Pissarro spolié sous l’Occupation : décision en appel mardi
Rechercher

Pissarro spolié sous l’Occupation : décision en appel mardi

En 2017, le tribunal de Paris a jugé que cette peinture, achetée légalement par un couple d'Américains, devait être restituée aux descendants du collectionneur Simon Bauer

La cueillette des pois, par Camille Pissaro. (Crédit : Domaine public via Wikimedia Commons)
La cueillette des pois, par Camille Pissaro. (Crédit : Domaine public via Wikimedia Commons)

A qui reviendra « La cueillette » ? La cour d’appel de Paris rend mardi sa décision dans le douloureux litige opposant les descendants d’un collectionneur juif spolié sous l’Occupation aux actuels propriétaires de cette toile de Pissarro, qui disent tout ignorer de sa provenance.

En novembre 2017, le tribunal de grande instance de Paris a jugé que cette gouache, achetée légalement par un couple d’Américains, les époux Toll, devait être restituée aux descendants du collectionneur Simon Bauer.

Les Américains, qui avaient acquis le tableau pour 800 000 dollars chez Christie’s à New York en 1995 sans connaître, selon eux, son histoire mouvementée, avaient fait appel. L’audience s’est tenue en juin.

Peinte en 1887 par l’impressionniste Camille Pissarro, « La cueillette », également appelée « La cueillette des pois », était l’un des 93 tableaux de maître de la collection de Simon Bauer, un grand amateur d’art français né en 1862, qui avait fait fortune dans la chaussure.

Cette collection lui a été spoliée en 1943 et a été vendue par un marchand de tableaux désigné par le Commissariat aux questions juives du régime collaborationniste de Vichy.

Interné en juillet 1944 à Drancy, Simon Bauer a réussi à échapper à la déportation. À sa mort, en 1947, il n’était parvenu à récupérer qu’une petite partie de ses œuvres. Ses descendants avaient poursuivi son action pour reprendre possession de la collection.

« La cueillette » a refait surface brièvement en 1965 lors d’une vente, avant de disparaître à nouveau.

La famille Bauer a perdu sa trace pendant plus d’un demi-siècle. Jusqu’à ce que début 2017, elle apprenne que la toile était exposée au musée Marmottan, à Paris, prêtée par les époux Toll, collectionneurs américains, dans le cadre d’une rétrospective consacrée à Pissarro.

Les descendants ont alors obtenu le placement sous séquestre du tableau, le temps d’assigner les époux Toll pour le récupérer.

Si la famille Bauer estime que les Toll, grands collectionneurs, « savaient » que le tableau était issu d’une spoliation, le tribunal a reconnu leur bonne foi.

Dans l’attente de la décision de la cour d’appel, le tableau reste sous séquestre à l’établissement public des musées d’Orsay et de l’Orangerie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...