Assurance-vie : Plus de 250 personnes flouées pour plus de 5 M d’euros
Rechercher

Assurance-vie : Plus de 250 personnes flouées pour plus de 5 M d’euros

Une procédure d'extradition devrait être diligentée à l'égard du principal donneur d'ordres, en fuite en Israël depuis 2015

Vue sur le nord de Netanya (Crédit : CC BY James Emery/Wikimedia Commons)
Vue sur le nord de Netanya (Crédit : CC BY James Emery/Wikimedia Commons)

Un groupe de malfaiteurs transnational ayant escroqué avec de fausses assurances-vie plus de 250 personnes, pour un préjudice de 5 millions d’euros, a été démantelé après une longue enquête menée par la gendarmerie, en coopération avec les autorités de plus de 15 États, a annoncé mardi le ministère de l’Intérieur.

Les escrocs ont sévi sur l’ensemble du territoire français, ainsi qu’en Suisse et en Belgique. Ils se faisaient passer pour des cabinets d’avocats auprès des familles de défunts, leur disant que la personne décédée avait souscrit une assurance-vie à l’étranger. Ils proposaient alors aux familles de verser de l’argent pour récupérer les montants déposés sur ces fausses assurances-vie.

Plus de 250 personnes ont été flouées pour plus de 5 millions d’euros de pertes financières cumulées.

« Du fait de la mise en place d’un système transnational et très minutieusement organisé de blanchiment de ces fonds escroqués, les investigations ont fait l’objet de coopérations judiciaire et policière renforcées avec les autorités de plus de 15 États et ont été activement soutenues par Europol », a précisé le ministère de l’Intérieur.

L’enquête pour démanteler ce réseau a duré plus de cinq ans. Elle a été menée par la section de recherches de Strasbourg et du groupement de gendarmerie départementale du Bas-Rhin, appuyés par la Direction générale de la gendarmerie nationale, dans le cadre d’une information judiciaire de la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs) de Nancy.

« Le 12 novembre 2018, grâce à une excellente coopération avec les autorités israéliennes, des perquisitions simultanées ont été menées dans la ville de Netanya en Israël, aboutissant à la découverte de divers documents incriminant formellement les malfaiteurs visés », a indiqué le ministère de l’Intérieur.

Une procédure d’extradition devrait être diligentée à l’égard du principal donneur d’ordres, en fuite en Israël depuis 2015.

Au total, une dizaine de personnes de diverses nationalités ont été arrêtées, a précisé une source proche de l’enquête.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...