Polémique au Brésil autour d’une vidéo anti-nazie de l’ambassade d’Allemagne
Rechercher

Polémique au Brésil autour d’une vidéo anti-nazie de l’ambassade d’Allemagne

Le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro est en tête des intentions de vote pour le premier tour, avec 26 à 28 % des intentions de vote

Jair Bolsonaro (Crédit : Udo Kurt via JTA)
Jair Bolsonaro (Crédit : Udo Kurt via JTA)

Une vidéo de l’ambassade d’Allemagne au Brésil condamnant le nazisme a suscité une grande polémique sur les réseaux sociaux, à trois semaines de la présidentielle dont un candidat d’extrême droite fait figure de favori.

La vidéo en question, publiée avec des textes en portugais sur les comptes Twitter, Facebook et Instagram de l’ambassade et des consulats allemands, affirme notamment que « les Allemands ne cachent pas leur passé ».

Elle rappelle aussi que les enfants allemands sont « confrontés très jeunes aux horreurs de l’Holocauste », et que le négationnisme et le fait d’exhiber des symboles nazis constituent des délits en Allemagne.

À la fin de la vidéo, une citation du ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, exhorte à « s’opposer aux extrémismes de droite ».

Cette publication a été suivie de nombreux commentaires négationnistes, utilisant le terme « holofraude » pour rejeter l’existence de la Shoah.

Le ministère des Affaires étrangères allemand Heiko Maas à Auschwitz le 20 août 2018. (Crédit: AFP/ JANEK SKARZYNSKI)

D’autres internautes ont affirmé que le Troisième Reich était un régime « de gauche ». « Si le parti nazi est national socialiste, pourquoi serait-il d’extrême droite ? », se demande l’un d’entre eux sur Facebook.

De nombreux internautes ont réagi, critiquant ces propos et condamnant le négationnisme.

Les débats étaient si enflammés que l’ambassade d’Allemagne au Brésil a publié un message demandant « d’éviter les insultes » et « d’utiliser un langage approprié », en se félicitant dans le même temps d’avoir suscité « une importante discussion ».

Certains internautes ont accusé l’Allemagne d’avoir voulu influencer le résultat de la présidentielle d’octobre.

Le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro est en tête des intentions de vote pour le premier tour, avec 26 à 28 % des intentions de vote, selon les derniers sondages.

En deuxième position se trouve le candidat de gauche Fernando Haddad, qui a remplacé la semaine dernière l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, incarcéré pour corruption et déclaré inéligible.

L’ambassadeur d’Allemagne au Brésil, Georg Witschel, a déclaré lundi au quotidien O Globo que « dire que le nazisme était un mouvement de gauche est une bêtise ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...