaient visés, déclarant que les opérations faisaient partie d’une augmentation générale de la présence policière dans toute la zone de Jérusalem pour faire respecter les restrictions du gouvernement en matière de coronavirus.

« Au cours des dernières semaines, il y a eu une augmentation considérable du nombre de cas dans la population en général, et les activités de la police se sont multipliées dans les zones publiques, y compris dans la Vieille Ville », a déclaré M. Rosenfeld.

« Les activités de la police se déroulent avec la même rigueur dans toutes les communautés – juives, musulmanes et chrétiennes », a-t-il ajouté.

Rosenfeld n’a pas commenté directement les allégations des commerçants de la Vieille Ville selon lesquelles la police aurait fermé leurs magasins le samedi alors que les restaurants et les cafés restaient ouverts ailleurs.

Dettes et emprunts

De nombreux commerçants ont déclaré au Times of Israel que des problèmes financiers avaient conduit certaines familles de la Vieille Ville à divorcer, les couples se séparant en raison de l’incapacité du soutien de famille à nourrir sa femme et ses enfants.

Interrogé sur la façon dont il subvenait à ses besoins pendant la pandémie, Abu Mohammad a répondu que ses enfants adultes payaient ses dettes. D’autres commerçants ont déclaré qu’ils puisaient dans leurs économies ou contractaient des emprunts.

La plupart des Palestiniens qui vivent à Jérusalem ne sont ni des citoyens israéliens ni des citoyens palestiniens. Ils sont plutôt titulaires d’une carte de séjour temporaire à Jérusalem délivrée par Israël ; contrairement à la citoyenneté, leur permis de séjour peut être révoqué.

Leur permis de séjour leur donne droit à une indemnisation de la Caisse d’Assurance Nationale, (CAN), qui joue un rôle clé dans la détermination de leur droit aux prestations. Cependant, des groupes de défense des droits font valoir depuis des années que les Palestiniens de Jérusalem-Est n’ont pas reçu leur dû de la Caisse d’Assurance Nationale.

En 2019, le contrôleur de l’État a signalé que les systèmes de données de la CAN étaient tellement embrouillés qu’il était presque impossible de récupérer des informations complètes sur les cas individuels des résidents de Jérusalem-Est. Les habitants de Jérusalem-Est souhaitant recevoir des prestations ou comprendre pourquoi leur permis de séjour a été révoqué, a conclu le rapport, se trouvaient face à un système byzantin peu transparent.

Une femme musulmane passe devant des magasins fermés dans une ruelle déserte, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 16 mars 2020. (Emmanuel DUNAND/AFP)

Certains commerçants ont déclaré qu’ils n’avaient pas encore vu l’argent de la CAN, même s’ils ont dit qu’ils avaient versé des taxes comme tout le monde. Le directeur de la chambre de commerce, M. Al-Qaq, a reconnu que de nombreux commerçants lui avaient dit qu’ils ne recevaient pas ce que la CAN avait promis, selon lui.

« Ils vous imposent toutes sortes de conditions. Ils m’ont dit – vous possédez un magasin, vous n’êtes pas pauvre, vous êtes riche », a déclaré Faysal, un autre commerçant de la Vieille Ville.

Abd al-Salaam a déclaré qu’il n’avait pas fait de demande auprès de la Caisse d’assurance nationale. Il n’avait pas de compte bancaire, a-t-il dit, et n’était pas sûr de savoir comment recevoir des paiements sans en avoir un.

« Tout le monde a besoin d’aide, mais parmi les personnes que je connais ici et qui ont fait une demande à la Caisse d’assurance nationale, certaines l’ont obtenue et d’autres non. Ceux qui l’ont obtenue l’ont immédiatement dépensée pour couvrir leurs dettes croissantes et les intérêts », a-t-il déclaré.

D’autres ont trouvé la compensation trop faible pour avoir un impact significatif sur leur situation financière.

« Il y a une compensation offerte par la Caisse d’assurance nationale, mais elle ne compense pas vraiment nos pertes », a déclaré Abu Mohammad.

La Caisse d’assurance nationale n’a pas pu être jointe pour un commentaire.

Nous sommes comme des enfants illégitimes, non désirés par l’Autorité palestinienne et non désirés par Israël

Les commerçants ont déclaré qu’ils n’avaient pas non plus reçu beaucoup de soutien de l’Autorité palestinienne, qu’Israël a interdit d’opérer dans les limites de Jérusalem. Ainsi, un fonds de relance pour les travailleurs et les entreprises dirigé par l’Autorité palestinienne, connu sous le nom de programme « Dignified Stand », ne semble pas concerner les Palestiniens de Jérusalem-Est sous contrôle israélien.

« Nous sommes comme des enfants illégitimes, non désirés par l’Autorité palestinienne et non désirés par Israël », a déclaré Faysal.

L’AP a envoyé ‘deux cartons de gants, deux cartons de masques, 7,5 litres de lessive. En tout, environ deux cents shekels’

Après avoir réfléchi à la question, Abd al-Salaam, le marchand d’épices, a rappelé que l’AP avait en fait envoyé une aide aux commerçants de la Vieille Ville en difficulté : « deux cartons de gants, deux cartons de masques, 7,5 litres de lessive. En tout, environ deux cents shekels ».

Certains propriétaires de magasins ont quitté Jérusalem pour chercher un emploi ailleurs, tout ce qui peut les aider à payer leur loyer annuel, a déclaré Abu Mohammad.

D’autres commerçants, cependant, ont déclaré qu’ils étaient déterminés à rester dans la Vieille Ville aussi longtemps qu’ils le pourraient.

« Malgré tout, nous sommes ici, samideen« , a déclaré le commerçant Khalil, en utilisant un mot arabe signifiant persévérer dans l’adversité. Ce mot a une forte résonance pour les Palestiniens, en référence à ce qu’ils appellent leur intention de rester sur leur terre [sic], quoi qu’il arrive.

« Samideen ? » remarque Faysal depuis l’autre côté de la rue. « Bien sûr que nous sommes persévérants et tout ça. Mais nous voulons aussi vivre ».

« C’est le fond du gouffre. Nous vivons de miettes », a-t-il poursuivi, en montrant les ruelles vides des deux côtés. « Si les choses continuent comme ça, Dieu seul sait ce qui va se passer ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...