Israël en guerre - Jour 228

Rechercher
Portrait

Portrait de Jack Lew, prochain envoyé américain pour Israël

Juif orthodoxe dont la pratique religieuse n'a jamais entravé son travail, Jack Lew est un habitué de Washington où il s'est taillé la réputation d'être un "deal maker"

Le secrétaire américain au Trésor Jack Lew avant une séance de travail le 8 avril 2013 au siège de l'UE à Bruxelles. (Crédit : VIRGINIA MAYO / AFP POOL / AFP)
Le secrétaire américain au Trésor Jack Lew avant une séance de travail le 8 avril 2013 au siège de l'UE à Bruxelles. (Crédit : VIRGINIA MAYO / AFP POOL / AFP)

Jack Lew, nommé mardi ambassadeur des Etats-Unis pour Israël, est un ex-secrétaire au Trésor réputé être un « négociateur » chevronné, un talent clé à l’heure d’une recrudescence des tensions entre Palestiniens et Israéliens et d’un projet de normalisation des relations entre l’Etat juif et l’Arabie saoudite.

La presse israélienne glosait déjà depuis plusieurs semaines sur l’identité du successeur de Thomas Nides, un ancien banquier ayant servi dans les plus hautes sphères de l’administration avant d’avoir été nommé à Jérusalem quelques mois après l’arrivée à la Maison Blanche de Joe Biden.

Sous Donald Trump, les Etats-Unis avaient reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël et déplacé leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem allant ainsi à l’encontre du consensus international et au grand dam des Palestiniens qui revendiquent la partie orientale de la ville comme capitale de leur possible futur Etat.

Depuis, l’administration Biden a tenté de rétablir les ponts avec les Palestiniens, mais a vu ses relations avec Israël, son allié historique, se tendre avec le retour au pouvoir de Benjamin Netanyahu à la tête d’une coalition intégrant des extrémistes de droite qui promeut une réforme très controversée du système judiciaire.

New-yorkais, Juif orthodoxe dont la pratique religieuse n’a jamais entravé son travail, soulignaient il y a quelques années de proches collaborateurs, Jack Lew est un habitué du monde politique de Washington où il s’est taillé la réputation d’être un homme de dossier.

Diplôme de Harvard en poche, Jacob (dit « Jack ») Lew a passé depuis 1979 l’essentiel de sa carrière dans la capitale fédérale, faisant ses débuts comme attaché parlementaire du président (démocrate) de la Chambre des représentants Thomas O’Neill pendant huit années au cours desquelles il décrochera un titre de docteur en droit de l’Université de Georgetown, située dans la capitale américaine.

Le secrétaire au Trésor américain Jack Lew s’exprimant lors de la réunion du groupe de développement économique conjoint (JEDG) entre les États-Unis et Israël, à l’hôtel David Citadel, à Jérusalem, le 18 juin 2014. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Lorsque son mentor prend sa retraite en 1987, il devient avocat dans un grand cabinet de Washington.

Le président Bill Clinton l’appelle en 1993 parmi ses conseillers. Il est nommé l’année suivante au bureau du budget de la Maison Blanche, dont il gravit les échelons jusqu’à en devenir directeur, poste équivalent à celui de secrétaire d’Etat au Budget, qu’il occupe de 1998 jusqu’à 2001.

Du budget à l’Iran

Pendant cette période, le budget des Etats-Unis dégage des excédents pour la première fois depuis 1960, et Jack Lew passe pour un « deal maker », capable de forger des accords avec le Congrès sur les questions clés liées à la dette et à la façon d’assainir les comptes publics.

Toujours disponible et doté d’une grande capacité d’écoute, selon plusieurs personnes l’ayant côtoyé à divers moments de sa carrière, il est promu secrétaire au Trésor (2013-2017) sous Barack Obama.

Au cours de cette période, l’administration Obama est à la manœuvre d’un accord international qui vise à réguler le programme nucléaire iranien en échange de la levée progressive de sanctions économiques contre Téhéran.

Les représentants des puissances mondiales et de l’Iran posant avant l’annonce d’un accord sur pourparlers nucléaires de l’Iran à Lausanne le 2 avril 2015. (AFP / FABRICE COFFRINI)

Jack Lew défend alors cet accord, soulignant que l’encadrement du programme nucléaire iranien renforce la sécurité d’Israël, ennemi N. 1 de Téhéran, en empêchant la République islamique de se doter de l’arme atomique.

Mais l’accord de 2015 est fustigé par Netanyahu avant que les Etats-Unis ne s’en retirent trois ans plus tard sous la direction de Donald Trump, une décision saluée par Netanyahu qui avait resserré ses liens avec les Républicains.

Le soutien de Lew à l’accord sur le nucléaire pourrait venir le hanter car sa nomination doit encore être entérinée par le Sénat – contrôlé par les démocrates mais où les républicains pourraient s’opposer à l’approche de la présidentielle 2024 – voire influencer ses relations avec Netanyahu, de retour au pouvoir depuis décembre 2022.

Pour David Makovsky, analyste au Washington Institute for Near East Policy, il s’agit de la première fois qu’un ancien membre du cabinet d’un président des Etats-Unis, est nommé ambassadeur en Israël, ce qui témoigne « de la grande l’importance qu’accorde » Joe Biden à cette relation bilatérale.

David Makovsky. (Capture d’écran : YouTube)

« Cela arrive à un moment difficile », reconnaît M. Makovsky, un ami de longue date de Jack Lew.

Partisan de la solution à deux Etats, un Etat palestinien viable aux côtés d’Israël, M. Lew est nommé à l’heure des violences les plus meurtrières en Cisjordanie depuis la fin de la Seconde Intifada meurtrière du début des années 2000, et une vague d’attaques terroristes en Israël.

En parallèle, Washington tente d’étendre à l’Arabie saoudite les accords récents de normalisation entre Israël et des pays arabes (Emirats, Bahreïn, Maroc), un autre défi pour le « négociateur » Lew qui, à 68 ans, reprend du service après une pause passée dans l’enseignement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.