Rechercher

Plainte pour abus sexuel déposée contre un célèbre metteur en scène israélien

Une nouvelle plainte contre Miki Gurevich intervient 10 jours après sa démission du studio d'acteurs après 3 accusations portées devant la direction de l'école

Capture d'écran d'une vidéo du metteur en scène et dramaturge israélien Miki Gurevich. (Youtube)
Capture d'écran d'une vidéo du metteur en scène et dramaturge israélien Miki Gurevich. (Youtube)

Une plainte pour violences sexuelles a été déposée dimanche auprès de la police contre Miki Gurevich, metteur en scène, dramaturge et professeur d’art dramatique israélien, qui a récemment démissionné de son poste d’enseignant dans une école d’art dramatique en raison de plusieurs accusations d’inconduite sexuelle.

Une ancienne élève du Nissan Native Acting Studio a porté plainte contre Gurevich, son ancien professeur, alléguant des abus sexuels, des pressions psychologiques, de la duperie et des relations illicites, dans le cadre de la relation enseignant-élève qui les unissait.

Par l’intermédiaire de son avocat, Roni Aloni Sadovnik, la plaignante a demandé que des restrictions de déplacement soient imposées à Gurevich, pour l’empêcher de quitter le pays.

Il y a dix jours, Gurevich avait démissionné du studio Nissan après y avoir enseigné durant quarante ans. Trois plaintes avaient été déposées contre lui par l’administration. Deux autres anciennes étudiantes devraient déposer plainte à la police dans les deux prochaines semaines, a rapporté la chaîne d’information Hadashot.

Il y a plusieurs années, Gurevich avait été interdit par le studio d’acteurs d’organiser des réunions privées avec des étudiantes après que des administrateurs eurent reçu des informations faisant état de comportements répréhensibles.

Cependant, les récentes plaintes indiqueraient qu’il aurait continué à rencontrer ses étudiantes en privé, a rapporté Hadashot.

Gurevich s’est refusé à tout commentaires.

Il y a deux ans, le journal Haaretz avait enquêté sur des allégations d’actrices au théâtre Khan de Jérusalem, où Gurevich officiait comme directeur artistique, et dans lesquelles elles dénonçaient des réunions privées tardives à son domicile, où il les touchait et engageait des conversations intimes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...