Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

Plus de 1 400 universitaires israéliens réclament la fin de la guerre et la libération des otages

La pétition indique que le droit à l'autodéfense "n'accorde pas le droit de mener une guerre sans but réaliste ou visant à la survie politique des dirigeants"

Les manifestants réclament des élections anticipées et la libération des otages détenus dans la bande de Gaza en défilant vers la Knesset de Jérusalem, le 20 mai 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
Les manifestants réclament des élections anticipées et la libération des otages détenus dans la bande de Gaza en défilant vers la Knesset de Jérusalem, le 20 mai 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

Plus de 1 400 universitaires et administrateurs d’établissements d’enseignement supérieur en Israël ont signé une pétition exhortant le gouvernement israélien à mettre rapidement fin à la guerre à Gaza et à obtenir la libération immédiate des otages.

La pétition est intitulée « Appel au gouvernement israélien pour qu’il mette fin à la guerre et garantisse le retour des otages ».

« Nous, professeurs et personnel administratif des établissements universitaires en Israël, appelons le gouvernement israélien à mettre fin à la guerre à Gaza sans délai et à garantir le retour immédiat des otages », peut-on lire dans le texte, qui souligne que ces deux choses sont des « impératifs moraux qui vont dans le sens des intérêts d’Israël ».

Les pétitionnaires soutiennent qu’Israël avait le droit de se défendre à la suite des attaques horribles du Hamas le 7 octobre, au cours desquelles près de 1 200 personnes ont été tuées et 252 ont été prises en otage.

Cependant, ils affirment que « cet objectif initial a été épuisé, en partie parce que le gouvernement a délibérément évité de définir une vision stratégique ou politique au-delà de la guerre, visant plutôt une « victoire complète » non définie qui, même selon de hauts responsables militaires, est non seulement irréalisable, mais risque d’entraîner la mort des otages ».

La pétition indique que le droit à l’autodéfense « n’accorde pas le droit de mener une guerre sans but réaliste ou visant à la survie politique des dirigeants ».

En plus de causer « d’énormes dommages aux civils de Gaza, la famine et une destruction sans précédent des infrastructures », les signataires affirment que la prolongation de la guerre a entraîné de nombreuses victimes israéliennes, « des dommages psychologiques pour des centaines de milliers de personnes, d’énormes dommages économiques et une grave détérioration de l’État de droit », en Israël et en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.